Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Je vais sans doute taper ces quelques mots sans aucun recul, bien que j'aie vu le film il y a quelques jours déjà. J'ai longuement hésité à me lancer mais je ne peux m'empêcher de garder mon avis plus longtemps. Premièrement, ce qui m'a animé à visionner ce petit chef d'oeuvre n'avait rien d'extraordinaire. Une affiche attrayante, un synopsis pas trop mal foutu mais que j'avais sous estimé. Dans ma tête, l'histoire allait principalement se focaliser sur le cancer de la petite, nous allions être embarqué dans un tourbillon d'empathie, de peine, de mal de ventre et, bien sûr, de larmes de crocodiles. Quelle ne fût pas ma surprise quand j'ai remarqué que le noyau de l'intrigue n'était pas tout à fait là. Enfin, bien entendu, sans cet événement, tout le reste ne se serait pas produit, mais on ne va pas se cacher que c'est quand même globalement axé sur l'histoire d'amour de Didier et Elise !
Deuxièmement, ma crainte du cinéma belge était présente. On est pas totalement noob en la matière dans ce pays mais j'ai rarement réussi à apprécier, avec toutes mes tripes, un film belge (shame on me).


"Encore une histoire d'amour" me direz-vous. Oui. Comme il en existe 454054355686, sous tous les angles possibles et imaginables. Mais rares sont ceux qui me parlent autant. Rares sont ceux qui mettent si bien en lumière les vrais problèmes de couple, l'amour si proche de la haine et la dégradation quasiment inévitable de toute relation fusionnelle. A première vue deux personnes que tout sépare et pourtant tellement faites pour être ensemble. J'ai passé 1h40 à pleurer sur 1h47. Même si je n'ai pas de petite fille malade et encore moins un mari hippie terre à terre, je me suis reconnue en chacun d'eux. J'y ai reconnu des douleurs passées ou encore actuelles. Des cicatrices mal refermées, des histoires compliquées, des questions existentielles. Aussi et surtout, l'incapacité (ou la capacité, pour Didier) à faire face à certains drames de la vie. Les nerfs qui lâchent, un être qui se brise et que rien ne peut réparer. La fatalité.


Je me suis également laissée séduire par les prises de vue, parfois à couper le souffle. Les jeux de lumière alors qu'on tourne dans un décor belge et donc à priori bien naze et tout gris ! Certains plans sont pour moi des tableaux à eux seuls (oui oui, la photographe en moi qui parle). Sans oublier les quelques scènes charnelles qui ont provoqué ce que j'aime tant quand on décide de mettre en scène un acte d'amour : le bas du ventre qui se serre, le souffle qui se coupe et la tête qui dit "waouw...".


Bref, que l'on aime ou non les amours torturés, je pense qu'il est impératif de voir ce film, ne serait-ce que pour la maîtrise technique et artistique. Et puis... C'est du BELGE quoi !

SherilynCuplleSparks
9

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Les plus fortes tensions sexuelles dans les films et Les meilleurs films de rupture amoureuse

Créée

le 27 oct. 2015

Critique lue 363 fois

1 j'aime

Critique lue 363 fois

1

D'autres avis sur Alabama Monroe

Alabama Monroe
HugoLRD
9

Van Groeningen, le bluegrass, de l'amour et des étincelles.

Un vrai coup de coeur. La bande annonce, pourtant, ne paye pas de mine. On s'attend à un petit film sympa mais sans grande originalité. Et pourtant, c'est tout le contraire. Le film, tout en...

le 28 août 2013

97 j'aime

13

Alabama Monroe
Sergent_Pepper
7

Perdre un enfant par la main

La mort d’un enfant fait partie de ces sujets si délicats qu’en traiter revient à entreprendre l’ascension d’une planche savonneuse : à tout moment, on prend le risque de déraper. Felix van...

le 30 août 2016

71 j'aime

4

Alabama Monroe
Grard-Rocher
9

Critique de Alabama Monroe par Gérard Rocher La Fête de l'Art

Didier dit "Monroe", vit en Flandre où il possède un ranch. Pas étonnant pour un amoureux de l'Amérique et de sa musique. Il joue du banjo dans un groupe de bluegrass country fondé avec quelques...

63 j'aime

39

Du même critique

Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes
SherilynCuplleSparks
8

Tout le monde a des secrets. Il s’agit simplement de découvrir lesquels.

Peut-être rares sont ceux qui ne se sont pas encore plongés dans l’univers de Millénium. Le tome 5 de la saga étant sorti il y a quelques semaines à peine, pourquoi ne pas retourner une poignée...

le 19 nov. 2017

1 j'aime

Alabama Monroe
SherilynCuplleSparks
9

A consommer avec tout son coeur.

Je vais sans doute taper ces quelques mots sans aucun recul, bien que j'aie vu le film il y a quelques jours déjà. J'ai longuement hésité à me lancer mais je ne peux m'empêcher de garder mon avis...

le 27 oct. 2015

1 j'aime

Au-delà du mal
SherilynCuplleSparks
4

Une décevante épopée meurtrière

Thomas Bishop s'évade après 15 ans enfermé sous les barreaux. Persuadé d'être le fils du tueur et violeur Caryl Chessman, il nous emporte dans une épopée meurtrière dont l'auteur nous décrit...

le 17 août 2019