Au-delà du mal
7.3
Au-delà du mal

livre de Shane Stevens (1979)

Thomas Bishop s'évade après 15 ans enfermé sous les barreaux. Persuadé d'être le fils du tueur et violeur Caryl Chessman, il nous emporte dans une épopée meurtrière dont l'auteur nous décrit froidement les détails.


Ecrit en 1979 mais toujours d'actualité


En dehors de l'histoire en elle-même sur laquelle je m'étendrai plus tard, je dois avouer que même si cette fiction a été rédigée en 1979 sur base de faits réels, elle reste très moderne et pourrait s'appliquer aujourd'hui. Evidemment, la science a évolué depuis et certains détails de l'enquête n'auraient plus lieu d'être mais tout de même.


L'écriture est intéressante à savoir que chaque chapitre se relie à la fin du récit, une toile se forme petit à petit pour nous révéler le dénouement à mon sens trop peu concret.
Le vocabulaire est vraiment riche et je dois avouer que cela manque parfois dans les livres du actuels. Cela est probablement du au fait que l'auteur reste relativement froid, sa plume est quasiment journalistique, voire clinique. Mais j'aime pouvoir lire et me surprendre à m'interroger sur la signification de tel ou tel mot, d'une expression que je ne connais pas... A expliquer aussi par son époque, j'imagine.


L'auteur, Shane Stevens et encensé, entre autre, par Stephen King et j'avoue que c'est cette recommandation qui m'a poussée à acheter le livre. Pourtant, je dois vous avouer quelque chose... Je ne suis absolument pas fan de Stephen King et je n'ai lu que très peu de ses réalisations. Si les intrigues me parlent, sa plume ne m'atteint pas. Je n'accroche pas au style mais je reconnais le génie ! Alors peut-être que le fait que je n'ai pas spécialement accroché à ce bouquin-ci trouve son explication dans ce détail.


Roman ou compte rendu ?


Comme mentionné précédemment, l'écriture est quasi journalistique et rend compte de beaucoup de faits. L'intrigue est trop axée sur l'enquête et pas assez sur le meurtrier. On passe d'un point de vue à l'autre, d'un personnage à l'autre, car il y en a beaucoup et il m'est arrivé de perdre le fil et de ne pas toujours comprendre l'intérêt de s'attarder autant sur un personnage ou une situation. Il y a des scènes qui tirent en longueur et bon nombres de répétitions (par exemple, quand l'auteur précise toutes les 20 pages que le tueur va forcément récidiver).


500 pages oui, mais à quel prix ? Ne peut-on pas être très efficace et précis sans décrire chaque élément de pensée, de décor, etc ?


Personnages peu profonds


Bien que Stevens joue habilement avec son lecteur, lui faisant ressentir à la fois haine et compassion, le personnage principal n'est pas assez exploité. Sa psychologie l'est, le meurtrier, la folie, les obsessions (bien qu'on ne les comprenne pas toujours toutes) sont bien (trop) présents mais au fond, qui est-il ? Même son image est floue dans notre esprit, je n'ai pas pu l'identifier, lui mettre un visage et c'est un élément pour moi crucial dans un roman, quel qu'il soit.


A cette époque, le serial killer était encore entouré de mystères et on continuait d'avancer à tâtons sur le sujet mais ce personnage réunit tous les clichés possibles et imaginables : psychopathe, tueur organisé et faits prémédités, enfance bafouée, complexe maternel car rejeté par sa propre mère, haine envers les femmes, comparaison à la figure paternelle et besoin de reconnaissance et d'identification, volonté de poursuivre l'oeuvre du père voire de faire mieux... Dommage ! Car en effet, l'idée de base est bonne et même le dénouement, si on veut vraiment être sympa.


Parce que cette fin justement... elle m'a laissée perplexe. Non, en fait, totalement déçue et je me suis dit "j'ai donc passé tout mon temps à m'accrocher à ce bouquin pour CA ?!".


Honnêtement, je ne le conseille pas même s'il est considéré comme un incontournable du genre. Il y a tellement plus intéressant ailleurs !

Créée

le 17 août 2019

Critique lue 169 fois

Critique lue 169 fois

D'autres avis sur Au-delà du mal

Au-delà du mal
Fredo
10

Critique de Au-delà du mal par Fredo

« [...] la plus belle des ruses du Diable est de vous persuader qu'il n'existe pas ! » Charles Baudelaire, Petits Poèmes en Proses (bien avant Usual Suspect). Shane Stevens a écrit Au-delà du Mal (By...

le 3 août 2010

14 j'aime

2

Au-delà du mal
limma
10

Critique de Au-delà du mal par limma

Jamais de la vie ce dingue ne devait terminer devant un juge.il était beaucoup trop dangereux. Pas seulement à cause de ses crimes, mais parce qu'il faisait vibrer la folie, ce monstre qui...

le 11 févr. 2017

12 j'aime

Au-delà du mal
amnezik666
10

Critique de Au-delà du mal par amnezik666

L'auteur ne se contente pas de suivre le parcours sanglant de Bishop mais aussi de ceux qui gravitent autour de lui, la police bien entendu, un journaliste d'investigation qui recherche un scoop, un...

le 1 févr. 2012

8 j'aime

Du même critique

Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes
SherilynCuplleSparks
8

Tout le monde a des secrets. Il s’agit simplement de découvrir lesquels.

Peut-être rares sont ceux qui ne se sont pas encore plongés dans l’univers de Millénium. Le tome 5 de la saga étant sorti il y a quelques semaines à peine, pourquoi ne pas retourner une poignée...

le 19 nov. 2017

1 j'aime

Alabama Monroe
SherilynCuplleSparks
9

A consommer avec tout son coeur.

Je vais sans doute taper ces quelques mots sans aucun recul, bien que j'aie vu le film il y a quelques jours déjà. J'ai longuement hésité à me lancer mais je ne peux m'empêcher de garder mon avis...

le 27 oct. 2015

1 j'aime

Au-delà du mal
SherilynCuplleSparks
4

Une décevante épopée meurtrière

Thomas Bishop s'évade après 15 ans enfermé sous les barreaux. Persuadé d'être le fils du tueur et violeur Caryl Chessman, il nous emporte dans une épopée meurtrière dont l'auteur nous décrit...

le 17 août 2019