Je n’ai jamais été un grand fan de cette comédie et la trouve à chaque fois plus mauvaise que la précédente. L’histoire originale étant tellement réécrite (à sept mains quand même !), il n’en reste plus grand-chose et le scénario s’échine alors à boucher les trous. Une danse orientale ici, deux fins pour le prix d’une sans qu’aucune ne soit satisfaisante, trois péripéties là-bas pour un scénario totalement décousu et un résultat franchement décevant. Seuls Fernandel et ses amis Marseillais (vus dans d’autres de ses films) sauvent l’ensemble du naufrage total. Il faut bien tout le talent de l’acteur pour arracher quelques sourires par moments et rendre l’entreprise supportable. Je n’ose même pas imaginer le sentiment que m’inspirerait ce film si je n’étais pas sensible aux pitreries de Fernandel.


La relecture du conte part pourtant du bon pied. Ali Baba et Cassim ne sont plus frères mais entretiennent un lien de maître à serviteur. Ali Baba tombe sous le charme de Morgiane qu’il a achetée pour l’intégrer au harem de son Cassim. Il découvre la caverne des voleurs, veut s’affranchir de Cassim, partager les richesses avec tous les pauvres et conquérir le cœur de Morgiane. Malheureusement, les bonnes idées sont mal exploitées, les rebondissements se limitent à de simples rebondissements sans véritable ressort narratif et la confrontation finale tant attendue entre Ali Baba, Cassim et le chef des voleurs se réduit à une poursuite quelque peu grotesque. Aussi, au lieu d’avoir une comédie endiablée, se trouve-t-on face à une succession de tableaux souvent inaboutis et décevants.


Le film tournant presque exclusivement autour de sa vedette méridionale, les autres personnages sont inexploités. Morgiane est une potiche prétexte à une improbable romance, Cassim n’existe que pour être l’antithèse d’Ali Baba, le chef des voleurs n’a que trop peu de choses à défendre. Avec davantage d’épaisseur, ces trois personnages auraient réussi à donner un résultat plus enlevé. On apprécie cependant certains personnages secondaires dont celui incarné par le toujours truculent Édouard Delmont. La couleur locale, si elle est caricaturale, est efficace. Mais c’est bien évidemment trop peu pour convaincre, le film ayant, en outre, la mauvaise idée d’être de plus en plus faiblard au fil des minutes pour sombrer totalement dans un ultime message d’une naïveté confondante.


Créée

le 21 juil. 2022

Critique lue 146 fois

8 j'aime

9 commentaires

PIAS

Écrit par

Critique lue 146 fois

8
9

D'autres avis sur Ali Baba et les 40 Voleurs

Ali Baba et les 40 Voleurs
RangDar
6

L'Orient ou presque : "Olive, ouvre toi !"

Ali Baba (Fernandel) se rend au marché pour acheter une danseuse (Morgiane/Samia Gamal) pour le compte de son maître (Cassim/Henri Vilbert), mais il tombe rapidement sous son charme et décide donc de...

le 12 avr. 2022

13 j'aime

16

Ali Baba et les 40 Voleurs
JeanG55
6

Vous aurez le nécessaire et même le superflu

C'est à la suite d'une discussion avec un contributeur de SC (@ Rangdar), que j'ai revu ce film dont finalement je me rends compte que je ne m'en souvenais pas bien. En fait je confondais ce film...

le 24 avr. 2022

11 j'aime

17

Ali Baba et les 40 Voleurs
Play-It-Again-Seb
4

Ali Baba dérègle son conte

Je n’ai jamais été un grand fan de cette comédie et la trouve à chaque fois plus mauvaise que la précédente. L’histoire originale étant tellement réécrite (à sept mains quand même !), il n’en reste...

Par

le 21 juil. 2022

8 j'aime

9

Du même critique

Astérix et le Griffon - Astérix, tome 39
Play-It-Again-Seb
7

Le retour de la griffe Goscinny-Uderzo

Depuis la reprise de la série par Ferry et Conrad, nos amis gaulois avaient une sacrée gueule de bois. La disparition de René Goscinny avait déjà très sérieusement entamé la qualité des albums même...

Par

le 22 oct. 2021

24 j'aime

23

L'Iris blanc - Astérix, tome 40
Play-It-Again-Seb
4

La philosophie sur le comptoir

Aïe, aïe, aïe... L'arrivée de Fabrice Caro en lieu et place de Jean-Yves Ferri qui venait, à mon sens, de signer son meilleur Astérix dans le texte, était pourtant annoncée comme une bonne nouvelle...

Par

le 14 nov. 2023

22 j'aime

22

L'Emmerdeur
Play-It-Again-Seb
9

Pignon, ce roi des emmerdeurs

Premier film mettant en scène François Pignon, L’Emmerdeur est déjà un aboutissement. Parfaitement construit, le scénario est concis, dynamique et toujours capable de créer de nouvelles péripéties...

Par

le 12 août 2022

22 j'aime

10