Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Une irrésistible satire de la bureaucratie militaire

C'est probablement une des meilleures comédies de Howard Hawks, qui bien qu'ayant touché à tous les genres, a pu exceller dans chaque, que ce soit en aventure (Hatari), western (Rio Bravo), film noir (le Grand sommeil), fresque historique (la Terre des pharaons) ou encore le drame, le film de guerre, et bien sûr la comédie dont celle-ci est carrément une de mes préférées.
Toute la première partie est un brillant relookage d'un poncif scénaristique vieux comme la comédie américaine : un homme et une femme qui au départ ne peuvent pas se sentir mais qui doivent faire cause commune pour une mission dans l'Allemagne en ruine d'après-guerre, avant de comprendre qu'ils sont faits l'un pour l'autre.
Cette partie est plus banale, mais les tendres ennemis s'unissent pour la vie et rencontrent de grandes difficultés pour rentrer en Amérique. Après avoir installé un aspect de comédie gentillette, Hawks se déchaîne en faisant preuve d'une inventivité dans les situations comiques, et en exploitant des thèmes comme la guerre des sexes et l'inversion des rôles, thèmes qu'il utilise à fond puisqu'il va jusqu'à travestir Cary Grant en femme, et l'acteur qui incarne un Français, semble se prendre au jeu en n'hésitant pas à jouer de cette ambivalence.
Cette situation touche alors au plus haut comique grâce à des scènes carrément hilarantes et des dialogues très vifs, où Hawks profite de ce sujet un peu saugrenu pour égratigner la rigidité et l'hypocrisie de l'administration militaire, le tout sur un rythme échevelé où le couple d'acteurs est vraiment très performant ; Grant est égal à lui-même, il l'a déjà montré chez Hawks ou ailleurs, notamment dans L'impossible monsieur Bébé ou Arsenic et vieilles dentelles, et Ann Sheridan considérée comme une actrice sans grande envergure et surnommée "Oomph girl" ("la fille qui a du chien"), elle valait bien mieux que les rôles de poules ou d'entraineuses qu'on lui faisait jouer ; spirituelle et audacieuse, elle se montre ici tout à fait à la hauteur de son partenaire.
Une très brillante comédie, où Hawks décrit une situation délirante en alignant les gags... à consommer sans restriction !

Ugly
9

Créée

le 15 avr. 2017

Critique lue 393 fois

9 j'aime

3 commentaires

Ugly

Écrit par

Critique lue 393 fois

9
3

D'autres avis sur Allez coucher ailleurs !

Allez coucher ailleurs !
Artobal
10

Les hommes sont des mariées comme les autres

S'il obéit au schéma de base de la comédie de sexe à l'américaine (au début ils ne s'aiment pas, après si), "Allez coucher ailleurs" présente des singularités qui en font un film unique. D'abord le...

le 17 oct. 2022

18 j'aime

5

Allez coucher ailleurs !
Gizmo
7

Voyage à deux

Dans l'Allemagne occupée d'après-guerre, militaires français et américains sont obligés de collaborer. Première partie : Le lieutenant Gates/femme/américaine et le capitaine Rochard/homme/français...

le 27 févr. 2011

12 j'aime

4

Allez coucher ailleurs !
Ugly
9

Une irrésistible satire de la bureaucratie militaire

C'est probablement une des meilleures comédies de Howard Hawks, qui bien qu'ayant touché à tous les genres, a pu exceller dans chaque, que ce soit en aventure (Hatari), western (Rio Bravo), film noir...

Par

le 15 avr. 2017

9 j'aime

3

Du même critique

Il était une fois dans l'Ouest
Ugly
10

Le western opéra

Les premiers westerns de Sergio Leone furent accueillis avec dédain par la critique, qualifiés de "spaghetti" par les Américains, et le pire c'est qu'ils se révélèrent des triomphes commerciaux...

Par

le 6 avr. 2018

121 j'aime

96

Le Bon, la Brute et le Truand
Ugly
10

"Quand on tire, on raconte pas sa vie"

Grand fan de westerns, j'aime autant le western US et le western spaghetti de Sergio Leone surtout, et celui-ci me tient particulièrement à coeur. Dernier opus de la trilogie des "dollars", c'est...

Par

le 10 juin 2016

95 j'aime

59

Gladiator
Ugly
9

La Rome antique ressuscitée avec brio

On croyait le péplum enterré et désuet, voici l'éblouissante preuve du contraire avec un Ridley Scott inspiré qui renouvelle un genre ayant eu de beaux jours à Hollywood dans le passé. Il utilise les...

Par

le 4 déc. 2016

95 j'aime

45