Je n'étais pas spécialement parti pour le voir. L'occasion s'est présentée. Et du coup, je comprends mieux pourquoi je n'avais pas plus envie que ça. Le sujet n'est évidemment pas inintéressant. Cela permet d'en savoir plus sur ces « associations » totalement illégales, composées de personnes courageuses, bienveillantes, parfois prêtes à presque tout sacrifier pour leurs idéaux. L'occasion, également, d'observer les débats internes, inévitables, entre « radicaux » et tenants d'une ligne plus modérée, permettant de voir toutes les interrogations que soulèvent un sujet aussi sérieux que l'avortement.


Maintenant, une fois écrit cela... Qu'apprend-on de plus que ce que je viens d'écrire ? Pas grand-chose. C'est plat, sans passion. Faute de moyens, probablement, la reconstitution est plus que minimaliste, si ce n'est à travers quelques affiches plutôt pas mal. Surtout, le film souffre violemment de la comparaison avec « L'Événement », sorti l'année dernière et autrement plus puissant, captivant, provoquant des émotions totalement absentes d' « Annie Colère » (curieux titre, au passage).


De plus, le scénario parle vraiment de ce qui l'arrange. Contraception évoquée mais sans plus, aucune critique des femmes venant se faire avorter plusieurs fois, rien ne disant explicitement que l'IVG doit vraiment être le dernier recours, etc. Du militantisme facile, donc, ne cherchant jamais à élever le débat. Alors oui, vu ce qui se passe aux États-Unis, ce genre de sorties peut être salutaire, on n'est jamais sûr de ce qui peut arriver dans le futur, blablabla : OK. Reste que cinématographiquement, ça n'a pas grande valeur.


Je n'ai jamais vu un seul instant l'apport de la salle obscure par rapport à la télévision, chose pourtant très rare chez moi. C'est quand même un peu mieux sur la deuxième partie, plus dynamique et assez juste concernant l'émancipation de son héroïne (Laure Calamy, bien mais en mode très mineur au vu de ses dernières prestations), entourée de quelques jolis seconds rôles (Zita Hanrot et Rosemary Standley, notamment). « Annie Colère » voulait manifestement marquer les esprits, mais me concernant, c'est dans l'oubli qu'il tombera rapidement.

Caine78
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les meilleurs films de 2022

Créée

le 23 déc. 2022

Critique lue 734 fois

3 j'aime

3 commentaires

Caine78

Écrit par

Critique lue 734 fois

3
3

D'autres avis sur Annie Colère

Annie Colère
Cinephile-doux
7

Esprit de corps

De Blandine Lenoir, l'on se souvenait de Aurore, un bel hymne à l'émancipation féminine. Annie colère est dans la même veine, mais avec une charge historique puissante, puisqu'il y est question de...

le 24 août 2022

15 j'aime

2

Annie Colère
Moizi
2

Un téléfilm conservateur

Je suis présentement à la recherche du cinéma dans ce film. Où est le cinéma ? Hé oh ? C'est bien beau de faire un film militant sur l'avortement et l'accès à la contraception des femmes pour...

le 15 avr. 2023

10 j'aime

3

Annie Colère
Foudart
8

Un combat pour la liberté

1960 - Création de la méthode Karman qui consiste à aspirer de façon très simple et indolore, le contenu de l'utérus à l'aide d'une canuleAvril 1973 - Création du MLAC (Mouvement pour la Liberté de...

le 20 août 2022

10 j'aime

1

Du même critique

Enquête sur un scandale d'État
Caine78
2

Enquête sur un scandale cinématographique ?

Thierry de Peretti est un réalisateur doté d'une bonne réputation, notamment grâce à « Une vie violente », particulièrement apprécié à sa sortie. J'y allais donc plutôt confiant, d'autant que le...

le 20 août 2022

32 j'aime

8

Mourir peut attendre
Caine78
4

Attente meurtri(ère)

Cinq ans d'attente, avant que la crise sanitaire prolonge d'une nouvelle année et demie la sortie de ce 25ème opus, accentuant une attente déjà immense due, bien sûr, à la dernière de Daniel Craig...

le 7 nov. 2021

28 j'aime

31

L'Origine du monde
Caine78
3

L'Origine du malaise

Je le sentais bien, pourtant. Même si je n'avais pas aimé « Momo », adapté du même Sébastien Thiéry, cela avait l'air à la fois provocateur et percutant, graveleux et incisif, original et décalé,...

le 25 sept. 2021

22 j'aime