👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Ne pas jeter bébé avec l'eau du bain

Voilà un long métrage qui, en apparence, accumule les défauts : une erreur monumentale dans le choix de la date dès le carton d'ouverture (l'action se situe dans un Paris post-apocalyptique parfaitement impensable sur une échelle de moins de vingt ans : l'année 2135 au lieu de 2035 évitait le saisissant sentiment d'absurdité qui plombe tout le début du film), un casting bordélique et improbable pour le genre action/SF (un acteur de la Comédie Française, un autre de Nos chers voisins, les très auteurisants Louis-Do de Lencquesaing et Hélène Fillières, le méconnu Ola Rapace en tête d'affiche, qui frappe moins par la richesse de son interprétation que pour sa ressemblance avec Stephan Guerin-Tillie), les mêmes plans de coupe utilisés plusieurs fois, des dialogues un peu maigres, un scénario qui va volontiers à la facilité et multiplie les emprunts...

Pourtant, le film finit par plutôt pas mal fonctionner. D'abord parce qu'il compense son manque évident de moyens par une ambition honnête et de chouettes idées visuelles, usant d'une photographie soignée et surtout d'un troublant jeu de puzzle architectural (les graphistes ont eu la main heureuse) pour plonger un Paris réinventé dans une ambiance "à la Blade Runner" pas dégueu.
Ensuite parce qu'il compense son manque d'épaisseur et d'originalité par une utilisation assez efficace des codes et des ressors qu'il pique éhontément chez les petits camarades : si tous les rebondissements sont prévisibles et familiers, ils n'en restent pas moins divertissants et procurent un plaisir d'autant plus appréciable que la partie du cerveau qui finit par adhérer au spectacle ne perd jamais de vue celle qui remarque en permanence ses défauts et ses faiblesses.

On n'attendait pas de plaisir, ou on l'aurait cru coupable ; mais Arès, loin d'être parfait ou original, n'a rien de déshonorant.

AlexandreAgnes
6
Écrit par

il y a 5 ans

39 j'aime

Arès
Escapist
8
Arès

Ne tirez pas sur Arès !

Il serait beaucoup trop facile de critiquer le film et le comparer immédiatement à une mauvaise production Besson ou qui tente vainement de copier les ricains. Un film de SF français avec un minimum...

Lire la critique

il y a 5 ans

16 j'aime

Arès
LeDinoBleu
7
Arès

Les Boxeurs du futur rêvent-ils de révolte ?

Je crois pouvoir isoler trois critères pour distinguer le cinéma de science-fiction américain du français. Le premier concerne la rareté : même ramenée à de simples pourcentages, la production du...

Lire la critique

il y a 5 ans

16 j'aime

4

Arès
The80sGuy
2
Arès

Le cinéma de genre français, ce n’est pas pour demain…

8 ans après son « chef d’œuvre » qu’est Vilaine, Jean-Patrick Benes revient nous en mettre plein les yeux avec son nouveau « superbe » film français de genre (Cocorico !) et écrit par lui-même,...

Lire la critique

il y a 5 ans

15 j'aime

2

Au revoir là-haut
AlexandreAgnes
9

On dit décidément MONSIEUR Dupontel !

La Rochelle, 26 juin. Jour de mon anniversaire et de l'avant-première de Au revoir là-haut en présence d'Albert Dupontel. Lorsqu'il entre dans la salle à la fin de la projection, le public...

Lire la critique

il y a 5 ans

52 j'aime

4

Mektoub, My Love : Canto uno
AlexandreAgnes
4

Si "le travelling est affaire de morale", ici le panoramique vertical est affaire de vice

Je n'accorde habituellement que très peu de crédit au vieux débat clivant qui oppose bêtement cinéma populaire et cinéma d'auteur (comme si les deux étaient deux genres définitivement distincts et...

Lire la critique

il y a 4 ans

48 j'aime

19

Arès
AlexandreAgnes
6
Arès

Ne pas jeter bébé avec l'eau du bain

Voilà un long métrage qui, en apparence, accumule les défauts : une erreur monumentale dans le choix de la date dès le carton d'ouverture (l'action se situe dans un Paris post-apocalyptique...

Lire la critique

il y a 5 ans

39 j'aime