👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

John Carpenter ne l'a jamais caché : c'est un réalisateur de westerns frustré. C'est absolument évident quand on regarde des films comme New York 1997 ou Vampires. Et c'est flagrant aussi dans Assaut, qui reprend, sans se cacher, Rio Bravo.
Assaut est un chef d’œuvre de suspense et de tension. Il contient tout ce qu'il faut pour faire une merveille du genre, à commencer par des méchants vraiment odieux, imaginatifs, intelligents, brutaux et nombreux. En fait, tellement nombreux qu'il est impossible de savoir précisément combien ils sont. On en voit quatre au début, mais ils sont finalement beaucoup plus nombreux autour du commissariat, et surtout beaucoup plus discrets. Là aussi, les références aux westerns sont présentes, les assaillants se comportant comme des Indiens (parfois ça m'a rappelé la scène où la ferme se fait attaquer dans La Prisonnière du désert). La scène où ils emploient des voitures pour avancer en se cachant derrière est très significative. Et leur façon d'ôter les cadavres pour que des patrouilles de police ne remarquent rien est... une vraie ruse de sioux !
Mais ces assaillants apportent aussi un caractère surnaturel, fantastique au film. On ne sait pas combien ils sont, on ne sait pas à quoi ils ressemblent (à part les quatre du début, évidemment), on ne les voit pas mais ils sont une menace constante et permanente. leur façon d'apparaître de nulle part m'a fait penser aux zombies du Prince des ténèbres.
Carpenter sait merveilleusement bien alterner les scènes d'action avec celle de tension. On fusille, puis on reprend des forces tout en constatant que la situation est encore plus désespérée qu'auparavant. Assaut est un véritable cauchemar où on s'enfonce régulièrement vers le pire.
Et Carpenter y fait preuve d'un sens du rythme rare, le film étant construit sur un crescendo magnifique, mais aussi un grand sens de l'espace. En effet, un tel film nécessitait que le cinéaste nous donne une vision claire de l'espace intérieur du commissariat et qu'il sache jouer avec les moindres recoins de cet espace sans jamais perdre ses spectateurs. Mission accomplie.
Et la musique ? Comme souvent, elle est faite par Carpenter lui-même et joue son rôle dans la tension du film.
En bref, Assaut est un chef d’œuvre, dont la force est encore augmentée par sa brièveté, justement. Ici, aucune image inutile, chaque plan a la longueur idéale et le montage ne laisse aucune chance aux spectateurs.
SanFelice
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes 2014 : de l'action, encore de l'action, toujours de l'action, Les meilleurs films de John Carpenter et Le titre du film est aussi le titre d'une chanson

il y a 8 ans

57 j'aime

8 commentaires

Assaut
Sergent_Pepper
8
Assaut

Requiem for a team.

Ecoutez plutôt : C’est un petit rythme sec, 6 coups narquois, méchants comme les 70’s en train de mourir. Un assénement teigneux, qui ponctue le ballet des voitures et le silence des gangsters...

Lire la critique

il y a 6 ans

61 j'aime

4

Assaut
Gand-Alf
9
Assaut

Alamo.

Grand fan de Howard Hawks devant l'éternel, John Carpenter, pour son premier vrai film professionnel ("Dark star" était un film de fin d'études), accouche d'une relecture contemporaine de "Rio...

Lire la critique

il y a 8 ans

58 j'aime

Assaut
SanFelice
9
Assaut

Les charmes d'Assaut

John Carpenter ne l'a jamais caché : c'est un réalisateur de westerns frustré. C'est absolument évident quand on regarde des films comme New York 1997 ou Vampires. Et c'est flagrant aussi dans...

Lire la critique

il y a 8 ans

57 j'aime

8

Starship Troopers
SanFelice
7

La mère de toutes les guerres

Quand on voit ce film de nos jours, après le 11 septembre et après les mensonges justifiant l'intervention en Irak, on se dit que Verhoeven a très bien cerné l'idéologie américaine. L'histoire n'a...

Lire la critique

il y a 9 ans

251 j'aime

50

Gravity
SanFelice
5
Gravity

L'ultime front tiède

Au moment de noter Gravity, me voilà bien embêté. Il y a dans ce film de fort bons aspects, mais aussi de forts mauvais. Pour faire simple, autant le début est très beau, autant la fin est ridicule...

Lire la critique

il y a 8 ans

211 j'aime

20

Chernobyl
SanFelice
9
Chernobyl

What is the cost of lies ?

Voilà une série HBO qui est sans doute un des événements de l’année, avec son ambiance apocalyptique, ses flammes, ses milliers de morts, ses enjeux politiques, etc. Mais ici, pas de dragons ni de...

Lire la critique

il y a 3 ans

207 j'aime

32