Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Aïe aïe aïe… Ces derniers temps j’aimais bien ce qu’il faisait ce duo Jonathan Dayton / Valerie Faris (« Little Miss Sunshine », « Elle s’appelle Ruby »), mais là, j’avoue que je suis passé totalement à côté… C’était même tellement violent que ce fut une question que je me suis régulièrement posée durant la projection. « Mais pourquoi je ne suis pas dedans là ? C’est quoi qui bloque ? » Parce que bon, difficile de reprocher au duo Dayton / Faris de faire des fautes de goût. On a affaire ici à un casting de choix, à une histoire assez insolite et tout cela au service d’une question sociétale d’actualité... Etrange, ça devrait marcher… Sauf que non, en fait, quand j’y réfléchis bien, le cinéma, ça ne marche pas comme ça. Il ne suffit pas d’additionner des trucs sympas pour que ça donne un ensemble cool. L’ensemble ne deviendra cool que s’il y a cet élément-clef qui fera que l’amalgame va se constituer et fonctionner. Et ce n’est pas évident de définir quel est cet élément-clef, mais pour moi c’est évident que « Battle of the sexes » ne l’a pas du tout. Quand j’ai vu ce film, je n’ai pas vu l’histoire incroyable de Billy Jean King. J’ai vu Emma Stone portant une perruque et des lunettes en train de jouer Billy Jean. J’ai vu le duo Dayton / Faris filmer le tout avec la photo et le classicisme des années 70, et j’ai vu chacun lire péniblement les lignes d’un scénario qui était là pour nous expliquer scolairement à quel point c’est pas cool et pas juste que les femmes soient moins payées que les hommes ; à quel point les arguments justifiant ces inégalités sont fallacieux ; et surtout à quel point Billy Jean était une héroïne pour son époque… Ah oui et puis ce n’est pas tout ! C’était aussi super cool que Billy Jean elle soit aussi lesbienne et qu’elle ait finie par l’assumer ! Rah ça ! Qu’elle héroïne en avance sur son temps ! Au regard des combats d’aujourd’hui, il semblait effectivement indispensable de faire un film sur elle pour rappeler à quel point les acquis d’aujourd’hui et/ou de demain, on les doit grâce à ce genre de personnages et de combats ! …Alors moi, je ne demande qu’à être convaincu. A dire vrai je l’étais déjà avant de voir le film. Pourtant ce film m’a gonflé comme jamais parce que, malheureusement, je pense qu’il ne se réduit qu’à ça. C’est un propos et une cause à défendre qu’on s’est simplement contenté de mettre en image sans avoir su trouver le petit ingrédient qui allait permettre à cette intrigue de vraiment prendre vie. Parce que si on prend les deux précédents films du duo, « Little Miss Sunshine » et « Elle s’appelle Ruby », il y avait certes un propos dans les deux films ; l’un sur le rejet du conformisme au modèle américain, l’autre sur les attentes portées sur une relation amoureuse. Mais si ces deux propos ont fonctionné sur moi, c’est surtout parce qu’il avait su prendre vie au travers d’un artifice qui me permettait de cheminer dedans. « Little Miss Sunshine » nous avait embarqué dans un mini-van peuplé de personnages excentriques que j’étais amené à découvrir et – indirectement – à juger. Face à ce film, j’étais dans un processus dynamique. Et le fait que chaque personnage oscillait en permanence entre le pathétisme et une authenticité touchante, cela rendait notre jugement difficile. On était sans cesse en train de reconsidérer la chose. Bref, on était en train de VIVRE à l’intérieur de cet univers. Et même chose pour « Elle s’appelle Ruby » au fond ! En nous plaçant dans la peau de l’écrivain qui a la possibilité de réécrire sa relation amoureuse et – mieux encore – de choisir les caractéristiques de sa partenaire, il nous pose face à une question qui nous interpelle forcément tous : « nous, que chercherions nous à faire en pareille situation ? » Dans cette situation aussi, nous sommes également actifs. Nous prenons PART dans l’intrigue. Ici, dans cette « Battle of the sexes », il n’y a aucun artifice qui nous permet de questionner ou de vivre quoi que ce soit. Bah oui, Billy Jean a l’air d’être une fille chouette : à aucun moment j’ai envie de discuter sa position. Bah oui, elle est légitime dans son combat. Bah ouais, elle est légitime dans son orientation sexuelle… Si bien que tout le film se déroule sans qu’il nous offre la possibilité de nous impliquer dedans. Il n’est plus une expérience sensorielle ou intellectuelle, il est juste du discours… ET quand on me cale près de deux heures d’un discours sans aspérité, auquel je n’ai rien à redire, eh bah moi je m’ennuie grave. C’est tout le problème selon moi à faire des films-plaidoyers comme celui-ci : comme on ne veut surtout pas donner des arguments aux détracteurs de ceux qui s’opposeraient à la cause qu’on entend défendre, alors on a tendance à faire un film univoque, sans relief, sans marge laissée au spectateur pour qu’il questionne, juge, ressente… Pour moi, ce film, il reproduit une erreur classique et répandue ; une erreur qui le rend à mes yeux totalement insignifiant et inintéressant au possible. Dommage… Venant de Jonathan Dayton et de Valerie Faris, je m’attendais à bien mieux…

Créée

le 3 déc. 2017

Critique lue 297 fois

3 j'aime

1 commentaire

Critique lue 297 fois

3
1

D'autres avis sur Battle of the Sexes

Battle of the Sexes
B_Jérémy
8

Une commémoration propice sur l'amélioration pour les femmes et des écarts qu'il reste à gravir

-En affaires, en sport et ainsi de suite, en haut de l'échelle c'est l'homme qui domine. -Je vais devenir la meilleure, comme ça je pourrais changer les choses. Les réalisateurs Jonathan Dayton...

le 12 mars 2019

23 j'aime

21

Battle of the Sexes
LuluCiné
5

Critique de Battle of the Sexes par LuluCiné

Je me sens un peu gênée de dire que je me suis plus ennuyée qu’amusée devant Battle of the Sexes. Le film regorge de qualités et apporte un détail historique, peu connu par ici, sur l’égalité des...

le 30 nov. 2017

14 j'aime

2

Battle of the Sexes
RedArrow
8

Tennis de combat

Jonathan Dayton and Valerie Faris ne sont peut-être pas les réalisateurs les plus prolifiques du monde ("Little Miss Sunshine" date déjà de 2006 et "Elle s'appelle Ruby" de 2012 !) mais notre attente...

le 27 nov. 2017

14 j'aime

3

Du même critique

Tenet
lhomme-grenouille
4

L’histoire de l’homme qui avançait en reculant

Il y a quelques semaines de cela je revoyais « Inception » et j’écrivais ceci : « A bien tout prendre, pour moi, il n’y a qu’un seul vrai problème à cet « Inception » (mais de taille) : c’est la...

le 27 août 2020

237 j'aime

80

Ad Astra
lhomme-grenouille
5

Fade Astra

Et en voilà un de plus. Un auteur supplémentaire qui se risque à explorer l’espace… L’air de rien, en se lançant sur cette voie, James Gray se glisse dans le sillage de grands noms du cinéma tels que...

le 20 sept. 2019

206 j'aime

13

Avatar - La Voie de l'eau
lhomme-grenouille
2

Dans l'océan, personne ne vous entendra bâiller...

Avatar premier du nom c'était il y a treize ans et c'était... passable. On nous l'avait vendu comme l'événement cinématographique, la révolution technique, la renaissance du cinéma en 3D relief, mais...

le 14 déc. 2022

158 j'aime

122