⚠️ Une maintenance est prévue le Mercredi 26 juin à 8h00 pour une durée d'environ 2h. Le site sera inacessible pendant cette période.

J'aime les biopics, c'est pour moi une occasion de voir des performances d'acteurs, même si ces films sont souvent consensuel. Et bien il faut dire que ce film me faisait peur, même si j'adore le tennis, j'avais peur qu'on tombe dans une logorrhée féministe indigeste. Il faut avouer qu'on en est loin, le film est un minimum subtil, même si il est quand même pro féministe,enfin cela ne m'a pas gêner du tout, vu qu'il prend soin de ses personnages masculins. Il faut dire que , Steve Carell relève une fois de plus son immense talent, il est tellement irritant, qu'il en devient pathétique et donc touchant, et marrant à la fois. Une des scènes finales qui ne dure pas longtemps m'a au combien marqué


lorsqu'il est tout seul dans son grand vestiaire, on ressent à la fois la remise en question, la désespérance et solitude d'un combat idéologique que l'on n'aurait pas dû mener.


Alors après c'est vrai que le film est un peu trop tapageur, on a compris les hommes sont de méchants matchos, mais je trouve qu'on les laisse exister au sein de la trame sans trop réécrire l'histoire. Pour ce qui est du film, il met tellement de temps avant de partir, c'est justement ultra consensuel, mais le travail sur la photographie nous immerge dans les seventies. Ce qui rend le film touchant, c'est Emma Stone, qui pour une fois ne joue pas une belle gosse, mais un personnage lesbienne, sa relation dans le film est montré de très belle façon. C'est super simple, mais c'est efficace, comme quoi parfois il suffit juste de bons acteurs pour nous investir dans une histoire et aussi un soin dans le rtyhme et l'atmosphère. Justement ce film c'est un peu la fin d'une aire et le début d'une nouvelle époque c'est ça son grand fort, sentir l'histoire s'écrire sous nos yeux. Pour ce qui est des parties de tennis, on arrive vraiment à rentrer dedans, tout est admirablement reconstitué, bon après comme je disais ça met 10 ans avant de commencer. Le vrai point fort du film réside dans sa dernière demi -heure d'une émotion incomparable, on sent le combat des femmes, contre aussi le combat des hommes, je dois dire qu'on a le cœur serré, qu'on verse sa petite larme, autant de joie que de tristesse. Car pour ma part le filma arrive à me faire m'identifier aux deux personnages, et ça c'est très fort et ça tient à peu de chose en plus, et je ne sois même pas sur que c'était la volonté des réalisateurs, mais c'était mon ressentis personnel. Voilà somme tout un bon film, même si il est très académique,trop j'ai envie de dire, je lui donne une note de 6 étoiles, quand même bien généreuse.

Créée

le 18 mai 2021

Critique lue 65 fois

Zhurricane

Écrit par

Critique lue 65 fois

D'autres avis sur Battle of the Sexes

Battle of the Sexes
B_Jérémy
8

Une commémoration propice sur l'amélioration pour les femmes et des écarts qu'il reste à gravir

-En affaires, en sport et ainsi de suite, en haut de l'échelle c'est l'homme qui domine. -Je vais devenir la meilleure, comme ça je pourrais changer les choses. Les réalisateurs Jonathan Dayton...

le 12 mars 2019

23 j'aime

21

Battle of the Sexes
LuluCiné
5

Critique de Battle of the Sexes par LuluCiné

Je me sens un peu gênée de dire que je me suis plus ennuyée qu’amusée devant Battle of the Sexes. Le film regorge de qualités et apporte un détail historique, peu connu par ici, sur l’égalité des...

le 30 nov. 2017

14 j'aime

2

Battle of the Sexes
RedArrow
8

Tennis de combat

Jonathan Dayton and Valerie Faris ne sont peut-être pas les réalisateurs les plus prolifiques du monde ("Little Miss Sunshine" date déjà de 2006 et "Elle s'appelle Ruby" de 2012 !) mais notre attente...

le 27 nov. 2017

14 j'aime

3

Du même critique

The Devil and Daniel Johnston
Zhurricane
8

Documentaire sur un des artistes rock les plus athypiques

Nous voici plongé dans la tête de Daniel Johnston, ou plutôt dans la tête de Daniel Johnston et du diable. Johnston chanteur de lo-fi (un des fondateurs) est bipolaire. Et cela entraine chez lui des...

le 17 sept. 2022

4 j'aime

Les Temps modernes
Zhurricane
9

Critique du travail à la chaine par le comique.

Ce film date de 1936, et pourtant quand on le regarde aujourd'hui, il est frappant de dire que son propos et toujours d'actualité, et que les choses n'ont malheureusement pas changé. C'est bien le...

le 21 mars 2020

3 j'aime

3

Salò ou les 120 journées de Sodome
Zhurricane
1

L'abjection du cinéma

Un des films les plus insoutenable de son histoire, abject et immonde du monde. C'est simple pour faire plus horrible, il y aurait fallu un viol d'enfant et d'animal. Pasolini nous dresse un portrait...

le 26 sept. 2019

3 j'aime