Si l'on devait se projeter à une époque où littérature et Septième Art n'avaient pas encore brassé le thème de l'errance et illustré le mouvement gothique, nul doute que l'essai de Luca Guadagnino aurait eu toutes les faveurs des publics. Bones and all, lui-même roman à la base, s'octroie bien des images pensées par d'autres. C'est du moins la sensation ressentie lorsque défilent les plans d'une Amérique profonde au rythme du thème lancinant de Trent Reznor et Atticus Ross. Sur un terrain balisé par le souffle mélancolique de la jeunesse, le film déploie l'essentiel du programme auteuriste indé produit cocassement par la MGM puis distribué par Warner Discovery. La rencontre de Maren (Taylor Russell) et Lee (Thimothee Chalamet) , créatures diurnes paumées à l'anthropophagie atavique souffre d'être l'enfant inavoué de Jack Kerouac et d'Anne Rice . Bones and all cherche délibérément à travers sa descendance liée au fantastique et au mouvement Beat Generation une légitimité, pire une envie de jouer des coudes afin d'exister. Mais comment s'affirmer lorsque les désirs artistiques sont écartelés par la soif de genre à l'état brut et le souhait de s'attarder sur des paysages ouverts à 180° ? C'est au coeur des convergences culturelles que le film s'étiole, incapable de densifier sa personnalité. Le réalisateur du remake de Suspiria a forcément été séduit par les visions Kerouaquiennes de Sur la route. Un socle littéraire sur lequel s'appuyer avec pour but de construire un nouveau mythe. Maren et Lee partagent le goût des espaces et du voyage en automobile. La Beat Generation prônait cette communion avec la nature, abordait la consommation de substances illicites et l'homosexualité sans retenu. Les (maigres) parenthèses accordées à la dite "déviance" (la séquence du forain) du film sont rapidement relayées par la violence comme si le genre dévorait littéralement la pseudo-cerebralité de l'ensemble. Les incartades chez Anne Rice et son roman Entretien avec un vampire sort vaguement le spectateur de sa torpeur sans le marquer dans sa chair. On notera les mêmes usages fantastiques pour camper les personnages forcément à la recherche de leurs origines. La marginalité de l'inhumain dans un monde fait de conventions sans omettre le rôle du vieux mentor (Mark Rylance) cerné par la solitude et en quête de partage.


Bones and all est un morceau inerte de l'Amérique, un livre ouvert à peine illustré articulé autour de motifs rabâchés. Seule, la sublime Taylor Russell gagne en grâce et en fragilité. Une vraie découverte.

starlord09
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Star-Lord reprend ses études de Cinéma (Année 2022)

Le 26 novembre 2022

16 j'aime

21 commentaires

Bones and All
Procol-Harum
5

En manque de chair

Indéniablement, Luca Guadagnino a de la suite dans les idées. Après avoir mis en scène la douceur dans Call Me By Your Name, puis l’horreur dans son remake de Suspiria, il nous revient cette fois-ci...

il y a 2 mois

16 j'aime

Bones and All
starlord09
5

La difficulté d'exister

Si l'on devait se projeter à une époque où littérature et Septième Art n'avaient pas encore brassé le thème de l'errance et illustré le mouvement gothique, nul doute que l'essai de Luca Guadagnino...

il y a 2 mois

16 j'aime

21

Bones and All
Noel_Astoc
4

Faux d'artifice

Luca Guadagnino signe un film arty et même artificiel, ni nul ni scandaleux mais assez vide. Formellement accompli et de bonne facture, le film sidère par sa superficialité tant Guadagnino ne tire...

il y a 3 mois

10 j'aime

Midnight Special
starlord09
8

ALTON EST LE FILS DE KRYPTON

C'est un critique malheureux qui prend la plume. Malheureux parce que l'orgasme filmique amorcé ne s'est pas produit. Malheureux parce que la promesse de caresser une époque révolue (celle des prods...

il y a 7 ans

145 j'aime

87

Knight of Cups
starlord09
8

DES DIEUX PARMI LES HOMMES.

Du plus haut des cieux avec "Tree of life" jusqu'au plus profond de l'âme humaine avec "To the wonder", voici venir l'entre-deux "Knight of cups" oeuvre du démiurge Malick. Si la palme d'or de 2011...

il y a 7 ans

116 j'aime

50

Youth
starlord09
7
Youth

UN COUP D'OEIL DANS LE RETRO.

Youth est un boomerang qui, mal lancé, reviendrait dans la truffe du critique malin d'avoir découvert toutes les thématiques évidentes du dernier Sorrentino. A savoir la sagesse, le recul et surtout...

il y a 7 ans

98 j'aime

26