Youth est un boomerang qui, mal lancé, reviendrait dans la truffe du critique malin d'avoir découvert toutes les thématiques évidentes du dernier Sorrentino. A savoir la sagesse, le recul et surtout les affres du temps qui passe. Ici, deux octogénaires en repos dans un luxueux hôtel des Alpes échangent sur leur vie passée avec pour horloge biologique leurs prostates. Un coup d'oeil dans le rétro pour les deux protagonistes et l'occasion pour le réalisateur transalpin d'appuyer les thèmes abordés dans le superbe "La grande Bellezza", le chef d'œuvre présenté à Cannes il y a quelques années.


Le piège à loup s'est donc refermé sur la critique mettant en avant l'éternelle vie fugace et ce qu'on en fait. Youth est bien cela à n'en pas douter. Pourtant, exclure ce qui fait l'intérêt du métrage au profit d'un énième papier d'un scribouillard peu consciencieux serait se couper d'une (fausse) Palme plus qualitative que la quantitative sélection française. Sorrentino mit malgré lui au coeur de cette compet' (sur la Croisette) France - Italie accouche pourtant d'un film fortement "griffé" symboliquement. A tel point que les piscines de l'hôtel constamment filmées apparaissent comme un bassin amniotique accueillant les corps fripés mais également les nymphes sortant à peine de l'adolescence rappelant que c'est bien d'un ventre que nous naissons. Ou encore à l'image de Rachel Weisz, tout en brasse, lavant sa vie passée d'une liaison fragile.


Ce séjour restera pour les personnages le point de rupture des couples et le passage d'un état à un autre avec pour moteur LA FEMME. De ce constat, Youth va délicatement s'ouvrir afin de révéler son coeur. Ode au corps sublime (c'est Dieu rétorque Keitel lorsque Miss Univers entre dans la piscine) habile sophiste ou victime, la femme va constituer l'élément déterminant qui en fera la réelle richesse du film. A tel point que la structure narrative sera morcelée en autant de pièces de puzzle dont chaque rôle féminin y jouera un rôle étonnant. Quelques apartés croustillants font la part belle à des femmes d'âges différents dans des postures les rendant souveraines déstabilisant leurs moitiés à l'aide de répliques bien dosées, de gifles claquantes ou de massages érotiques. Le souvenir même d'un flirt passé peut provoquer quelques saillies drôlatiques entre deux amis se connaissant depuis 60 ans.


Sorrentino l'a bien compris, lorsque une femme tient un homme par les gonades, elle peut l'envoyer sur Pluton ou bien lui faire appeler sa maman comme un gamin. Jamais vulgaire même lorsqu'il évoque la prostitution d'une pauvrette perdue dans l'immensité des couloirs froids et luxueux, le réalisateur tend la main au beau sexe dont les débordements amoureux n'ont d'égales que la vie dont il croque chaque instant à pleine dent. Le septième Art a trouvé son épicurien...

starlord09
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes LES FILMS DE L'AN 2015 APRÈS JC et Les meilleurs films de Paolo Sorrentino

Le 12 septembre 2015

98 j'aime

26 commentaires

Youth
Sergent_Pepper
4
Youth

Hospice power

De deux choses l’une : celui qui ne connait pas Sorrentino pourra, un temps, être ébloui par sa maîtrise formelle et y voir une voie d’accès à son univers ; celui qui en est familier y trouver une...

Lire la critique

il y a 7 ans

95 j'aime

6

Youth
BrunePlatine
9
Youth

Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait...

Au vu des notes et des avis disparates qu'a recueilli la dernière oeuvre de mon cher Paolo depuis sa sélection à Cannes, j'avais hâte de me faire ma petite idée dessus. Nous y retrouvons les...

Lire la critique

il y a 6 ans

53 j'aime

4

Youth
Krokodebil
1
Youth

La Grande Bruttezza

Je profite d'une ivresse momentanée et d'un week-end assez chargé pour dégobiller sur cet objet filmique détestable. Précision qui importe : j'aime assez "This must be the place", j'adore "La Grande...

Lire la critique

il y a 7 ans

51 j'aime

11

Midnight Special
starlord09
8

ALTON EST LE FILS DE KRYPTON

C'est un critique malheureux qui prend la plume. Malheureux parce que l'orgasme filmique amorcé ne s'est pas produit. Malheureux parce que la promesse de caresser une époque révolue (celle des prods...

Lire la critique

il y a 6 ans

145 j'aime

87

Knight of Cups
starlord09
8

DES DIEUX PARMI LES HOMMES.

Du plus haut des cieux avec "Tree of life" jusqu'au plus profond de l'âme humaine avec "To the wonder", voici venir l'entre-deux "Knight of cups" oeuvre du démiurge Malick. Si la palme d'or de 2011...

Lire la critique

il y a 7 ans

116 j'aime

49

Youth
starlord09
7
Youth

UN COUP D'OEIL DANS LE RETRO.

Youth est un boomerang qui, mal lancé, reviendrait dans la truffe du critique malin d'avoir découvert toutes les thématiques évidentes du dernier Sorrentino. A savoir la sagesse, le recul et surtout...

Lire la critique

il y a 7 ans

98 j'aime

26