Je ne me souviens plus combien de fois j'ai pu voir Brazil dans ma vie, je sais juste que là ça faisait bien sept, huit années de jachère et que c'est bien pratique pour avoir l'impression de redécouvrir le chef d'oeuvre de Terry Gilliam... Vous vous demandez sans doute pourquoi je vous raconte ma vie, et bien c'est parce que Dimitri attends depuis presque trois heures dans le plus grand trouble pour savoir si ma note restera aussi haute que dans mes souvenirs de jeunesse et que, comme cela, je fais durer le plaisir...

En vrai, je n'ai pas grand chose à vous raconter sur ce film que vous ne sachiez déjà. Un mélange d'Orwell et de Kafka passés à la moulinette d'un sale gosse enfin en accord avec son sujet, des détails brillants dans tous les coins, un foisonnement d'idées formidables, des gags à hurler de rire dans un climat d'angoisse permanent, un monde intelligemment désuet, ce qui lui permet de bien vieillir, un rythme à la Tex Avery, mais au service d'une histoire fascinante, un Jonathan Pryce dans le rôle de sa vie, un Robert de Niro très humble en plombier-terroriste-cauchemar de Bob Hoskins, une Katherine Helmond d'anthologie, un Ian Holm bien poisseux et un Michael Palin aux petits oignons.

D'un autre côté, et pour justifier ma notation que je changerai peut-être dans les minutes qui viennent, j'ai toujours autant de mal avec les scènes de rêves que je trouve assez ratées et particulièrement superfétatoires. De la même façon, une touche de mauvais goût ici et là (Bob Hoskins explosant dans les excréments, le cadavre en charpie du cercueil, les masques de Bébés) nous rappelle que nous avons affaire à Gilliam le barbare et non pas à George Cukor, mais bon, j'étais sensé le savoir en mettant le film, je crois...

Reste que la chanson qui me reste en tête et la vision de ce monde dystopique singulièrement réussi risquent d'effacer très vite les petits défauts, De plus, je ne sais pas pour vous, mais moi, c'est fou comme dans tous ces bureaux j'ai l'impression de croiser mes collègues et c'est ce genre de terreur, cachée au milieu de la grosse farce qui donne au plat tout son sel.

Voilà, voilà, je vais pas trop traîner, j'ai un Dimitri qui se liquéfie devant son écran, et ça c'est dommage... A propos, si vous voulez une critique plus longue, allez voir la sienne, et puis, si vous êtes feignants, allez voir celle de Kalian, il raconte tout en dix lignes, comme quoi, j'étais pas obligé de jouer à ce point avec les nerfs de Dimitri... Je demande pardon à Hélium et à l'équilibre du monde, mais je vais laisser mon huit et demi s'inscrire en neuf, rien que pour le maître d'hôtel...

Le 21 février 2011

Critique lue 4.7K fois

122 j'aime

62 commentaires

Torpenn

Écrit par

Critique lue 4.7K fois

122
62

D'autres avis sur Brazil

Brazil
Sergent_Pepper
8

Rétro, boulot, barjots

Brazil est saturé d’écrans : de surveillance, de divertissement jusque dans la baignoire, ou illicites dans les bureaux. Brazil sature l’écran, et l’affirme avec force dès son prologue qui voit une...

le 21 sept. 2014

180 j'aime

17

Brazil
Alexis_Bourdesien
9

Welcome en dystopie

Brazil, film de l’ancien Monty Python Terry Gilliam (Las Vegas Parano ou encore l’armée des 12 singes), réalisé en 1985 son premier grand film (et même le plus grand de sa carrière ?), relate...

le 20 mars 2013

134 j'aime

15

Brazil
Torpenn
9

Un Kafka de force majeure

Je ne me souviens plus combien de fois j'ai pu voir Brazil dans ma vie, je sais juste que là ça faisait bien sept, huit années de jachère et que c'est bien pratique pour avoir l'impression de...

le 21 févr. 2011

122 j'aime

62

Du même critique

Into the Wild
Torpenn
5

Itinéraire d'un enfant gâté

A 22 ans, notre héros, qui a feuilleté deux lignes de Thoreau et trois pages de Jack London, abandonne sans un mot sa famille après son diplôme et va vivre deux années d'errance avant de crever comme...

le 17 nov. 2012

468 j'aime

181

Django Unchained
Torpenn
4

Esclavage de cerveau

Aussi improbable que cela puisse apparaître à mes lecteurs les plus obtus, j’aime bien Tarantino, je trouve qu’il arrive très bien à mettre en scène ses histoires, qu’il épice agréablement ces...

le 22 janv. 2013

392 j'aime

174

Le Parrain
Torpenn
10

Le festival de Caan...

Tout a déjà été dit sur ce film, un des plus grands jamais réalisé. Tout le monde a vanté, un jour son casting impeccable : un Brando ressuscité, un Pacino naissant, bien loin de ses tics...

le 6 janv. 2011

361 j'aime

131