👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

A 22 ans, notre héros, qui a feuilleté deux lignes de Thoreau et trois pages de Jack London, abandonne sans un mot sa famille après son diplôme et va vivre deux années d'errance avant de crever comme une merde dans un bus oublié au milieu de l'Alaska...

J'ai une grande tendresse pour les road-movies, vraiment, je n'ai aucun problème à passer deux heures et demi à suivre un type en auto-stop à travers l'Amérique, à le voir accumuler les rencontres et les petits boulots, le tout dans des paysages qui valent le détour et je pense franchement qu'il y a mille raisons qui justifieraient très bien ce genre de décision dans une vie.

Le problème, c'est que là, le héros est un petit connard égoïste qui laisse lâchement tomber sa famille grasse et repue à son premier caprice d'enfant gâté, et tout de suite, ça devient beaucoup moins intéressant.

Après, il faut se taper le petit merdeux arrogant dire à un vieux monsieur qui a souffert dans sa vie et qui a enfin trouvé la paix qu'il doit se bouger le cul et faire comme lui (c'est à dire courir partout sans but et sans jamais donner l'impression d'en profiter vraiment). Et là, le vieux monsieur, au lieu de lui botter les fesses, il propose de l'adopter, en toute logique...

Faut dire, c'est fou comme les gens sont gentils et patients avec lui, c'est pas faute d'avoir la pire tête à claques qui soit en plus, mais non, personne ne remet en question ses théories adolescentes mal torchées, personne ne l'envoie balader, tout le monde l'aide sans rechigner, jusqu'à l'écoeurement...

Quand une jolie brune de seize ans lui offre généreusement son corps, le jeune branleur ne trouve rien de mieux à faire que de proposer de chanter une chanson à deux à la place, ce qui ne l'empêche pas de lui dire en partant, sans aucune ironie d'ailleurs, que si elle veut vraiment quelque chose dans la vie, il faut qu'elle l'attrape !

C'est couillon tout de même, on est content de croiser William Hurt, Vince Vaughn, Zach Galifianakis, Catherine Keener et de découvrir enfin Kristen Stewart adulte, mais pourquoi gâcher tout cela avec un jeune premier insupportable qui multiplie encore tous les défauts d'origine du personnage principal ?

A aucun moment n'est remis en question, ni dans l'histoire, ni dans la mise en scène, tous les postulats stupides qui irriguent ce personnage, sa vision risible et conditionnée de la vérité, de Dieu, de la liberté... Je sais bien qu'il faut que jeunesse se passe, mais tout de même, tous les protagonistes, le réalisateur, le producteur, tous derrière le même petit couillon comme un seul homme, et on voudrait que le spectateur fasse de même ?

Et bien dans ce cas, il faut nous faire bouffer avec lui, pas se contenter de montrer un sac de riz, il faut nous faire partager son périple de façon précise, minutieuse, comme Thoreau le faisait par exemple, il faut nous faire sentir ce qu'il sent, ressentir ce qu'il souffre, il faut s'attarder sur les détails triviaux et pas seulement sur les panoramiques, il faut faire l'impossible pour nous faire aimer ce type qui part tout seul, ce type qui ne baise pas, ne boit pas, ne fume pas et accumule les expériences à la va-vite exactement comme les meilleurs représentants de la société de consommation qu'il dénonce puérilement...

Sinon, s'il avait vraiment lu London, il aurait appris pas mal de choses sur le fait de ne jamais s'aventurer seul dans le Yukon ainsi que quelques indications notables sur la valeur des crues dans cette région, ce qui lui aurait évité bien des désagréments.
Torpenn
5
Écrit par

il y a 9 ans

452 j'aime

180 commentaires

Into the Wild
Thomas_Dekker
10

Rather than money, than love, than faith, than fame, than fairness, give me truth

Chris est un égoïste. Chris est un gosse de riche prêt à tout pour assouvir ses désirs. Chris se croit sans doute très novateur, révolutionnaire, rebelle alors qu’il ne l’est pas. Chris est un...

Lire la critique

il y a 9 ans

125 j'aime

5

Into the Wild
nm-reader
8

Nos vies, si chères

On se trompe beaucoup sur "Into the wild". On le prend souvent pour un beau film sur la nature, les grands espaces, le rejet du capitalisme. Ces ingrédients sont très présents, évidemment, et...

Lire la critique

il y a 8 ans

124 j'aime

3

Into the Wild
Iriskv
3

Wild Wild Wesh

Oui, d'accord, c'était joli à regarder et la bande son est géniale. Mais damn, le personnage principal est le plus gros connard antipathique qui soit. Un type incapable de formuler une pensée...

Lire la critique

il y a 12 ans

103 j'aime

68

Into the Wild
Torpenn
5

Itinéraire d'un enfant gâté

A 22 ans, notre héros, qui a feuilleté deux lignes de Thoreau et trois pages de Jack London, abandonne sans un mot sa famille après son diplôme et va vivre deux années d'errance avant de crever comme...

Lire la critique

il y a 9 ans

452 j'aime

180

Django Unchained
Torpenn
4

Esclavage de cerveau

Aussi improbable que cela puisse apparaître à mes lecteurs les plus obtus, j’aime bien Tarantino, je trouve qu’il arrive très bien à mettre en scène ses histoires, qu’il épice agréablement ces...

Lire la critique

il y a 9 ans

389 j'aime

174

Le Parrain
Torpenn
10
Le Parrain

Le festival de Caan...

Tout a déjà été dit sur ce film, un des plus grands jamais réalisé. Tout le monde a vanté, un jour son casting impeccable : un Brando ressuscité, un Pacino naissant, bien loin de ses tics...

Lire la critique

il y a 11 ans

355 j'aime

131