Comédie niaiseuse s’il en est.
En plus ça commence de la pire des façons: une petite fille à laquelle un garçonnet vient de tirer les cheveux s’entend expliquer que “c’est parce qu’il t’aime trop”.
Et la voix off vient nous dire que c’est parce qu’on nous dit ça depuis toute petite qu’on se perd dans les dédales de l’amour, à s’enticher systématiquement du mauvais gars.


Alors là….
Qu’on me présente les personnes qui ont écrit ça!
Soit ce film se plante totalement, soit c’est mon éducation qui a été hyper réaliste et censée ( je penche plus pour la première option).
On ne m’a jamais rien dit d’aussi idiot.
Par contre les espèces de comédies romantiques véhiculent bien cette idée, sur ça au moins on est d’accord.


Pour illustrer son - si pertinent - propos, le film propose un panorama de situations à travers les portraits croisés de femmes à problèmes (des femmes quoi…).


Leur point commun? elles sont toutes belles, ont du mal à trouver ou garder l’âme sœur, et sont trop bêtes pour différencier le bien du mal.


En gros on a (le gros étant une façon de parler puisque bien entendu il n’y a aucun “gros” dans le film, ça viendrait gâcher l’image):
La femme qui attend depuis 10 ans que son copain la demande en mariage
la femme mariée qui a tout réussit mais a perdu la passion en cours de route
l’éternelle maitresse de ses messieurs: magnifique, libérée, mais assez seule
l’idiote qui s’accroche désespérément à chaque homme rencontré et à chaque phrase prononcée comme si sa vie allait changer à la seconde (la fille qui attend comme une imbécile devant son téléphone des jours entiers)
la frileuse qui passe son temps en relations virtuelles


et sans doute d’autres que j’oublie au passage.


Autant dire qu’avec tout ça on a de quoi s’occuper, et trouver quelques situations réalistes.
Et - curieusement - ça marche.
On s’attache à certains personnages et on prend pitié de leurs déconvenues, on souhaite que la fille naïve s’en sorte, on espère que la femme trompée ouvrira les yeux, que la maitresse arrivera deviendra l'officielle, bref on leur veut du bien (même si parfois on veut des choses très paradoxales: comment vouloir que ça finisse bien pour la femme trompée et pour celle qui la cocufie?).


Comme de bien entendu, on obtient globalement ce qu’on souhaite.


Finalement au milieu de toutes les comédies de bas étages qui pullulent sur le marché, celle-ci n’est pas si catastrophique, elle serait même presque agréable une fois qu’on s’est remis de cette introduction vraiment nulle.

iori
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste J'aime me faire du mal

Le 30 juillet 2015

5 j'aime

3 commentaires

Ce que pensent les hommes
Mathoumiaou
1

J'aimerais surtout savoir à quoi pensent les scénaristes.

Je n'ai pas pour habitude d'écrire sur SC, il y a bien assez de personnes qui créent des critiques bien plus intéressantes que ce que je pourrais faire. La, je ne peux pas faire autrement, il en va...

il y a 7 ans

14 j'aime

3

Ce que pensent les hommes
LadyK
7

Critique de Ce que pensent les hommes par LadyK

Une jolie comédie romantique comme on aime. Un bon casting, malgré que Jennifer Aniston a mal vieillie (je trouve). Mais pour rattraper ca, Ben Affleck a lui bien vieilli, son côté bo goss pseudo mec...

il y a 12 ans

9 j'aime

Ce que pensent les hommes
pierrick_D_
4

Critique de Ce que pensent les hommes par pierrick_D_

A Baltimore,des femmes et des hommes,qui se connaissent ou pas,sont aux prises avec des histoires d'amour compliquées.Ce film est tiré d'un livre coécrit par un homme et une femme,ce qui explique...

il y a plus d’un an

5 j'aime

6

Adults in the Room
iori
8

La dette qui avait trop de Grèce (ou l’inverse)

Voici un film qui illustre parfaitement une certaine idée du cinéma, celle qui permet à des orfèvres de s’emparer de sujets politiques difficiles, abscons et d’en donner une interprétation qui permet...

il y a 3 ans

29 j'aime

Les Cowboys
iori
8
Les Cowboys

Kelly watch the stars

François Damiens dans un film qui s’intitule “les cowboys”, où il incarne un père de famille fan de country dans les années 90. Voilà une base qui donne envie. Envie de fuir bien loin. Sauf que ça...

il y a 7 ans

23 j'aime

7

Sur mes lèvres
iori
9

Sourd mes lèvres

C’est fou comme ça fait du bien d’avoir un vrai film “vivant”. Emmanuelle Devos m’agace parfois, mais il faut bien reconnaitre qu’elle est convaincante dans le rôle de la secrétaire effacée et...

il y a 9 ans

22 j'aime