Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Civil War
7.1
Civil War

Film de Alex Garland (2024)

Ouais, même en poussant au maximum le curseur de sa suspension d'incrédulité, c'est franchement difficile de trouver une once de vraisemblance quant au fait que si la présence du président des États-Unis à Washington, D. C. présentait le moindre danger pour lui, ses services secrets n'auraient pas à disposition des milliers d'endroits dans le pays ou au pire à l'étranger pour le cacher et le protéger, qu'il n'y ait pas le moindre protocole, en ce qui le concerne, de prévu, en cas de guerre civile. Pour un premier abord, ce n'est pas génial.


Un autre (bien plus gros et encore bien plus gênant !) défaut de l'ensemble réside dans le fait que si les quatre protagonistes de l'histoire font quelques centaines de kilomètres en voiture pour interviewer le chef de l'État (partant du principe que celui-ci n'a que cela à faire !), le tout est trop court pour que l'on ressente la distance parcourue, en partant du principe qu'elle devait paraître interminable parce que le danger peut être en embuscade partout.


Cela donne plus l'impression d'une succession de moments chocs qui se suivent, sans véritable lien, les uns avec les autres que d'un tout avec une cohérence dans l'évolution des caractères (ça ne va jamais plus loin dans la construction de ces derniers que l'archétype que chacun représente, on ne le dépasse jamais - ce qui contamine aussi leurs relations qui ne changent pas d'un iota !), dans la situation que vit un pays. Des œuvres comme Apocalypse Now, Requiem pour un massacre ou Children of Men (auxquelles l'atmosphère cauchemardesque et la structure narrative de Civil War font penser !) réussissent là où le film critiqué ici échoue.


Je passe vite fait sur la séquence de conclusion lors de laquelle personne ne se dit que porter des protections adaptées serait peut-être une bonne idée.


Bon, Alex Garland n'essaye pas de nous expliquer le pourquoi de cette guerre civile pour plonger tout de suite dans le feu de l'action (ce qui n'est pas un reproche de ma part, car l'horreur d'une situation en elle-même peut fournir assez de matière et aussi parce que représenter une démocratie comme très fragile est, hélas, crédible !), à travers les portraits (superficiels !) de deux photographes et de deux journalistes de guerre. Le vieux sage avec un instinct qui ne le trompe jamais. Le fou qui a l'air d'avoir sa dose à chaque fois qu'il a l'occasion d'assister à de la violence. L'aguerrie faussement placide devant tout ce qui se passe. Et la jeune débutante qui veut apprendre les ficelles du métier.


Une qualité évidente qu'il ne faut pas occulter de souligner, c'est que les quatre acteurs principaux font péter le compteur de charisme : Stephen McKinley Henderson, Kirsten Dunst, Walter Moura et Cailee Spaeny (celle-ci, après avoir été le seul élément à réussir à donner de l'intérêt et de la consistance à ce film inintéressant et vide qu'est Priscilla, confirme qu'elle a tout ce qu'il faut pour tenir un rôle de premier plan !). S'il y a un mince attachement émotionnel avec les personnages qu'ils incarnent, c'est nettement plus parce que les interprètes sont tous très bons, tous avec un charisme de dingue, que pour la construction psychologique quasi inexistante des rôles.


Civil War est aussi digne d'intérêt quand il laisse entrevoir des questionnements moraux sur les professions des personnages principaux, sur ce qui les anime. Il n'est pas difficile d'intégrer que l'objectif noble d'informer est loin d'être leur moteur principal. Il suffit de voir l'extase qui transparaît sur le visage du reporter, incarné par Moura, ou de montrer quelques rendus du choix esthétique (et artistique !) de l'argentique et du noir et blanc, pris par la photographe, incarnée par Spaeny, pour le comprendre. C'est même uniquement que quand ils prennent conscience que, eux aussi, sont mortels que la gravité de la situation que vive leur nation leur saute à la gueule. C'est peut-être la seule parcelle d'évolution qu'ils ont, mais il n'y a pas le temps de l'exploiter étant donné qu'on est presque sur la fin. Bordel, il y aurait pu y avoir une profondeur de ouf si, pour citer un exemple (parmi tant d'autres !), la dynamique entre la "tutrice", par la force des choses, et son apprentie avait été exploitée à fond (et ne pas être coincé constamment sur le motif "je vous suis parce que je suis trop votre fan et que j'ai trop envie d'apprendre de vous !").


Le décès et le sacrifice finals auraient été bien plus impactants.


Pour en revenir à l'accumulation de moments chocs (mention spéciale à la courte apparition, d'une tension effroyable, de Jesse Plemons, comédien qui a l'incroyable capacité de dégager une véritable sensation de cruauté froide sous des airs normaux... le film confirme ce que la série Breaking Bad avait déjà remarquablement mis en avant sur son talent !), il en ressort de temps en temps et naturellement des instants d'absurde et de comédie noire, comme peut le permettre une guerre fratricide lors de laquelle il est souvent difficile de saisir qui affronte qui dans cette confusion immense, lors de laquelle le moindre repère est impossible.


En fait, pris dans leur unicité, quasiment toutes les scènes sont remarquables en soi. Mais le rendu global du long-métrage ne m'a pas convaincu parce que le problème susmentionné des personnages, parce qu'aussi, on n'a pas l'impression, avant la conclusion, d'une quelconque avancée de la situation nationale (ce qui aurait pu permettre, au passage, une petite réflexion sur les divisions exacerbées, en plus d'être bien contemporaines, qui règnent en Amérique, non ?). Sur ceci, justement, les personnages n'ont pas les moyens humains, techniques et numériques de s'informer alors que leur profession est d'informer ? Ou alors si ce n'est pas le cas, ça n'est jamais mis en exergue, alors que ça me paraît un aspect essentiel quant au potentiel du sujet, à l'intensité que ça peut foutre (quoi de plus flippant que l'inconnu !). J'ai angoissé lors de certaines parties, dans leur unicité (pour me répéter !), mais pas tout au long du film.


Il serait, malgré tout, malhonnête de ma part de ne pas exprimer mon admiration pour la mise en scène impeccable du film, pour le spectaculaire qui apparaît au détour de séquences d'ampleur, alors que le réalisateur a bénéficié d'un budget plutôt limité pour ce type d'œuvre cinématographique. Dommage que l'écriture ne soit pas du tout à la hauteur de cette mise en scène, de cette distribution, de certaines bonnes idées scénaristiques, du potentiel de son sujet.

Créée

le 18 avr. 2024

Critique lue 5.3K fois

74 j'aime

11 commentaires

Plume231

Écrit par

Critique lue 5.3K fois

74
11

D'autres avis sur Civil War

Civil War
Yoshii
8

« Nous avons rencontré notre ennemi et c'est nous encore » *

Jamais peut-être depuis 1938 (et le canular fabuleux d'Orson Welles, qui le temps d'une représentation radiophonique de "La guerre des mondes" sema la panique aux Etats-Unis), une illustration...

le 15 avr. 2024

89 j'aime

19

Civil War
Plume231
4

Apocalypse Flop!

Ouais, même en poussant au maximum le curseur de sa suspension d'incrédulité, c'est franchement difficile de trouver une once de vraisemblance quant au fait que si la présence du président des...

le 18 avr. 2024

74 j'aime

11

Civil War
dagrey
8

Road trip dans une Amérique dévastée par la guerre civile....

Quatre reporters traversent une Amérique plongée dans la guerre civile qui, dans un futur proche, est plus que jamais au bord du gouffre.Civil war est une fiction dystopique d'Alex Garland sortie sur...

le 18 avr. 2024

32 j'aime

35

Du même critique

Babylon
Plume231
8

Chantons sous la pisse !

L'histoire du septième art est ponctuée de faits étranges, à l'instar de la production de ce film. Comment un studio, des producteurs ont pu se dire qu'aujourd'hui une telle œuvre ambitieuse avait la...

le 18 janv. 2023

290 j'aime

20

Oppenheimer
Plume231
3

Un melon de la taille d'un champignon !

Christopher Nolan est un putain d'excellent technicien (sachant admirablement s'entourer à ce niveau-là !). Il arrive à faire des images à tomber à la renverse, aussi bien par leur réalisme que par...

le 19 juil. 2023

210 j'aime

29

The Batman
Plume231
4

Détective Batman !

[AVERTISSEMENT : cette critique a été rédigée par un vieux con difficile de 35 piges qui n'a pas dû visionner un film de super-héros depuis le Paléolithique.]Le meilleur moyen de faire du neuf, c'est...

le 18 juil. 2022

137 j'aime

31