[si vous n’avez pas peur des spoils et appréciez la concision, je vous recommande vivement le magnifique pitch proposé par SC sur la page du film]


L’un des gages du talent est d’effacer toutes les traces du labeur enduré pour briller. C’est valable dans la comédie, où les situations semblent couler de source et les répliques fuser avec spontanéité, tout comme ça l’est dans la filmographie de Jackie Chan.


Dans l’univers très codifié du film d’arts martiaux, Chan occupe une place qui le dirige très nettement vers la comédie. L’esprit est bon enfant, les personnages des caricatures gentillettes, les situations proches de celles du conte. Les jeux familiaux et la manière dont la belle-mère parvient à tenir tête au patriarche renvoient ici à des motifs qu’on croirait écrits par Molière, et avec une vivacité d’ailleurs plutôt plaisante. A l’inverse d’autres tendances (comme dans Ip Man, par exemple) qui jouent de la sacralité de la discipline, de la morale, voire de la philosophie qui les accompagnent, Chan se veut plus un disciple des films de Bruce Lee, à la différence que l’écriture a été plus soignée – et, peut-être, lissée dans une perspective d’exploitation à l’échelle internationale.


La bouffonnerie est donc une composante de ces affrontements, et le concept même de la boxe ivre, qui voit le potentiel du combattant s’exprimer pleinement sous l’emprise de l’alcool, désaxant sa gestuelle, ses titubations se transformant en parades redoutables, prolonge parfaitement cette approche. Si la finesse n’est pas toujours au rendez-vous, l’essentiel n’est pas là.


La performance trouve ici une saveur nouvelle dans l’inventivité qui l’accompagne. Alors que le cérémonial du combat en fait généralement un moment décroché du récit, qui n’est devenu qu’un prétexte pour faire laborieusement le lien entre les séquences attendues, les films de Chan, dont celui-ci est un exemple illustre, mêlent avec malice comédie, écriture et action. La poursuite dans un train finit ainsi dans une lutte sous l’appareil, le siège d’une demeure exploite ses moindres espaces, des embrasures des fenêtres aux escaliers, des lattes de plancher au mobilier, transformant tout ce qui traîne en accessoire du pugilat, et allant jusqu’à danser sur la braise.


Dans cette dynamique constante, l’hyperbole est permanente, et d’autant plus assumée qu’il ne s’agit pas de se prendre trop au sérieux. La mise en scène (mobilisant quatre réalisateurs, dont Chan lui-même) épouse cette espièglerie, jouant des visions à angles multiples, élargissant le champ pour révéler que la prière de la belle-mère concerne une partie du mah-jong, ou qu’une rangée de garde attend de pied ferme les deux protagonistes qui se croyaient seuls.


Sur ce canevas, les modulations sont infinies, et Chan, qui fait ici suite au premier volet de 1978, n’a qu’à trouver les bons chorégraphes pour prêter son corps, et son comique aux pitreries les plus acrobatiques, transformant la violence des coups en un divertissement proprement jubilatoire.

Sergent_Pepper
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Les meilleurs films d'arts martiaux, Les meilleures suites de films, Les meilleurs films sur l'alcoolisme et Vu en 2020

Créée

le 25 juin 2020

Critique lue 569 fois

26 j'aime

10 commentaires

Sergent_Pepper

Écrit par

Critique lue 569 fois

26
10

D'autres avis sur Combats de maître

Combats de maître
zombiraptor
10

Critique de Combats de maître par zombiraptor

Magnifique. Génial. La suite parfaite du premier Drunken Master, et en tous points aussi bon. Le surpassant largement même pour se faire une sorte de perfection du genre. La réalisation est cette...

le 18 janv. 2013

37 j'aime

16

Combats de maître
Bondmax
10

Drunken Critic

Depuis quelques temps, je me dis qu’il faut que je creuse un peu ce genre qu’est le film d’arts martiaux, donc après avoir jeter un œil à ce cher Bruce, ainsi qu’à ce cher Tsui Hark, il fallait bien...

le 20 août 2014

31 j'aime

4

Combats de maître
Sergent_Pepper
7

Ivre de lames et de ceintures

[si vous n’avez pas peur des spoils et appréciez la concision, je vous recommande vivement le magnifique pitch proposé par SC sur la page du film] L’un des gages du talent est d’effacer toutes les...

le 25 juin 2020

26 j'aime

10

Du même critique

Lucy
Sergent_Pepper
1

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

le 6 déc. 2014

767 j'aime

104

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

le 14 août 2019

703 j'aime

54

Her
Sergent_Pepper
8

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

le 30 mars 2014

615 j'aime

53