"There is so much hate in my love, there is so much love in my hate"

Décrit par Lukas Moodysson comme « un film en noir et blanc muet avec des sons », Container est un film extrêmement vaste et exigeant. Véritable expérimentation autant dans sa forme que dans son contenu, il expose les variations mentales d’une femme dans un corps d’homme, ou peut-être le contraire, deux personnes partageant la même intimité cauchemardesque dans un espace bichromique oppressant. Un hypnotique monologue intérieur de 70 minutes, narré par Jena Malone, couvre ces images de baignoires crasseuses, désastres nucléaires et autres fœtus en plastique. Et rarement film n’aura été aussi viscéralement loin dans l’intimité la plus profonde d’un individu ; l’âme est ici violemment exposée, frontale, complètement nue, dans son chaos le plus sourd comme dans sa splendeur possible.

C’est la fois une énigme et une lettre à Dieu. Ca parle de solitude, de célébrité, d'acceptation, de rejet, de la douleur d'être et de ne pas être. C'est beau, c'est triste, c'est dérangeant. Ca ne prend jamais le spectateur par la main. Moodysson l’a lui-même avoué, il a voulu tout mettre dans ce film. Et on en ressort un peu sonné, qu’on se soit pris au jeu ou non.
oswaldwittower
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Bizarreries pelliculaires et Injustement méconnus (-100 notes)

Créée

le 8 avr. 2013

Critique lue 491 fois

2 j'aime

oswaldwittower

Écrit par

Critique lue 491 fois

2

Du même critique

It’s Album Time
oswaldwittower
8

Todd mon amour.

Todd Terje c’est avant tout « Inspector Norse », fulgurance disco-électrique à la mélancolie sous-jacente (et au clip²foufurieux). Une sorte de morceau festif définitif qui fait ici office d’épilogue...

le 27 mars 2014

22 j'aime

Ratcatcher
oswaldwittower
7

Glasgow : du dépotoir à la lune.

Douze ans avant le génial We Need To Talk About Kevin, la rare Lynne Ramsay réalisait son premier long-métrage : Ratcatcher, divagations poético-morbides d'un gamin de 12 ans ayant commis le pire...

le 15 avr. 2013

21 j'aime

Stranger Than Paradise
oswaldwittower
8

La mort du rêve américain.

Une succession de plans séquences fixes, articulés en trois chapitres, filmés dans un noir et blanc profond et contrasté. Dans une Amérique miteuse et morose, trois personnages qui s'ennuient se...

le 16 août 2013

19 j'aime