Je ne sais pas pourquoi, sûrement la faute à un kebab pas net, mais dans les années 80, on était tous un peu méchant. On souhaitait du mal à tout le monde, on traînait en bande en se faisant appeler les Requins Vicieux, on portait des pantalons en cuir et des bracelets cloutés, on se laissait pousser des cheveux de caniche et on s'imaginait vivre dans un futur apocalyptique digne de "Starmania".

Barbotant à l'époque dans les eaux troubles du Z chère à la Cannon, notre bon Jean-Claude campe ici un héros christique (normal, il a les mêmes initiales que Réssouse) qui rêve de péter la gueule à un grand métis aux lentilles de contact bleues et qui joue super mal. Mais comme il faut meubler et que Jean-Claude est super ultra giga torturé et complexe comme mec, il pense avec émotion au temps béni où il portait une perruque affreuse, il se concentre super fort sur les fleurs et déclame à l'héroïne super bandante des trucs comme "Tu m'as ému" pour lui faire comprendre qu'il veut mettre son zizi à lui dans son trilili à elle... avant de l'envoyer paitre dès l'instant où elle lui sort son mamelon. Quand je vous disais qu'il était complexe le Jean-Claude.

Albert Puyn, qui livrera l'année suivante une adaptation de "Captain America" avec un Steve Rodgers sans son costume les trois quarts du film, shoote son truc à l'aveugle, pique la bande son d'un film d'action tchékoslovaque et les producteurs ont du se faire plaisir en sabrant dans le montage, tant on ne comprend strictement rien à ce qu'il se passe à l'écran.

Heureusement, Jean-Claude se décide enfin à kicker à droite et à gauche avant de s'en prendre à son grand métis aux yeux bleus qui joue super mal et là, miracle, on comprend enfin pourquoi de pauvres spectateurs égarés ont déboursé vingt francs pour aller le voir en salles à l'époque. Tout simplement parce que les séances pour "Indiana Jones et la dernière croisade" étaient complètes.

Blague à part, "Cyborg" est donc magistralement à chier, d'une nullité absolue mais le genre de nullité absolue qui transforme un Z fauché en petite pépite d'humour involontaire, le genre de nanar que l'on se mate entre potes braillards au lieu de finir de repeindre le couloir qui attend depuis deux semaines.
Gand-Alf
4
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes JCVD in love., 365 days of magic... or not., Saturday Night Movies., 1989. et L'insoutenable légèreté d'un gros pain dans ta gueule.

Le 29 mars 2014

27 j'aime

8 commentaires

Cyborg
Gand-Alf
4
Cyborg

Les Mizéroïdes.

Je ne sais pas pourquoi, sûrement la faute à un kebab pas net, mais dans les années 80, on était tous un peu méchant. On souhaitait du mal à tout le monde, on traînait en bande en se faisant appeler...

il y a 9 ans

27 j'aime

8

Cyborg
Mighty-Forest
9
Cyborg

Restore it? Why?

Fin des années 80, la compagnie Cannon Films projette de tourner une suite au film Master of the Universe, sorti en 1987 (oui oui, le dessin animé avec le pouvoir du crâne ancestral, tout ça...) et...

il y a 10 ans

16 j'aime

6

Cyborg
Franck_Plissken
6
Cyborg

Slinger version 1.0

Une partie de la genèse de Cyborg se trouve déjà dans la critique sur le "Director's Cut" , Slinger. Je ne vais donc pas me répéter ici. A savoir quand même que Cyborg voit son existence justifiée...

il y a 5 ans

13 j'aime

4

Gravity
Gand-Alf
9
Gravity

Enter the void.

On ne va pas se mentir, "Gravity" n'est en aucun cas la petite révolution vendue par des pseudo-journalistes en quête désespérée de succès populaire et ne cherche de toute façon à aucun moment à...

il y a 9 ans

267 j'aime

36

Interstellar
Gand-Alf
9
Interstellar

Demande à la poussière.

Les comparaisons systématiques avec "2001" dès qu'un film se déroule dans l'espace ayant tendance à me pomper l'ozone, je ne citerais à aucun moment l'oeuvre intouchable de Stanley Kubrick, la...

il y a 8 ans

246 j'aime

14

Mad Max - Fury Road
Gand-Alf
10

De bruit et de fureur.

Il y a maintenant trente six ans, George Miller apportait un sacré vent de fraîcheur au sein de la série B avec une production aussi modeste que fracassante. Peu après, adoubé par Hollywood, le...

il y a 7 ans

207 j'aime

25