Nom d'une galette au beurre, c'est-y que je viens d'arriver à ma millième critique ! Par Imogène, je me dois de marquer le coup, en m'attardant sur un classique indétrônable du cinéma, un film de puta madre que même Saint Guirec en personne n'oserait remettre en cause. Après moult allers retours dans ma caverne à bluray gardée par mon fidèle cerbère Loïc, je décide de me poser devant "12 angry men" (traduit par "12 bonnets rouges sacrément remontés" dans ma verte vallée), summum du film démocrate s'il en est.

Tiré de la pièce de Reginald Rose, "12 hommes en colère" demeure encore aujourd'hui un film d'une maîtrise sidérante, aussi bien formellement que dramatiquement, la mise en scène de Sidney Lumet rendant parfaitement justice au scénario magistral de Rose lui-même, huis-clos palpitant au rythme soutenu et qui parvient à brasser une multitude de thèmes en une petite heure et demie et sans jamais se contenter de les survoler.

Mettant en scène de simples hommes dans une seule et même pièce, "12 hommes en colère" permet à Lumet de régler ses comptes avec le système encore en place, de pointer du doigt les failles béantes d'une justice laissant le sort de vies humaines entre les mains de citoyens lambdas à l'opinion toute faite et prêts à expédier une affaire complexe dans le simple but de retrouver leur petit confort et de passer à autre chose.

Mais le film de Lumet ne se contente pas d'être une charge féroce contre la société et un vibrant plaidoyer contre la peine de mort. Il est aussi et surtout une brillante étude sociologique, s'intéressant au phénomène de groupe et à ses répercutions sur tout un chacun, mettant bien en lumière le comportement de chaque personnage et son rôle (leader positif, leader négatif, dominant, dominé, influent, influençable...) que ce soit en tant que membre d'un groupe ou en tant qu'individu à part entière. Le but du film n'étant finalement pas de savoir si l'accusé est coupable ou non, mais bien d'observer ce qui va pousser chaque juré à penser telle ou telle chose.

Le film de Sidney Lumet en devient ainsi presque effrayant, démontrant par A + B qu'un homme seul, s'il est doté d'un sens oratoire exceptionnel et d'arguments solides, peut retourner une situation à son avantage et faire croire ce qu'il veut à son auditoire, l'amener à penser dans son sens et pourquoi pas dans son propre intérêt. Et ce n'est pas l'histoire qui donnera tort à Reginald Rose et à Lumet.

Bénéficiant d'une mise en scène totalement au service du récit et d'une distribution sans aucune fausse note dominée par un Henry Fonda impérial, "12 hommes en colère" est un pur chef-d'oeuvre du cinéma américain, une étude de caractère d'une densité rare doublée d'un regard contestataire sur son pays et d'une ode à la tolérance et aux secondes chances. Tout simplement grandiose.

Créée

le 12 nov. 2013

Critique lue 12.7K fois

272 j'aime

24 commentaires

Gand-Alf

Écrit par

Critique lue 12.7K fois

272
24

D'autres avis sur Douze Hommes en colère

Douze Hommes en colère
socrate
9

Il n’y a pas de doute valable, la justice, c’est Fonda mental !

Rendons à César ce qui appartient à César : c’est Fonda le coupable du crime. Comment comprendre qu’il soit seul à estimer le jeune potentiellement non-coupable, alors que tout le désigne ? La raison...

le 18 mai 2013

330 j'aime

45

Douze Hommes en colère
Gand-Alf
10

Un coupable idéal.

Nom d'une galette au beurre, c'est-y que je viens d'arriver à ma millième critique ! Par Imogène, je me dois de marquer le coup, en m'attardant sur un classique indétrônable du cinéma, un film de...

le 12 nov. 2013

272 j'aime

24

Douze Hommes en colère
Grard-Rocher
9

Critique de Douze Hommes en colère par Gérard Rocher La Fête de l'Art

Dans les années cinquante aux Etats-Unis, la cour d'un tribunal doit rendre son verdict à l'encontre d'un tout jeune homme accusé d'avoir tué de sang-froid son père. Les douze jurés vont délibérer...

183 j'aime

59

Du même critique

Gravity
Gand-Alf
9

Enter the void.

On ne va pas se mentir, "Gravity" n'est en aucun cas la petite révolution vendue par des pseudo-journalistes en quête désespérée de succès populaire et ne cherche de toute façon à aucun moment à...

le 27 oct. 2013

268 j'aime

36

Interstellar
Gand-Alf
9

Demande à la poussière.

Les comparaisons systématiques avec "2001" dès qu'un film se déroule dans l'espace ayant tendance à me pomper l'ozone, je ne citerais à aucun moment l'oeuvre intouchable de Stanley Kubrick, la...

le 16 nov. 2014

250 j'aime

14

Mad Max - Fury Road
Gand-Alf
10

De bruit et de fureur.

Il y a maintenant trente six ans, George Miller apportait un sacré vent de fraîcheur au sein de la série B avec une production aussi modeste que fracassante. Peu après, adoubé par Hollywood, le...

le 17 mai 2015

209 j'aime

20