👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Remarqué grâce à ses deux premiers films, "Truman Capote" et l'excellent "Moneyball", le cinéaste Bennett Miller s'inspire cette fois d'un sordide fait divers survenu au milieu des années 90, avec pour toile de fond le milieu de la lutte.

Conservant volontairement certaines zones d'ombre, Bennett Miller déroule dans un premier temps un récit classique, s'attachant principalement à décrire deux milieux à première vue différents. Guettant la machine à Oscars, le film socio-sportif qui a fait ses preuves depuis le premier "Rocky", le spectateur se laisse finalement prendre au jeu, grâce à une mise en scène pudique, à une photographie automnale absolument magnifique et à la description efficace d'un sport encore peu illustré au cinéma.

Puis au moment où l'on craint une vilaine stagnation, le film de Miller prend une autre tournure, s'oriente vers une nouvelle direction certes attendue, mais diablement intrigante. "Foxcatcher" puise effectivement toute sa puissance dans la relation toxique et ambigüe de ces personnages, notamment dans le rapport forcément biaisé entre un riche philanthrope légèrement paranoïaque et un ancien médaillé d'or vivant constamment dans l'ombre de son frère aîné.

D'abord troublant, "Foxcatcher" fini par devenir carrément dérangeant, Bennett Miller esquissant le portrait fascinant d'un vieux garçon à la limite de la schizophrénie, touche-à-tout contrarié achetant son entourage et chacune de ses réussites grâce à l'immense fortune d'une mère castratrice dont il cherchera inlassablement l'approbation.

Dans ce rôle casse-gueule, le comédien Steve Carrell explose son image et prouve magistralement que le registre dramatique lui va parfaitement (remember "Little Miss Sunshine"), sa composition allant bien au-delà du simple grimage. Il est tour à tour flippant, pitoyable, voir même émouvant. Face à lui, la masse impressionnante et les expressions limitées de Channing Tatum sont pour une fois utilisés à bon escient, l'acteur n'ayant pas été aussi juste depuis le superbe "A guide to recognizing your saints". De son côté, l'excellent Mark Ruffallo transcende un rôle à priori ingrat et parvient à faire exister son personnage de frère / mentor / rival avec une certaine force tranquille.

Abordant ses personnages complexes comme des figures animales, par le biais de leur gestuelle et de leur faciès (Carrell l'aigle, Tatum le gorille et Ruffallo le vieux singe), Bennett Miller signe un film étrange et inconfortable, une violente lutte des classes à l'issue dramatique, voyant une fois encore une classe moyenne littéralement consumée par la puissance et les névroses des élites. Une réussite couronnée par le Prix de la mise en scène à Cannes et attendue aux Oscars (Carrell devrait choper sans problème sa statuette) qui doit beaucoup à son écriture et au talent de ses comédiens.
Gand-Alf
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Gand-Alf and Emma Peel's Excellent Bluraythèque., Petites séances avec ma blonde pas vraiment blonde. et Instant cinéma 2015.

il y a 7 ans

49 j'aime

1 commentaire

Foxcatcher
Sergent_Pepper
7
Foxcatcher

Rétention du domaine de la lutte.

A qui tenterait de définir la patte d’un auteur sur son sujet, Foxcatcher a tout de l’exemple emblématique. Prenant à bras le corps un sujet ô combien balisé, il nous immerge sur les terres froides...

Lire la critique

il y a 7 ans

69 j'aime

3

Foxcatcher
TheBadBreaker
5
Foxcatcher

Fox you !

Je n’attendais rien de Foxcatcher. Point de visionnage de bande annonce, point de lecture de résumé, pour mieux être surpris et apprécier l’œuvre, dont l’affiche m’attirait tout de même pas mal. Au...

Lire la critique

il y a 7 ans

58 j'aime

6

Foxcatcher
Gand-Alf
8
Foxcatcher

Disturbing behavior.

Remarqué grâce à ses deux premiers films, "Truman Capote" et l'excellent "Moneyball", le cinéaste Bennett Miller s'inspire cette fois d'un sordide fait divers survenu au milieu des années 90, avec...

Lire la critique

il y a 7 ans

49 j'aime

1

Gravity
Gand-Alf
9
Gravity

Enter the void.

On ne va pas se mentir, "Gravity" n'est en aucun cas la petite révolution vendue par des pseudo-journalistes en quête désespérée de succès populaire et ne cherche de toute façon à aucun moment à...

Lire la critique

il y a 8 ans

264 j'aime

36

Interstellar
Gand-Alf
9
Interstellar

Demande à la poussière.

Les comparaisons systématiques avec "2001" dès qu'un film se déroule dans l'espace ayant tendance à me pomper l'ozone, je ne citerais à aucun moment l'oeuvre intouchable de Stanley Kubrick, la...

Lire la critique

il y a 7 ans

246 j'aime

13

Mad Max - Fury Road
Gand-Alf
10

De bruit et de fureur.

Il y a maintenant trente six ans, George Miller apportait un sacré vent de fraîcheur au sein de la série B avec une production aussi modeste que fracassante. Peu après, adoubé par Hollywood, le...

Lire la critique

il y a 7 ans

206 j'aime

25