Je l'avoue volontiers, depuis 2005, je n'ai pas été le dernier à uriner sur le cadavre de plus en plus pourrissant du défunt génie de Tim Burton. Il faut dire qu'avec ses derniers films (surtout Alice et Dark Shadows), j'avais été copieusement invité à le faire. C'est dire dans quel état d'esprit je me suis dirigé vers Frankenweenie, dont je ne suis pas très friand du court métrage original qui plus est.

Me voilà donc affublé de ces affreuses lunettes 3D qui, je le sais, ne serviront à rien. En fait, c'est pire : non content d'être inutiles, elles viennent assombrir un noir et blanc impeccable et digne du grand Burton de Vincent et Ed Wood. "Ce n'est là que quelque hasard heureux" dis-je, "rien que cela et rien de plus".

Passé un petit clin d'oeil cynique à cette 3D justement, le film commence doucement, pour ne pas dire lentement. Je le reconnais volontiers, Burton a su faire preuve d'audace en proposant un film en noir et blanc chez Disney, mais je ne peux m'empêcher de repenser à la citation de Woody Allen ("Hollywood ? C'est une usine où l'on fabrique dix-sept films sur une idée qui ne vaut même pas un court métrage") poussée ici à son paroxysme.

Et voilà que la claque arrive : après avoir croqué quelques gamins dignes de la petite boutique des horreurs, Burton vire dans le fantastique pur mais tendance un peu effrayante pour les petites têtes blondes. Pas possible, je dois rêver. Mais non : Frankenweenie vient de prendre, au détour de son clin d'oeil à Frankenstein, possession de sa véritable personnalité.

De là, le film va progressivement virer de Disney à l'hommage tendre et sincère au cinéma bis que Burton affectionne, avec ces monstres petits et grands (clin d'oeil à Godzilla) non sans renier un humour noir permanent. Et sans que je m'en rende compte, me voilà en train de sourire de revoir Tim Burton, génie défunt, revenir à la vie sous mes yeux. Son film est drôle, intelligent, digne de ses grands thèmes visuels et narratifs, et si on ne nous épargne pas la bonne morale à la fin, Disney oblige, on doit bien se rendre à l'évidence que le film est, à défaut d'être inoubliable, un vrai moment burtonien comme on en attendait depuis Sleepy Hollow.

Bon retour parmi les vivants, monsieur Burton.
Cinemaniaque
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les meilleurs films de 2012

Le 21 octobre 2012

51 j'aime

2 commentaires

Frankenweenie
Cinemaniaque
8

Critique de Frankenweenie par Cinemaniaque

Je l'avoue volontiers, depuis 2005, je n'ai pas été le dernier à uriner sur le cadavre de plus en plus pourrissant du défunt génie de Tim Burton. Il faut dire qu'avec ses derniers films (surtout...

Lire la critique

il y a 10 ans

51 j'aime

2

Frankenweenie
cloneweb
5

Critique de Frankenweenie par cloneweb

Tim Burton n’est il pas un réalisateur surestimé ? Quand on regarde sa filmographie, on se rend compte que le réalisateur n’a rien fait de démentiel depuis Sleepy Hollow en 1999. Vous me citerez...

Lire la critique

il y a 10 ans

42 j'aime

3

Frankenweenie
Jambalaya
5

ADIEU...

Beaucoup vont aimer cette nouvelle oeuvre de Tim Burton, sa moyenne en témoigne et c'est tout à fait compréhensible. Si l'on prend le film pour lui-même, il n'y a en effet pas grand chose à...

Lire la critique

il y a 9 ans

32 j'aime

17

Frankenweenie
Cinemaniaque
8

Critique de Frankenweenie par Cinemaniaque

Je l'avoue volontiers, depuis 2005, je n'ai pas été le dernier à uriner sur le cadavre de plus en plus pourrissant du défunt génie de Tim Burton. Il faut dire qu'avec ses derniers films (surtout...

Lire la critique

il y a 10 ans

51 j'aime

2

American Idiot
Cinemaniaque
7

Critique de American Idiot par Cinemaniaque

Il est amusant de voir comment, aujourd'hui, cet album est renié par toute une génération (et pas seulement sur SC)... À qui la faute ? À un refus de la génération née début 90 de revendiquer les...

Lire la critique

il y a 10 ans

48 j'aime

3

Hiroshima mon amour
Cinemaniaque
4

Critique de Hiroshima mon amour par Cinemaniaque

Difficile d'être juste avec ce film : il faudrait pour pouvoir l'apprécier être dans le contexte socio-culturel de sa sortie, ce qui est impossible à reproduire aujourd'hui. Je distingue relativement...

Lire la critique

il y a 11 ans

44 j'aime

1