Une scène d'ouverture inouïe, plus de 5 minutes d'une Natalie en pleurs, sur fond de musique hypnotique (je vous épargne le suspens : Chava Alberstein - Had Gadia, foncez la trouver).
Voilà ce qui m'a immédiatement scotché sur le film.

Un dialogue simple ensuite, mais tellement lourd de sous-entendus, donne le ton qui sera celui de Free Zone, celui des non-dits et de la souffrance, de l'affrontement permanent.

Ce n'est pas un film accessible, ce n'est pas non plus un film contemplatif, il n'est pas condescendant, il fait peu de concessions.
Je peux dire beaucoup de choses qu'il n'est pas, mais sans pouvoir exactement cerner ce qu'il est.

Il est en tout cas une leçon pour des garçons comme mon cher ami Gus Van Sant, en matière d'en montrer peu pour en dire beaucoup.
Oh je ne l'exempte certes pas de ses défauts. Il n'échappe malheureusement pas à quelques longueurs, d'autant plus difficiles à excuser pour les strictes 90 minutes qu'il affiche.
Il n'empêche que d'un simple road-movie, féminin pour une fois, couplé à un quasi huis-clos dans l'habitacle d'une voiture, Amos Gitaï parvient à nous faire goûter au dépaysement, à nous immerger, certes superficiellement et temporairement, dans la situation inextricable de ces fameux pays du moyen-orient, qui se déchirent depuis des décennies sous l'œil goguenard des caméras (occasionnellement) et, par leur biais, de nous autres européens, peu aptes à comprendre de quoi il en retourne.
Et je ne prétends pas l'avoir maintenant mieux cerné.

On imagine seulement que les dissensions sont tellement ancrées, tellement profondes, peut-être aussi devenues tellement incompréhensibles pour les deux camps eux-mêmes, que s'installe un dialogue de sourds, une dispute sans fin matérialisée par la scène finale.
Je n'en dis pas davantage.

Entre ces deux scènes marquantes (et habillées de la même musique, ai-je mentionné combien elle était envoûtante ?), des clichés un peu disparates, des populations un peu désabusées, et une jeune Rebecca (Natalie) entre les deux, encore plus paumée que tout le monde, et qui n'a d'autre solution que la fuite en avant, ne trouvant sa place auprès d'aucun des deux antagonistes au sens propre comme au figuré, israeliens et palestiniens symbolisés par Hannah et Leila.

Hasard du calendrier, j'ai vu que Hiam Abbass était membre du jury au prochain festival de Cannes.
Une raison comme une autre de vous laisser tenter par Free Zone.
SeigneurAo
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Films qu'un panda doit avoir vus s'il veut des câlins, Films vus en 2012 et Les meilleurs films avec Natalie Portman

Créée

le 26 avr. 2012

Critique lue 899 fois

5 j'aime

SeigneurAo

Écrit par

Critique lue 899 fois

5

D'autres avis sur Free Zone

Free Zone
Jduvi
6

Métaphorique

Free Zone, c'est une courbe en U : un début et une fin très réussis, un énorme ventre creux au milieu.Dans la scène d'ouverture, Amos Gitaï ose la durée : Natalie Portman en gros plan contre la vitre...

il y a 7 jours

1 j'aime

Free Zone
abscondita
7

Free Zone

Free Zone est réalisé dans un style documentaire. Film israélien, il a manifestement été réalisé avec de faibles moyens, l’aspect visuel s’en ressent. Il s’ouvre par une scène assez forte. On voit...

le 23 sept. 2021

1 j'aime

Free Zone
FrankyFockers
4

Critique de Free Zone par FrankyFockers

L'errance de deux puis trois femmes entre Israël, Jordanie et territoires palestiniens. Amos Gitaï, cinéaste que je connais relativement peu, rate son film alors qu'il avait une matière magnifique,...

il y a 3 jours

Du même critique

Your Name.
SeigneurAo
10

10 minutes : allez, encore 1h35 à supporter. 1h45 : mais... qu'est-ce qu'il vient de se passer ?

Il est des séances qui tombent à pic. Voici quelques jours, je devais expliquer en long, en large et en travers pourquoi, non, je n'avais pas aimé le merveilleux Arrival du non moins fantastique...

le 19 déc. 2016

197 j'aime

50

Léon
SeigneurAo
10

OK

Luc Besson de nos jours, c'est quasi-exclusivement Europa Corp, société quasi-caritative qui donne de l'argent pour que des films de daube puissent finir la lobotomie entamée par TF1 sur nos chères...

le 26 oct. 2010

173 j'aime

14

Mr. Robot
SeigneurAo
5

Mr Grosses Bottes bien boueuses et bien lourdes (avec spoilers)

Vous pouvez vous épargner Mr Robot. Et aussi cette critique si vous souhaitez persister, car elle est plombée de spoils. Regardez Fight Club (évidemment, tout le monde l'a déjà dit), Dexter,...

le 23 sept. 2015

133 j'aime

80