Une œuvre expérimentale hardcore oscillant entre la poésie et le BDSM.

Le début et la fin d’une relation amoureuse, vu par le prisme de l’œuvre du Marquis de Sade et de Georges Bataille.


Avec ce film, Antony Hickling clos sa trilogie initiée par Little Gay Boy (2015) et suivi par Where Horses Go to Die (2016). C’est sans nul doute le film le moins accessible de toute sa filmographie. Une œuvre expérimentale hardcore oscillant entre poésie et BDSM.


D’une durée de 53 minutes et divisé en trois chapitres "Amour", "Merde" & "Sperme", il a été interdit aux moins de 18ans à cause du 2ème chapitre où il est essentiellement question de sado-masochisme, d’urophilie, de scatologie et d’actes de cruautés.


"Amour" (5min), résume en voix off une relation amoureuse de façon poétique. Ça détonne totalement avec ce qui va suivre juste après.


"Merde" (30min), s’inspire complètement du Marquis de Sade. Si vous pensiez avoir tout vu avec Salò ou les 120 journées de Sodome (1975) de Pier Paolo Pasolini, attendez-vous a être surpris. Ici, le personnage principal est un homme passif qui subit toutes formes de violences physiques & psychologiques. Il subit les assauts répétés de divers inconnus qui viennent y assouvir leurs fantasmes tous plus violents et malsains les uns que les autres

(le protagoniste principal se fait fister avec un moignon, la scène d’après, il défèque en gros plan face caméra, un type mange sa merde, par la suite, il se retrouve avec une bougie dans le cul, puis se fait pisser dessus avant de littéralement se faire charcuter).

Vous l’aurez compris, plus des ¾ des images sont explicites et non simulées, d’où l’interdiction. Ce qui explique aussi le nombre conséquent de spectateurs qui ont quitté la salle lors de la projection.


"Sperme" (15min), est une balade nocturne sur un texte de William Shakespeare qui peut être vu comme un sas de décompression, après avoir subi les assauts scatophiles du précédent chapitre, il nous fallait bien ça pour nous en remettre.


Frig (2018) ne laisse clairement pas indifférent, au choix, il révulse, questionne, intrigue, captive ou écoeure le spectateur. Libre à chacun d’y adhérer ou non. Clairement je n’y ai pas adhéré, mais cette curiosité mérite d’être vue, ne serait-ce que pour la prestation de l’artiste performer Biño Sauitzvy. Antony Hickling surprenant et laisse sans voix à travers cette œuvre expérimentale qui oscille entre performance artistique et œuvre pornographique.


http://bit.ly/CinephileNostalGeekhttp://twitter.com/B_Renger

RENGER
2
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les films que personne n'a vu (dans mon entourage) sauf moi et Les meilleurs films inclassables

Créée

le 18 juin 2023

Critique lue 41 fois

RENGER

Écrit par

Critique lue 41 fois

Du même critique

Mad God
RENGER
8

30ans de tournage devant lesquels on hallucine bouche-bée devant le résultat.

Second long métrage pour le magicien des effets-spéciaux, après avoir apposé sa patte et sa légende sur bon nombre de films culte ou qui ont marqués toute une génération (La guerre des étoiles -...

le 21 juin 2022

35 j'aime

Monty Python - Sacré Graal !
RENGER
2

Armez vous de patience, c'est ce que vous avez de mieux à faire.

Premier long-métrage pour l'équipe des Monty Python où ils réalisent avec Monty Python, sacré Graal (1975) une comédie lourde, exaspérante et extrêmement vide. Certains gags sont beaucoup trop...

le 5 mai 2011

27 j'aime

18

Ready Player One
RENGER
2

Grosse désillusion, de la SF chiante à mourir

Une belle grosse désillusion le dernier Spielberg. Moi qui l'attendais avec une certaine impatience. Son grand retour à la SF, à grands renforts de coups marketings, je suis tombé dans le panneau et...

le 20 mars 2018

21 j'aime

24