Pauvre Martinaud. Le voilà peut-être en train de vivre ses dernières heures de Liberté... Deux petites filles violées et assassinées en 8 jours, les indices, les témoignages et même Chantal, sa femme, tout l’accable, qu’il ose y ajouter sa morgue mêlée de sarcasmes face à des flics qui ne le lâchent pas d’une semelle, c’est comme s’il décidait d’en rajouter, de s’accabler lui même... Ta nuit sera longue et semée d’embûches, pauvre Martinaud .

Les mots d’Audiard père( César ), du velours et offrant des saillies de toute beauté, un duo d’acteurs au sommet ( Lino Ventura ( qui de "Touchez pas au Grisby" en passant par "L'armée de ombres" aura ouvert la voie à The Rock - la légende dit qu'il aurait refusé le rôle de Brando dans "Le Parrain" parceque l'Amérique, quand même, ça fait une trotte - et Michel Serrault ( César ) – surtout lui - qui excellent dans l’excellence ), un huit-clos oppressant à la mise en scène de Miller distante et sans effets de style ou alors peut être style « pièce de théâtre » ( si c’est un style ? ) mais l’important n’est pas là, il offre le meilleur qu’on puisse espérer, un duel, un affrontement verbal de haute volée où la tension est palpable.

Romy Schneider dans son avant dernier rôle, Elsa qui joue une petite fille ( et là, je me dis : pourquoi la citer alors que je n’en dis pas plus sur elle, du mépris ? Suis-je un fan transi de la nièce de Marlène Jobert ? Permettez que je n’en dise pas davantage... ) mais surtout l’ineffable ( et pourtant ) Guy Marchand ( César ) ( qui aurait, selon ses dires, débuté dans « Le Jour le plus long » en parachutiste... information facilement vérifiable, merci Guy, mais qui peut impressionner sur un CV... et qui restera à la fois l’interprète de « Destiné », ce slow dégoulinant ( on danse sur ce truc dans « Le père noël est une ordure » et « Les sous-doués en vacances ») et, l’acteur préféré de mon ami Lasagne ).

Dialogues à l'humour noir féroce, cette psychanalyse d'un notaire normand par l'ogre policier nous plonge dans les bas fonds d'un homme blessé et totalement déchiré.
A noter, un horrible remake américain avec Gene Hackman, Morgan Freeman et la Belluci traînerait encore sur quelques étagères, et là je dis : au feu !!!
DjeeVanCleef
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste -Néo-Noir-

Le 28 mars 2013

77 j'aime

19 commentaires

Garde à vue
Grard_Rocher
9
Garde à vue

Critique de Garde à vue par ♥ Gérard Rocher ♥

Un 31 décembre, les corps sans vie de deux fillettes, violées et assassinées, sont retrouvés au milieu des dunes dans la région de Cherbourg. Ce soir- là, l'inspecteur Antoine Gallien et son adjoint...

Lire la critique

il y a 8 ans

66 j'aime

15

Garde à vue
Truman-
9
Garde à vue

Deux hommes en colère

On est le 31 décembre, dans un poste de police un notaire est interrogé par un commissaire concernant son témoignage suite a la découverte du corps d'une petite fille . Très vite on apprend qu'il...

Lire la critique

il y a 8 ans

49 j'aime

9

Garde à vue
Bavaria
8
Garde à vue

Critique de Garde à vue par Mickaël Barbato

Garde à Vue, ou comment tirer la quintessence d'un pitch minimaliste pour donner un huis-clos d'une force dramatique peu commune. Remarquablement interprété par des talents purs, et surtout...

Lire la critique

il y a 12 ans

42 j'aime

4

Les Fils de l'homme
DjeeVanCleef
10

L'évangile selon Thélonius.

2027, un monde où les enfants ne naissent plus, comme une malédiction du Tout-Puissant, un courroux divin. Un monde qui s'écroule sous les coups des intégrismes de tous poils, où seule, la Grande...

Lire la critique

il y a 9 ans

192 j'aime

35

Heat
DjeeVanCleef
10
Heat

Le Crépuscule des Dieux.

Résumer ça à une fusillade, certes impressionnante, ou à un affrontement entre deux monstres sacrés du cinéma qui ne s'étaient jusqu'alors, croisés, que le temps de quelques fondus enchaînés dans "Le...

Lire la critique

il y a 9 ans

181 j'aime

11