Dans l'espace, personne ne vous entendra faire "Wouf, wouf"

Oui, Gravity est visuellement une monumentale claque, un fulguropoing asséné avec brio. Si le 2001 l'Odyssée de l'espace de Kubrick était parvenu à donner à l'espace infini un cachet de gravité artistique hypnotique, Alfonso Cuarón lui confère une atmosphère aussi majestueuse qu'oppressante. Narré via une frise de longs plans séquences (j'ai bien dit LONGS) alternant les approches et perspectives - longs zooms aussi lents que splendides, points de vue à la première personne prenants, vrilles flippantes, etc - Gravity se déguste les rétines grandes ouvertes, subjuguées, avides de toujours plus se noyer dans cet infini sans échappatoire...


Ensuite, forcément, le scénario expose son flanc à la critique facile. Non pas qu'il soit mauvais en tant que tel. On peut déjà lui reconnaître une approche réaliste convaincante, renforçant l'implication du spectateur. Son rythme est également très bon, sans temps mort tout en aménageant des respirations projetant des paysages spatiaux à couper le souffle avec la Terre en arrière plan, comme vous le n'avez jamais vu... Reste les personnages, enfin le personnage de Sandra Bullock, affublé d'un trauma simple qui vire au simpliste, faisant débouler avec des sabots gargantuesque un métaphore filée de renaissance balourde. Avortera, avortera pas ? Tel est le suspens distillé, alors qu'avec un fil scénaristique identique, une histoire de pure survie aurait rendu le tout plus nerveux et convaincant.


Si ce point m'a plus que chagriné au fur et à mesure que les éléments mis bout à bout rendaient le thème indigeste et le personnage de de Bullock de plus en plus insupportable, Gravity reste un film à voir absolument en salle de cinéma pour sa performance visuelle époustouflante et sa réalisation démente. En voilà un budget d'effets spéciaux (aussi omniprésents qu'invisibles), bien dépensés et surtout bien employés.

Le 28 octobre 2013

131 j'aime

28 commentaires

Gravity
Gand-Alf
9

Enter the void.

On ne va pas se mentir, "Gravity" n'est en aucun cas la petite révolution vendue par des pseudo-journalistes en quête désespérée de succès populaire et ne cherche de toute façon à aucun moment à...

il y a 9 ans

267 j'aime

36

Gravity
Strangelove
8

"Le tournage dans l'espace a-t-il été compliqué ?"

Telle est la question posée par un journaliste mexicain à Alfonso Cuarón lors d'une conférence de presse à propos de son dernier film Gravity. Question légitime tant Cuarón a atteint un niveau de...

il y a 9 ans

234 j'aime

44

Gravity
SanFelice
5

L'ultime front tiède

Au moment de noter Gravity, me voilà bien embêté. Il y a dans ce film de fort bons aspects, mais aussi de forts mauvais. Pour faire simple, autant le début est très beau, autant la fin est ridicule...

il y a 9 ans

214 j'aime

20

Princesse Mononoké
Hypérion
10

Un Miyazaki terrestre et mélancolique

Princesse Mononoké est un film à part dans la carrière de Miyazaki, une étape autant qu'une sorte de testament de son art. C'est peut être ce qui en fait l'un de ces films les plus adulés parmi ses...

il y a 12 ans

459 j'aime

80

Le Vent se lève
Hypérion
9

L'histoire d'un formidable égoïste

Le vent se lève, il faut tenter de vivre est définitivement un film à part dans la filmographie de Hayao Miyazaki, pour moult raisons que j'aurais bien du mal à évoquer de façon cohérente en un...

il y a 9 ans

414 j'aime

34

Kaamelott
Hypérion
9

Alexandre Astier, héros des temps télévisuels modernes

Alexandre Astier est remarquablement similaire à son personnage Arthur. Comme Arthur, il est responsable de tout (Roi du royaume / responsable scénario, musique, production, dialogues, direction,...

il y a 12 ans

365 j'aime

57