Malgré ses qualités techniques indéniables, son rythme plutôt maîtrisé et une réalisation spectaculaire, Gravity est loin d'être la révolution tant décrit ici et là. Pire même, Gravity est juste un bon blockbuster, ce qui est déjà, en soi, quelque chose d'honorable en 2013.

Mais étant un fan du réalisateur, j'en attendais évidement beaucoup plus qu'une maîtrise technique. C'est un fait que l'on connaît depuis quelques années déjà : Cuaron a le chic pour dynamiser un récit et offrir des plans-séquence haletants et prenants. Gravity ne fait que le confirmer, encore une fois de plus. Si la forme est encore une fois brillante (malgré deux trois couacs décrit un peu plus bas), le fond s'est fait la malle et Cuaron bascule dans le spectacularisme à outrance. Se reposant sur un récit classique et prévisible, le film ne surprend jamais de ce côté et pire accumule certains clichés. De plus, si certains parlent d'une véritable ode à la solitude voire au néant, ce que certaines scènes laissent esquissées de belle manière, l'épuisante présence de dialogues explose cela... surtout quand ces derniers sont mal amenés (sans spoiler : la scène du "chien" et la vodka sous le siège) et finalement assez risible. Certains parlent aussi d'immersion complète. Encore une fois, plusieurs scènes témoignent de cela (l'exemple le plus frappant étant la seconde moitié de la première séquence) mais Cuaron veut peut-être parfois trop en faire avec ses scènes subjectives au cœur de l'action, celles à l'intérieur du casque étant plutôt efficaces, qui ont eu pour conséquence de me sortir du film (pourtant, on sait que les scènes subjectives mélangés au reste ne fonctionnent pas) ou encore ces deux moments où un élément vient s'écraser contre la caméra alors que pleins d'objets traversent la caméra depuis le début du film (dommage d'utiliser cette gimmick de la 3D alors que le film la gère étonnement bien). Un mot sur la musique, qui offre des morceaux magnifiques (le final) mais qui tombe parfois dans le mickeymousing palliant à l'absence de bruit d'action (très bonne idée à la base). Du coup, le récit n'avance que pour aller à la scène d'action suivante et la réalisation n'a l'air qu'au service de cela. Quand le film se permet de creuser un peu, c'est très appuyé (la scène du fœtus, le final, les "cordons" etc.) et finalement assez convenu. Les deux personnages sont plutôt transparents même si celui de Clooney m'est sympathique. Pour le personnage de Bullock, le potentiel de changement est amené avec des gros sabots et on s'en fiche un peu au fond (en plus d’alourdir les tentatives du film de ne pas être complètement creux et de casser cette impression de solitude totale que certaines scènes procurent au départ).

Si le pari esthétique, technique et rythmique de Gravity est réussi, l'impression d'avoir à faire à une attraction foraine est un peu déplaisante au final. Que restera t-il du film sans les conditions qu'offre un cinéma moderne (son dément, image énorme et 3D enivrante) ? Peut-être un souvenir de l'expérience, somme toute agréable, qu'a pu nous offrir le film en 2013 ? Mais pour ceux qui découvriront Gravity chez eux dans quelques années, sur un écran modeste, seront-ils aussi impressionnés que nous ? Ou se diront-ils avec gravité "voila ce qui faisait mouiller papa au cinéma ?"

En attendant de le savoir, tentons de profiter d'un moment, certes, complètement spectaculaire et au final un peu convenu mais drôlement bien emballé.
Ordos
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Année 2013, cinéma et Les meilleurs films de science-fiction dans l'espace

Créée

le 24 oct. 2013

Modifiée

le 24 oct. 2013

Critique lue 723 fois

11 j'aime

2 commentaires

Ordos

Écrit par

Critique lue 723 fois

11
2

D'autres avis sur Gravity

Gravity
Gand-Alf
9

Enter the void.

On ne va pas se mentir, "Gravity" n'est en aucun cas la petite révolution vendue par des pseudo-journalistes en quête désespérée de succès populaire et ne cherche de toute façon à aucun moment à...

le 27 oct. 2013

268 j'aime

36

Gravity
Strangelove
8

"Le tournage dans l'espace a-t-il été compliqué ?"

Telle est la question posée par un journaliste mexicain à Alfonso Cuarón lors d'une conférence de presse à propos de son dernier film Gravity. Question légitime tant Cuarón a atteint un niveau de...

le 23 oct. 2013

235 j'aime

44

Gravity
SanFelice
5

L'ultime front tiède

Au moment de noter Gravity, me voilà bien embêté. Il y a dans ce film de fort bons aspects, mais aussi de forts mauvais. Pour faire simple, autant le début est très beau, autant la fin est ridicule...

le 2 janv. 2014

219 j'aime

20

Du même critique

Eternal Sunshine of the Spotless Mind
Ordos
10

Le Souvenir d'un amour

Eternal Sunshine of the Spotless Mind est une comédie romantique complètement décalée signée Michel Gondry. Beau et triste, le film nous transporte comme jamais dans un esprit humain déchiré par la...

le 16 janv. 2011

85 j'aime

7

Memento
Ordos
8

Une mémoire de poisson rouge

La mémoire est une chose bien fragile et essentielle. Sujet très peu original donc que l'amnésie. Combien de fois ce point de départ est-il utilisé au cinéma pour le début d'un film ? Donc quand on...

le 19 mars 2011

77 j'aime

The Truman Show
Ordos
8

Loft Carrey

Film d'anticipation, The Truman Show frappe fort. En effet, avec un Jim Carrey solide et impressionnant, le film commence sur les chapeaux de roues. Puis le film oscille toujours entre rire et larme,...

le 14 janv. 2011

64 j'aime

6