👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Jennifer Lawrence qui gagne un Golgen Globe, film nominé aux Oscars, la critique est dithyrambique : mais qu’est-ce que cette énième comédie indé a de plus que les autres ?

On en a vu de ces comédies qui ont essayé de surfer sur le succès des Little Miss Sunshine, Garden State et compagnie ! L’excellent 500 days of Summer, l’hystérique Another Happy Day, mais aussi le médiocre The Descendants, voire même le très mauvais Young Adult, ce sont tous de ces comédies indés dont la qualité est pour le moins aléatoire... Bref ! La liste est longue, et ce Silver Linings Playbook ne semblait pas sortir du lot, à première vue.
Ses nominations m’ont tout de même interpellé, je suis donc allé voir de moi-même ce qu’il avait de si spécial.

Et quel bon choix ! Ce film est un feel good movie au sens le plus pur du terme. Non seulement on sort comblé et heureux de ce film, mais en plus il nous emmène dans le sujet de la folie en le traitant en profondeur sans pour autant perdre de sa légèreté et de sa fraicheur. Il est drôle, parfois émouvant, et, qu’on le veuille ou non, on s’attache à ses personnages. Ce n’est pas de sa faute mais Jennifer Lawrence est magnifique !! Je ne l’avais vue que dans Hunger Games, et pour des petits rôles dans Le complexe du Castor ou X-Men, mais jamais je ne l’ai trouvée si belle que dans ce rôle de folle en voie de guérison.
Comme je l’ai dit, Russel aborde le sujet de la folie avec candeur sans pour autant se contenter de le survoler. Des thématiques intéressantes comme l’acceptation par la famille ou le poids du regard des autres en période de reconstruction sont traités avec beaucoup de subtilité. Ça n’en reste pas moins une sacrée bouffée de fraicheur dans un style de films que je pensais, à tort, épuisé et en panne d'inspiration !
Pour finir, j’ai été surpris de voir des gens être émus au point d’applaudir, non seulement à la fin du film (ce à quoi j’ai déjà assisté 3 ou 4 fois), mais aussi à la fin d’une jolie scène, pendant le film.
C’est peut-être uniquement dû à la culture Nord-américaine, dont les spectateurs ont un rapport très différent au film.
Ou alors ce film a simplement atteint son but initial : transmettre au spectateur un sentiment d’euphorie et de béatitude. Ce qui est suffisamment rare pour être signalé.
TiGon
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les meilleurs films de 2013

il y a 9 ans

69 j'aime

6 commentaires

Happiness Therapy
TiGon
8

It's fucking worth it !

Jennifer Lawrence qui gagne un Golgen Globe, film nominé aux Oscars, la critique est dithyrambique : mais qu’est-ce que cette énième comédie indé a de plus que les autres ? On en a vu de ces...

Lire la critique

il y a 9 ans

69 j'aime

6

Happiness Therapy
Sergent_Pepper
7

Clash Dance

Happiness Therapy est une réussite : pendant les trois quart de sa durée, il parait à faire totalement oublier les raisons qu’on pouvait avoir de s’en tenir à l’écart, à savoir la crainte qu’on nous...

Lire la critique

il y a 6 ans

69 j'aime

4

Happiness Therapy
Hypérion
6

Don't drink too much. Don't hit anybody. You'll be fine.

Je me suis lancé dans "Silver Linings Playbook" sans la moindre connaissance du scénario. Pas une bande annonce regardée, par un résumé lu, rien, niet, nada. Juste une affiche aperçue dans le métro,...

Lire la critique

il y a 9 ans

44 j'aime

3

Effets secondaires
TiGon
7

Reste

Le caractère succint de ma critique est dicté par le formalisme extrèmement précis du film. Film intense. De par son thème, il pourrait être facilement comparable à Contagion, tout en étant un peu...

Lire la critique

il y a 9 ans

19 j'aime

1

Side by Side
TiGon
8
Side by Side

"A hundred year from now, there won’t be a trace of anything we make now. So, we are fucked !"

Ce documentaire réalise plus qu'un inventaire ou qu'une pure chronologie de l'évolution des technologies de tournage, il met en avant les transformations du monde cinématographique à l'heure d'un...

Lire la critique

il y a 9 ans

17 j'aime

4

My Movie Project
TiGon
6

Ups and downs

Les américains voulaient leur version des Infidèles, ils l'ont ! Attention tout de même car leur casting est autrement plus *bl1ng bl1ng* que nos Gilles Lellouche et Jean Dujardin. Ici il y a Kate...

Lire la critique

il y a 9 ans

11 j'aime