👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Don't drink too much. Don't hit anybody. You'll be fine.

Je me suis lancé dans "Silver Linings Playbook" sans la moindre connaissance du scénario. Pas une bande annonce regardée, par un résumé lu, rien, niet, nada. Juste une affiche aperçue dans le métro, les fameuses nominations aux oscars accumulées et des commentaires dithyrambiques perçus le temps d'une pause déjeuner.

Une fois le visionnage terminé "Silver Linings Playbook" m'a fait l'effet d'un film qui ne savait pas dans quel thème se plonger. [Légers spoilers si vous n'avez même pas vu une bande annonce] S'ouvrant sur le personnage de Pat, sortant de huit mois d'hôpital psychiatrique, diagnostiqué bipolaire après avoir fracassé l'amant de sa femme, "Silver Linings Playbook" laisse croire qu'on va assister à un film traitant de la reconstruction de sa personne, avec cet objectif un peu vain de reconquérir sa femme. Pourquoi pas. Rapidement cependant, le personnage de Tiffany débarque. Comédie romantique alors ? Oui, oui, on sent bien que ça va tendre vers ça, mais avant, il faut que David O. Russell s'appesantisse sur la maladie de Pat, histoire de donner un cachet, une consistance, une profondeur à son film...

Et bien c'est très mal fait. Déjà parce qu'il n'a pas du s'intéresser beaucoup à ce qu'est la maladie bipolaire pour la traiter ainsi, ensuite parce qu'on sent bien que ce n'est pas ce qui l'intéresse. Au final, dès qu'il abandonne ce terreau peu fertile et replante son potager dans une terre assumant pleinement la carte "comédie romantique", ça devient d'un seul coup bien plus chouette [Fin spoilers]

Sur la forme, je ne suis pas vraiment fan de la réalisation tournoyante, (il faut poser la caméra de temps en temps) mais la musique, empruntant de grands airs et chansons ("Maria" de West Side Story en mode jazzy !) contrebalance parfaitement. Niveau casting, Bradley Cooper est efficace, Jennifer Lawrence se débrouille très bien, débordante d'un charme allant croissant à défaut d'une réelle beauté, De Niro est excellent et Chris Tucker épatant.

"Silver Linings Playbook" souffre d'un démarrage un peu emprunté, donnant une impression de faire du surplace par manque de cap scénaristique, pour finalement s'épanouir de belle manière jusqu'à son final agréable. Quoiqu'il en soit, le talent général du casting fait qu'on ne voit pas le temps passer, c'est déjà pas mal du tout.
Hypérion
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Films avec de la bonne musique dedans et Films critiqués notés 6

il y a 9 ans

44 j'aime

3 commentaires

Happiness Therapy
TiGon
8

It's fucking worth it !

Jennifer Lawrence qui gagne un Golgen Globe, film nominé aux Oscars, la critique est dithyrambique : mais qu’est-ce que cette énième comédie indé a de plus que les autres ? On en a vu de ces...

Lire la critique

il y a 9 ans

69 j'aime

6

Happiness Therapy
Sergent_Pepper
7

Clash Dance

Happiness Therapy est une réussite : pendant les trois quart de sa durée, il parait à faire totalement oublier les raisons qu’on pouvait avoir de s’en tenir à l’écart, à savoir la crainte qu’on nous...

Lire la critique

il y a 6 ans

69 j'aime

4

Happiness Therapy
Hypérion
6

Don't drink too much. Don't hit anybody. You'll be fine.

Je me suis lancé dans "Silver Linings Playbook" sans la moindre connaissance du scénario. Pas une bande annonce regardée, par un résumé lu, rien, niet, nada. Juste une affiche aperçue dans le métro,...

Lire la critique

il y a 9 ans

44 j'aime

3

Princesse Mononoké
Hypérion
10

Un Miyazaki terrestre et mélancolique

Princesse Mononoké est un film à part dans la carrière de Miyazaki, une étape autant qu'une sorte de testament de son art. C'est peut être ce qui en fait l'un de ces films les plus adulés parmi ses...

Lire la critique

il y a 11 ans

449 j'aime

80

Le vent se lève
Hypérion
9

L'histoire d'un formidable égoïste

Le vent se lève, il faut tenter de vivre est définitivement un film à part dans la filmographie de Hayao Miyazaki, pour moult raisons que j'aurais bien du mal à évoquer de façon cohérente en un...

Lire la critique

il y a 8 ans

409 j'aime

34

Kaamelott
Hypérion
9
Kaamelott

Alexandre Astier, héros des temps télévisuels modernes

Alexandre Astier est remarquablement similaire à son personnage Arthur. Comme Arthur, il est responsable de tout (Roi du royaume / responsable scénario, musique, production, dialogues, direction,...

Lire la critique

il y a 11 ans

364 j'aime

57