👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Il était une fois dans l'Ouest par Mickaël Barbato

Voilà le film le plus définitivement contemplatif qu'on puisse voir. Leone, tout comme Kubrick, était un cinéaste de l'esthétique. Ce sens peu commun, voir en désuétude de nos jours, allié à son amour du surréalisme, tout ça bonifié par un Technicolor à tomber à la renverse et on obtient déjà une fable. Seulement, Leone signe surtout là son film le plus sombre, pas du tout nihiliste, mais qui traite avant tout de la mort. La mort d'une ère romantique avec l'arrivée du train à vapeur et, donc, la disparition de ces figures du cow-boy solitaire. Dès le début, et ce après un générique culte et le plus long de l'histoire, la faucheuse semble vouloir prendre le contrôle d'Harmonica. Tout comme le Cheyenne apparait pour la première fois à l'écran couvert de poussière, tel un mort-vivant fraichement revenu à la surface. En résulte une ambiance très nostalgique, sublimée par une BO de Moriconne belle à en crever, une interprétation géniale et un sens du cadre et de l'espace fascinant. Le duel final est d'ailleurs le meilleur exemple, et cette utilisation, cette manipulation de la perspective. J'en peux plus je suis en feu !
Bavaria
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Si tu ne les as pas vu... il faut que tu ailles te pendre avec une wavebird., Top Sergio Leone et

il y a 12 ans

80 j'aime

5 commentaires

Il était une fois dans l'Ouest
Sergent_Pepper
10

How the West was done

Songeons que ce film n’aurait pas dû voir le jour : après la Trilogie du dollar, Sergio Leone estime en avoir fini avec le western et se prépare à son grand projet, Il était une fois en Amérique...

Lire la critique

il y a 5 ans

167 j'aime

56

Il était une fois dans l'Ouest
DjeeVanCleef
10

Il était une fois le Cinéma.

Tu sais, pour changer, aujourd'hui je ne vais pas faire ma Dalida, je vais te parler droit dans les yeux. « Il était une fois dans l'Ouest » n'est pas seulement le plus grand western de tous les...

Lire la critique

il y a 8 ans

134 j'aime

13

Il était une fois dans l'Ouest
Hypérion
10

Un train peut en cacher des pétoires

Paysages grandioses, acteurs magnifiques, scénario aux petits oignons, musique emblématique, une scène d'introduction légendaire qui justifie à elle seule le statut culte de cette pellicule. Il était...

Lire la critique

il y a 9 ans

119 j'aime

8

Taxi Driver
Bavaria
10
Taxi Driver

Critique de Taxi Driver par Mickaël Barbato

BEST. FILM. EVER. Taxi Driver semble sorti du plus profond des tripes d'un scénariste en état de grâce (Schrader) et d'un réal tout simplement génial. Description sans concessions, ou presque...

Lire la critique

il y a 11 ans

83 j'aime

8

Il était une fois dans l'Ouest
Bavaria
10

Critique de Il était une fois dans l'Ouest par Mickaël Barbato

Voilà le film le plus définitivement contemplatif qu'on puisse voir. Leone, tout comme Kubrick, était un cinéaste de l'esthétique. Ce sens peu commun, voir en désuétude de nos jours, allié à son...

Lire la critique

il y a 12 ans

80 j'aime

5

Le Festin nu
Bavaria
8
Le Festin nu

Critique de Le Festin nu par Mickaël Barbato

William Lee, junkie et dératiseur, est forcé de fuir le pays après avoir accidentellement tué sa femme, trouvant refuge en Afrique du Nord. Sur place, il pense être un agent secret tombé en plein...

Lire la critique

il y a 11 ans

74 j'aime

2