👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

C'est à Hong Kong en 1962 qu'une secrétaire et un rédacteur emménagent avec leur conjoint respectif dans des appartements voisins. Alors que ces derniers sont régulièrement absents, ils vont peu à peu se rapprocher...

C'est dans la solitude que ces deux êtres vont se rencontrer et c'est tout en délicatesse que Wong Kar-wai filme cet amour naissant. Entre romances, mensonges, tragédies et mœurs, il nous immerge au cœur de cet amour avec autant de sensibilité que de justesse pour en faire ressortir toute l'émotion, tant des personnages que des enjeux. Peu à peu il met en place une ambiance de plus en plus envoûtante et mélancolique, laissant aussi une sensation d'intemporalité.

Dans la lignée de Brève Rencontre de David Lean et Sur la route de Madison d'Eastwood, l'histoire est aussi simple qu'elle est bien exploitée, Wong Kar-wai la rendant bouleversante et ne se pose pas en juge sur le renoncement de l'amour, laissant le spectateur s'inviter dans la vie des deux protagonistes. Derrière cet amour se cache une réalité politique et sociale, les mœurs d'une société et la peur du jugement d'autrui. Il met aussi l'accent sur la différence de jugement entre un adultère commis par une femme ou par un homme. C'est dans ce contexte-là qu'il nous fait rentrer dans la vie des deux protagonistes, tous deux écrits avec tendresse et sensibilité et Wong Kar-wai va nous faire vivre sa vision de l'amour vraie avec eux.

En plus de briller par son fond et les émotions fortes qu'il dégage, In the Mood for Love est d'une grande beauté formelle où Wong Kar-wai joue avec les couleurs, surtout le rose et le vert, pour mieux sublimer ses images. La reconstitution et sa science du détail participent pleinement à la réussite de l'œuvre, tout comme la magnifique bande-originale qui se mêle à merveille avec la caméra (et ses admirables mouvements, d'une fluidité et d'une beauté rare) du cinéaste hongkongais. Le rythme est lent et c'est tant mieux, il n'en devient jamais ennuyant tant il arrive à nous immerger dans son atmosphère. Les deux protagonistes bénéficient de la justesse des interprètes, que ce soit Tony Leug ou la très belle Maggie Cheung et ses robes inoubliables.

D'une justesse et intelligence rare, In the Mood for Love bénéficie de la merveilleuse mise en scène de Wong Kar-wai pour nous émerveiller par sa beauté formelle et nous bouleverser en suivant le destin de ces deux personnages piégés dans les mœurs de leur société.

il y a 6 ans

73 j'aime

7 commentaires

In the Mood for Love
Velvetman
9

La frustration du désir.

In the Mood for Love n’est pas une fresque romanesque grandiloquente sur l’amour mais le simple récit poétique de deux êtres perdus qui regardent, troublés, la déliquescence de leur couple respectif,...

Lire la critique

il y a 7 ans

110 j'aime

In the Mood for Love
Anonymus
10

Critique de In the Mood for Love par Anonymus

Ceux qui trouvent ce film chiant n'aiment probablement pas la peinture. Puisque chaque image de ce film est d'une beauté à couper le souffle, d'une vraie beauté de composition, de cadrage, de mise...

Lire la critique

il y a 11 ans

107 j'aime

8

In the Mood for Love
Docteur_Jivago
9

Some kinds of love

C'est à Hong Kong en 1962 qu'une secrétaire et un rédacteur emménagent avec leur conjoint respectif dans des appartements voisins. Alors que ces derniers sont régulièrement absents, ils vont peu à...

Lire la critique

il y a 6 ans

73 j'aime

7

Gone Girl
Docteur_Jivago
8
Gone Girl

American Beauty

D'apparence parfaite, le couple Amy et Nick s'apprête à fêter leurs cinq ans de mariage lorsque Amy disparaît brutalement et mystérieusement et si l'enquête semble accuser Nick, il va tout faire pour...

Lire la critique

il y a 7 ans

167 j'aime

29

American Sniper
Docteur_Jivago
8

La mort dans la peau

En mettant en scène la vie de Chris The Legend Kyle, héros en son pays, Clint Eastwood surprend et dresse, par le prisme de celui-ci, le portrait d'un pays entaché par une Guerre...

Lire la critique

il y a 7 ans

146 j'aime

31

2001 : L'Odyssée de l'espace
Docteur_Jivago
5

Il était une fois l’espace

Tout juste auréolé du succès de Docteur Folamour, Stanley Kubrick se lance dans un projet de science-fiction assez démesuré et très ambitieux, où il fait appel à Arthur C. Clarke qui a écrit la...

Lire la critique

il y a 7 ans

138 j'aime

40