👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Ceux qui trouvent ce film chiant n'aiment probablement pas la peinture.

Puisque chaque image de ce film est d'une beauté à couper le souffle, d'une vraie beauté de composition, de cadrage, de mise en place de la couleur, puisque chaque costume est réfléchi, pensé, que chaque regard est pesé, calculé, dirigé, que chaque mouvement est suspendu, décomposé en une multitude de gestes significatifs, je suis personnellement extrêmement frustré par la rapidité de ce film, dont les plans s'enchaînent trop vite pour que je puisse réellement en saisir toute la profondeur, toute la complexité, tout le mystère.

Ceux qui trouvent ce film chiant n'aiment probablement pas la musique.

Puisque la bande originale, devenue célèbre, est d'une telle grâce, d'une telle puissance, que son omniprésence nous berce et nous enveloppe, nous subjugue, nous aspire dans la lente monotonie d'une vie sans joie, d'une vie dans laquelle le bonheur serait possible mais hélas interdit, puisque cette musique nous révèle avec une telle vivacité l'âme des personnages, je pourrais pour ma part regarder ce film les yeux fermés, n'écoutant que la musicalité des voix et des mots inconnus, tantôt secs et coupants, tantôt traînants et presque pervers, et m'en satisfaire comme d'un opéra.

Ceux qui trouvent ce film chiant n'aiment probablement pas la tragédie.

Puisque d'une histoire banale à pleurer (un homme et une femme découvrent que leur conjoint les trompe ensemble) on parvient à tirer une parabole universelle sur l'hésitation, sur le tiraillement des sentiments, sur le refus du mensonge qui en entraîne d'autres, sur le choix volontaire ou non (qu'en sait-on, en fait ?) de la morale contre l'amour, du malheur contre le bonheur, de la réputation contre le désir, je donne à ce film une dimension cathartique qui n'a même pas besoin du héros mythologique comme vecteur et qui se contente de la vie banale d'une secrétaire dégoûtée par les tromperies de son patron et d'un journaliste en quête d'ailleurs. Rien ne dit dans le film si nos deux personnages succombent finalement à leur inclinaison (une scène coupée nous apprend que oui, mais elle a justement été coupée) et la pureté des sentiments qu'ils expriment suffit à nous faire ressentir toute leur douleur et à nous en purifier. On reste toutefois dans le champ du théâtre : les scènes les plus cruelles ne sont qu'illusion, un film dans le film, imaginé par les deux amants pour se protéger de leur amour.

Ceux qui trouvent ce film chiant n'aiment peut-être tout simplement pas l'art ? Peut-être ne veulent-ils voir au cinéma que des successions d'images rapides, rythmées, consommables sans trop d'effort, sans trop d'investissement, qui engendrent un plaisir immédiat et facile, un plaisir de supermarché ?
Anonymus
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste

il y a 11 ans

107 j'aime

8 commentaires

In the Mood for Love
Velvetman
9

La frustration du désir.

In the Mood for Love n’est pas une fresque romanesque grandiloquente sur l’amour mais le simple récit poétique de deux êtres perdus qui regardent, troublés, la déliquescence de leur couple respectif,...

Lire la critique

il y a 7 ans

110 j'aime

In the Mood for Love
Anonymus
10

Critique de In the Mood for Love par Anonymus

Ceux qui trouvent ce film chiant n'aiment probablement pas la peinture. Puisque chaque image de ce film est d'une beauté à couper le souffle, d'une vraie beauté de composition, de cadrage, de mise...

Lire la critique

il y a 11 ans

107 j'aime

8

In the Mood for Love
Docteur_Jivago
9

Some kinds of love

C'est à Hong Kong en 1962 qu'une secrétaire et un rédacteur emménagent avec leur conjoint respectif dans des appartements voisins. Alors que ces derniers sont régulièrement absents, ils vont peu à...

Lire la critique

il y a 6 ans

73 j'aime

7

Barry Lyndon
Anonymus
10
Barry Lyndon

Critique de Barry Lyndon par Anonymus

Ah ! Redmond... Ce film nous amène à "la grande question cinématographique" : comment un personnage, si bien vêtu, filmé avec tant d'art, de science et de goût, dans des décors naturels si somptueux,...

Lire la critique

il y a 11 ans

185 j'aime

24

La Pianiste
Anonymus
7
La Pianiste

Critique de La Pianiste par Anonymus

Je trouve injuste de réduire La Pianiste à la simple mise en scène de maladies mentales et de perversions inavouables. La réalité décrite par M. Haneke me semble plus complexe et plus générale ; il...

Lire la critique

il y a 10 ans

121 j'aime

4

Les Amours imaginaires
Anonymus
7

Critique de Les Amours imaginaires par Anonymus

Pour aimer "Les Amours imaginaires", je pense qu'il ne faut pas avoir peur du ridicule. Ce ridicule adolescent, que je connais à la perfection, mieux que moi-même, qui a été mon grand ami et que j'ai...

Lire la critique

il y a 10 ans

119 j'aime

4