👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Après le décrié Boulevard de la Mort, qui ne s'apprécie pleinement qu'intégré à la pellicule de Grindhouse, Tarantino s'est lancé avec un enthousiasme évident dans son western sur trame de seconde guerre mondiale pleine de nazis.

Inglourious Basterds est un film Tarantino jusqu'au bout des échantillons pelliculaires. Tout y est. La violence, les personnages forts en gueule, la BO composée de titres cultes avec un emprunt toujours plus affirmé à Ennio Morricone, un découpage de son histoire en chapitres, un méchant charismatique, des femmes prédatrices, le long travelling embrassant la perspective d'un décor avant l'action, les pieds d'une actrice en gros plan, les jurons, les armes improvisées...

Mais comme à chacun de ses films, Tarantino innove et propose à son public un "petit quelque chose de plus". Dans le cas d'Inglourious Basterds, c'est l'emploi à dessein de quatre langues à l'écran. Il ne s'agit cependant pas d'esbroufe propre à élever l'ego du spectateur moyen "Ouais, moi je vais voir un film avec des sous titres !".

Ce qui me semble important de souligner, tout de même, c'est que le passage d'une langue à l'autre n'est jamais gratuit. Il s'agit d'un élément moteur dans la trame scénaristique. Les incompréhensions et/ou connivences entre les personnages s'articulent sur la compréhension ou non de leur interlocuteur.

Ainsi, les Dreyfus sont piégés de ne savoir parler que français, les Basterds sont repérés sans problème par le "Jew hunter" de ne pas savoir articuler un mot d'italien correct, le cinéphile britannique n'a pas un accent capable de dissimuler ses origines. Tarantino va même plus loin dans son cas, avec la mise en lumière d'une gestuelle simple pour désigner le chiffre trois qui diffère d'un pays à l'autre.


Ce qui ressort finalement de cet enjeu polyglotte, c'est que nos Inglourious Basterds sont de belles bêtes brutasses, complètement dépassées et roulées par le colonel SS Hans Landa, d'un verbiage réjouissant, fin manipulateur, passant d'une langue à l'autre pour arriver à ses fins. La vengeance mesquine dont il fera l'objet rehausse la perfection de sa machination opportuniste... Déployée après une erreur de prononciation en italien de son adversaire butor.

Dans Inglourious Basterds, Le verbe polyglotte et la connaissance culturelle de l'adversaire surclassent la brutalité crasse. En ce sens, ce film rejoint la perle rare Jackie Brown, où la cervelle et la connaissance sont les armes maîtresses, la brutalité un expédient.

Inglourious Basterds
Hypérion
8

Tarantino, polyglotte à dessein

Après le décrié Boulevard de la Mort, qui ne s'apprécie pleinement qu'intégré à la pellicule de Grindhouse, Tarantino s'est lancé avec un enthousiasme évident dans son western sur trame de seconde...

Lire la critique

il y a 10 ans

100 j'aime

8

Inglourious Basterds
fifi_
2

Critique de Inglourious Basterds par fifi_

Il y a longtemps, Quentin faisait des films. Il faisait Reservoir Dogs, c'était pas mal, un peu surestimé mais pas mal. Il faisait Pulp Fiction, c'était mieux, toujours surestimé mais mieux. Il...

Lire la critique

il y a 12 ans

91 j'aime

56

Inglourious Basterds
Grard_Rocher
8

Critique de Inglourious Basterds par Gérard_Rocher

En pleine occupation allemande la famille Dreyfus vaque à ses activités dans leur maison retirée du village lorsque des soldats allemands débarquent. A leur tête le colonel Hans Landa.Cet homme est...

Lire la critique

il y a 6 ans

90 j'aime

14

Princesse Mononoké
Hypérion
10

Un Miyazaki terrestre et mélancolique

Princesse Mononoké est un film à part dans la carrière de Miyazaki, une étape autant qu'une sorte de testament de son art. C'est peut être ce qui en fait l'un de ces films les plus adulés parmi ses...

Lire la critique

il y a 11 ans

449 j'aime

80

Le vent se lève
Hypérion
9

L'histoire d'un formidable égoïste

Le vent se lève, il faut tenter de vivre est définitivement un film à part dans la filmographie de Hayao Miyazaki, pour moult raisons que j'aurais bien du mal à évoquer de façon cohérente en un...

Lire la critique

il y a 8 ans

409 j'aime

34

Kaamelott
Hypérion
9
Kaamelott

Alexandre Astier, héros des temps télévisuels modernes

Alexandre Astier est remarquablement similaire à son personnage Arthur. Comme Arthur, il est responsable de tout (Roi du royaume / responsable scénario, musique, production, dialogues, direction,...

Lire la critique

il y a 11 ans

364 j'aime

57