Le scénariste était un stagiaire en photocopies

J'ai eu l'impression de regarder un passage de Fallout avec plein de goules enragées. Mais ça avait la saveur d'un Fallout 3...

Passsons outre une plaisanterie qui ne fait rire que moi. Pourquoi 4 ? Déjà, précisons que je n'ai pas lu le livre, j'étais donc vierge de tout apriori.

Niveau scénario, c'est franchement bateau. Quitte à revisiter le sujet, une légère dose d'originalité aurait aidé. Mais passons. Oscillant entre films de zombies (Pardon, infectés) et réflexion contemplative sur la fragilité d'une civilisation, Je suis une légende échoue sur les deux plans.

D'un point de vue Zombie, peu d'action, et c'est très mal filmé. Lawrence n'arrive pas à distiller la peur, et ses mouvements de "caméra embarquée au cœur de l'action" donnent la nausée et n'apportent rien à part un flagrant manque d'esthétisme visuel.

D'un point de vue Réflexion, l'échec est encore plus grand. Tout est simpliste et convenu. L'opposition nihilisme / croyance tombe comme une perruque dans le potage. La fragilité de la civilisation n'est pas abordée en tant que tel. Ils sont morts, et puis c'est tout.

Le final m'a laissé plus que perplexe du fait de sa rapidité et de son manque de cohérence. Mais bon.

Quelques bons points cependant. J'ai trouvé Will Smith plutôt bon. Il souffre d'un scénario qui introduit très mal son personnage, mais son jeu suggère bien cette folie latente liée à sa solitude, avec comme seul raccord à la réalité son obsession de trouver un remède. L'histoire de sa famille aurait pu être supprimée du script pour permettre quelques scènes supplémentaires sur son quotidien, ses doutes.

J'ai également apprécié l'amateurisme de Will Smith avec ses armes. C'est un scientifique, pas un para commando qui shoote du zombie au petit déj.

Quelques belles images également d'un New York dévasté, désert, avec ses ponts détruits et ses rues désertes.

Bref, à mon sens, l'échec de ce film repose bien plus sur un scénario bancal qui n'arrive pas à se décider pour un genre que sur une performance d'acteur, qui se débrouille avec le script qu'on lui a fourni.

Créée

le 16 févr. 2011

Critique lue 2.2K fois

54 j'aime

10 commentaires

Hypérion

Écrit par

Critique lue 2.2K fois

54
10

D'autres avis sur Je suis une légende

Je suis une légende
Troll
3

Je suis un fumiste

Médaille d'or de la trahison du matériau d'origine, ou comment transformer une oeuvre subtile s'interrogeant sur la nature de la civilisation en ode pompier à la gloire de l'oncle de Sam. J'attends...

le 15 juin 2010

65 j'aime

2

Je suis une légende
Hypérion
4

Le scénariste était un stagiaire en photocopies

J'ai eu l'impression de regarder un passage de Fallout avec plein de goules enragées. Mais ça avait la saveur d'un Fallout 3... Passsons outre une plaisanterie qui ne fait rire que moi. Pourquoi 4 ...

le 16 févr. 2011

54 j'aime

10

Je suis une légende
SnakePlissken
4

Critique de Je suis une légende par SnakePlissken

Pour ceux qui ont lu le roman éponyme de Richard Matheson, qui est censé avoir inspiré le film, ce dernier est une hérésie. La fin du film est un contre-sens majeur dans l'explication du titre de...

le 21 janv. 2011

50 j'aime

11

Du même critique

Princesse Mononoké
Hypérion
10

Un Miyazaki terrestre et mélancolique

Princesse Mononoké est un film à part dans la carrière de Miyazaki, une étape autant qu'une sorte de testament de son art. C'est peut être ce qui en fait l'un de ces films les plus adulés parmi ses...

le 15 juin 2011

480 j'aime

81

Le Vent se lève
Hypérion
9

L'histoire d'un formidable égoïste

Le vent se lève, il faut tenter de vivre est définitivement un film à part dans la filmographie de Hayao Miyazaki, pour moult raisons que j'aurais bien du mal à évoquer de façon cohérente en un...

le 22 oct. 2013

424 j'aime

32

Kaamelott
Hypérion
9

Alexandre Astier, héros des temps télévisuels modernes

Alexandre Astier est remarquablement similaire à son personnage Arthur. Comme Arthur, il est responsable de tout (Roi du royaume / responsable scénario, musique, production, dialogues, direction,...

le 17 juil. 2011

366 j'aime

57