Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Ces propos d'introduction datent de 2014 à l'époque de l'annonce du film...


"LA réponse de Warner Bros aux Avengers de Marvel Studios! La Ligue de Justice est l'équipe des plus grands super-héros de l'histoire des comics, la première de cette envergure, celle qui a inspirée toutes les autres. Les attentes sont immenses, démesurées même. Sachant que la série animée Justice League est une de mes séries préférées de tous les temps... Ca fait trembler, c'est excitant! C'est précisément pour voir ce type de films fantasmes que je chéris cette ère cinématographique des comics. Je n'attends qu'une chose simple : qu'il surpasse tout ce qu'on a pu voir en terme de retranscription d'une équipe de super-héros à l'écran et qu'il monte encore plus le niveau afin d'établir un nouveau standard. (Ok ça fait deux choses... ) Est ce que Zack Snyder y parviendra?"


Retour en 2017!


Qu'en est il donc, trois ans plus tard?


Je peux déjà dire que non, le film n'est clairement pas à la hauteur des attentes. Mais est ce si surprenant? Ce n'est pas catastrophique loin de là mais cela reste tout de même très bancal si l'on observe bien la globalité du résultat. Le métrage est surtout une tentative de "Damage Control" suite au désastre qu'on représentés les deux films dans l'an dernier (Suicide Squad et Batman v Superman)


Le véritable problème est que depuis le début dès 2013 avec Man of Steel jusqu'à maintenant , la branche DC Films de Warner peine à faire consensus et se traîne film après film des retours contrastés et mitigés que ce soit au niveau du box office ou au niveau des critiques. Il y a eu une volonté de concurrencer Marvel Studios et son modèle "d'univers cinématographique" si lucratif avec le succès considérable d'Avengers à l'époque qui dépassa le milliard de recettes...


Les exécutifs de WB se frottaient les mains et voulaient forcément leur part du gâteau. Mais ça a été un peu monté à la va vite, on peut dire ce qu'on veut concernant la qualité intrinsèque de certains opus du Marvel Cinematic Universe mais il faut reconnaitre que Kevin Feige a été malin en posant petit à petit toutes les briques sans rusher et avec en définitive un univers étendu cohérent, quoi qu'on en dise.


Là où DC a directement voulu dégainer toutes ses grosses IP d'un coup. D'abord en ramenant Batman dans le naufrage qu'a été l'ignoble Batman v Superman et en faisant de ce film un prologue ultra mal branlé du sujet d'aujourd'hui. Avec des idées d'une idiotie rare... Bref, j'ai déja parlé de BvS! Recentrons nous sur le sujet!


Suicide Squad a essayé de faire un premier damage control en présentant un film fun et décalé assez éloigné de ce qu'on avait pu voir auparavant. Et qui semble en légère contradiction avec les toutes premières images du film sir beaucoup de plans... Échec. Wonder Woman a plutôt bien fonctionné cependant, c'est une exception dans tout ce marasme qui donnait beaucoup d'espoir.


Pour finalement arriver en Novembre 2017 avec ce film tant attendu. Mais curieusement, il manque d'ampleur, de dimension, de sensation épique. La Justice League est pourtant composée des plus grands super-héros de l'univers des comics, des icônes d'une grande force avec des caractères bien spécifiques. De grands personnages archétypaux et classiques. Pour le coup il faut avouer le film réussit à plutôt bien cerner les héros dans leur ensemble avec une caractérisation agréable qui fonctionne. On sent la volonté de faire de cette aventure quelque chose de moins lourd, de moins sombre, plus léger et cela peut parfois paraître forcé mais objectivement il n'en est rien on suit avec plaisir la rencontre de tous ces personnages.


Mais... Cela manque tellement d'ambition... La menace contre laquelle la Ligue est supposée se dresser : Steppenwolf. Déjà il est en full CGI. Rien de grave vous me direz... Mais... C'est juste laid. Le personnage (en tout cas sa réinterprétation dans ce film) a un chara design ultra générique et commun, sort des banalités, un méchant ultra simple sans aucune nuance (hormis son lien avec Darkseid forcément) Il a pourtant une très belle présentation avec une scène de flashback proprement épique (un peu un rip-off du prologue de LOTR mais bon...!) où on nous montre les Atlantes, les Humains et les Amazones mener une guerre totale contre le bonhomme présenté comme "The End of Worlds" (rien que ça!)


Mais on ne ressent absolument aucune pression, aucune ampleur dans le film qui se contente juste de remplir toutes les cases et de suivre son scénario en pilote automatique. Et surtout Steppenwolf montrer comme une espèce de destructeur de planètes ne semble qu'être un super villain générique!


Après oui ça fonctionne et cela remplit sa fonction de divertissement pop corn bien sur. Mais de mon point de vue ce n'est clairement pas suffisant. Ce n'est pas "au niveau". Et il suffit juste de comparer ce film au prologue en deux parties de Justice League The Animated Series par Bruce Timm pour comprendre à quel point cette équipe qui a concu le film ne comprend pas ce qu'est la Justice League, ce dont elle est capable et a beaucoup de mal a bien utiliser les bases de ce que sont les super héros.


En voulant copier la concurrence mais pas trop, en montant son film par dessus là jambe en faisant des coupes gigantesques à tel point que le final est aussi expédié que la fin de Final Fantasy XII. Avec un Deus Ex Machina : (SUPERMAN) qui roule littéralement sur le grand méchant comme si c'était un marmot de 5 ans. Bon c'est sympa et cool et soulignons que pour une fois on voit l'espace de quelques instants une bonne incarnation qui rend justice au personnage après le désastre du film précédent...! Mais c'est déjà trop tard. Et tous les sourires en coin de Diana Prince (GAL GADOT <3) ne reussiront pas à faire passer la pillule.


Justice League est une tentative de rectifier les erreurs passées en cela on peut louer la démarche mais en passant le correcteur à tout va ils ont un peu oublié de réecrire par dessus! Ça manque de tellement de choses... Mais avec Wonder Woman et ce film on est clairement dans une courbe d'amélioration. La question est de savoir vont ils enfin trouver la formule pour réussir à mettre tout le monde d'accord? Réussir à surprendre? Un vrai grand film du genre comme ce que la concurrence a pu déjà produire ou bien au delà?


Il y a du boulot mais ne désespèrons pas, Warner n'est pas près de lâcher le filon et peut être qu'en chemin nous obtiendrons (par accident!) satisfaction.


En tout cas la résultante est douce amère et laisse un fort gout d'inachevé au fond de la gorge. Justice League demeure malgré un divertissement honnête avec de bonnes intentions, on passe un moment frustrant mais néanmoins agréable.


Mitigé donc!

Kaleendah
4
Écrit par

Créée

le 5 déc. 2017

Critique lue 136 fois

Kaleendah

Écrit par

Critique lue 136 fois

D'autres avis sur Justice League

Justice League
CrèmeFuckingBrûlée
4

Journal intime de Batman : entrée n°1

Mercredi 15 novembre 2017 Oh là. Qu’est-ce qu’il s’est passé hier soir ? J’ai l’impression que Superman tient mon crâne entre ses mains tandis que Wonder Woman me donne des coups de pieds dans...

le 19 nov. 2017

121 j'aime

22

Justice League
Behind_the_Mask
7

Le DCmonde a-t-il besoin de Zack Snyder ?

Cher Zack, Accepte tout d'abord que je te présente mes condoléances. Perdre un enfant doit être une douleur au delà de l'imaginable. Car ce n'est pas dans l'ordre des choses, à l'évidence. Et alors...

le 15 nov. 2017

112 j'aime

25

Justice League
Sergent_Pepper
2

Les arcanes du blockbuster, chapitre 29

Sur la table en acajou, une corbeille en faïence blanche. Un rouleau de papier hygiénique, du désodorisant d’intérieur et quelques magazines people. -Je crois qu’il faudrait plus de vaisseaux...

le 23 févr. 2018

106 j'aime

14

Du même critique

The Foreigner
Kaleendah
8

OLD IS GOLD

Simple, efficace, brutal, sans concession. Quelques dénominations permettant de décrire partiellement l’expérience délivrée par l'excellent The Foreigner réalisé par Martin Campbell. Il s'agit de...

le 5 déc. 2017

7 j'aime

À la poursuite de demain
Kaleendah
9

BELIEVE IN TOMORROW.

Second film live de l'incroyable Brad Bird après le déjà très bon Mission Impossible : Ghost Protocol, le projet Tomorrowland avait de quoi intriguer. Déjà une nouvelle franchise ne fait jamais de...

le 22 sept. 2015

4 j'aime

Love
Kaleendah
8

L'AMOUR N'EXISTE PAS.

LOVE de Gaspar Noé. Après Enter the Void, le nouveau projet de Gaspar Noé avait de quoi faire peur. La promesse est somme toute assez simple et fait partie de la promo du film. Une phrase : "Enfin un...

le 22 sept. 2015

4 j'aime