Le travail constant et transgressif de Larry Clark autour de l’adolescence (son recueil de photos Tulsa, ses films Kids et Bully), de son corps éphèbe, désirable, de sa sexualité et de sa sacralisation, travail d’ailleurs admiré ou contesté par la critique, a trouvé ici son apex iconographique et érotique. À un point même que Ken Park, initialement interdit aux moins de 16 ans, déclencha foudres et débats dans les sphères de l’intelligentsia française (et européenne) pour, enfin, se voir interdire aux moins de 18 ans lors de sa sortie nationale.

C’est là l’un des grands mystères du cinéma qui, régulièrement, ébroue, habite et rend moite les critiques de tous poils prompt(e)s à s’offusquer ou se pâmer devant une telle "audace" : la représentation d’actes sexuels non simulés (L’empire des sens, Romance, Intimité, 9 songs, Shortbus…). Le sexe, bien qu’exposé frontalement, n’a pourtant aucune valeur pornographique en soi, et qu’il s’émancipe de toutes les limites possibles chez Verhoeven, période néerlandaise (Turkish delices, Spetters, Le quatrième homme), Brisseau ou Clark, il demeure avant tout réflexif, explorateur d’une psyché et d’un état, d’un amour ou d’une libération.

Ken Park détaille le quotidien de quatre adolescents d’une banlieue américaine en butte à une autorité parentale déliquescente, ensevelis sous l’ennui, la vacuité ou les violences familiales. Le film s’interroge surtout, à travers leurs désirs libres et leurs esquives charnelles plus ou moins marquantes (la scène de masturbation de Tate, sans compromis), sur l’intérêt personnel (et pluriel, social), sur le prolongement moral que peut avoir encore le sexe à notre époque. Est-il possible d’y voir toujours une émancipation, un contre-pouvoir militant, "politique", comme il pouvait l’être dans les années 70 (quand, aujourd’hui, Internet le banalise et le rend accessible à tous) ? Moins affranchi et contestataire contre une société rejetée en bloc, il semble aujourd’hui être davantage un repli physique face à celle-ci qui s’autorise à l’escamoter dès la moindre ligne franchie.

La dernière scène du film, très explicite dans ses détails physiques, semble aller dans ce sens ; Shawn, Claude et Peaches s’adonnent ainsi à un triolisme délicieux et décomplexé, dernier rempart à une noire réalité (inceste, puritanisme et mort). Il y a soudain un espace apaisé, hors du temps, qui s’ouvre autour d’eux, espace où réconfort, jouissance et (re)création du monde (d’une utopie ?) s’harmonisent pour, dans un kaléidoscope purement sensuel, conscient, se décharger de valeurs compromises et s’offrir comme un nouvel Éden, loin des injures.
mymp
7
Écrit par

Le 7 mars 2013

26 j'aime

Ken Park
Taff
2
Ken Park

Critique de Ken Park par Monsieur LeProf

Après avoir vu et apprécié Elephant et 2h37, on m'a conseillé ce film, qui lui aussi suit le quotidien d'un groupe d'adolescents, liés par une tragédie. Le topo de départ est le même, donc, mais le...

il y a 12 ans

28 j'aime

3

Ken Park
mymp
7
Ken Park

Éden Park

Le travail constant et transgressif de Larry Clark autour de l’adolescence (son recueil de photos Tulsa, ses films Kids et Bully), de son corps éphèbe, désirable, de sa sexualité et de sa...

il y a 9 ans

26 j'aime

Ken Park
Velvetman
7
Ken Park

Ken Park

L'adolescence n'a jamais été aussi singulière et réaliste qu'avec Ken Park. Dans une petite ville paumée et pauvre de Californie, Larry Clark nous montre la solitude et l'ennui d'une bande de jeunes...

il y a 8 ans

14 j'aime

Moonlight
mymp
8
Moonlight

Va, vis et deviens

Au clair de lune, les garçons noirs paraissent bleu, et dans les nuits orange aussi, quand ils marchent ou quand ils s’embrassent. C’est de là que vient, de là que bat le cœur de Moonlight, dans le...

il y a 5 ans

172 j'aime

2

Seul sur Mars
mymp
5

Mars arnacks!

En fait, tu croyais Matt Damon perdu sur une planète inconnue au milieu d’un trou noir (Interstellar) avec Sandra Bullock qui hyperventile et lui chante des berceuses, la conne. Mais non, t’as tout...

il y a 7 ans

157 j'aime

25

Mektoub, My Love : Canto uno
mymp
4

Pâté en croupe

Abdellatif Kechiche, depuis La vie d’Adèle, semble désormais devenu plus clivant que jamais (La vénus noire présageait déjà de la chose) et susciter la controverse au moindre de ses mouvements. Les...

il y a 4 ans

147 j'aime

21