⚠️ Une maintenance est prévue le Mercredi 26 juin à 8h00 pour une durée d'environ 2h. Le site sera inacessible pendant cette période.

L'Île aux chiens
7.7
L'Île aux chiens

Long-métrage d'animation de Wes Anderson (2018)

Attention ! Critique très longues avec pas mal de Spoiler !


Après avoir enchanté tout le monde dans The Grand Budapest Hotel, l'annonce de l'Île Aux Chiens a été vécu comme un événement. Il faut reconnaître que Wes Anderson est revenu à l'animation en stop-motion, prêt de 10 ans après Fantastic Mister Fox et est revenu avec un casting aussi XXL que les Gardiens de la Galaxie Vol 2 et Avengers : Infinity War. Du coup on a Wes Anderson + Animé en Stop Motion plus casting vocal plus que bankable qu'est-ce que cela donne au final ? Et bien surement le meilleur film de 2018 tout court (et ne me parler pas de Ready Player One qui est lui aussi excellent ou d'Avengers : Infinity qui est lui aussi surprenant).



Retour à de la stop motion chapitrée



Ce film est une sorte de fusion de Fantastic Mr Fox dans l'esthétique et The Grand Budapest dans le style de narration. Comme pour *Fantastic Mr Fo*x, je trouve que l'animation est très bien faite et participe à la narration. D'ailleurs c'est détail mais je trouve qu'il y a beaucoup moins de jeux de couleur, même si la dominante est le blanc (violet pour The Grand Budapest Hotel, jaune pour Moonrise Kingdgom et Fantastic Mr Fox). Bien sûr on ne va pas parler du style Wes Anderson qui est toujours identique à l'accoutumé (à savoir ensemble symétrique, limite rugueux, musique d'Alexandre Desplat inspiré du folklore japonais etc). Le film se déroule en 5 chapitres qui retrace les pérégrination et l'histoire d'Atari. Du coup on a un film bien réalisé et qu'on a rien à reprocher d'un point de vue esthétique...si ce n'est qu'il faut apprécier le style de Fantastic Mr Fox pour apprécier l'Île Aux Chiens. Quant au personnages, il y a pas mal de choses à dire.



Personnages et casting monstrueux.



Ce qui est assez particulier avec les films de Wes Anderson, c'est son casting incroyable dont beaucoup sont récurrents. C'est le cas de Bill Murray, de Tilda Swinton, de Roman Coppola, Jeff Goldblum, Harvey Keitel , Bob Balaban et Edward Norton. Ils sont renforcés par des moins réguliers et nouveaux venus comme Bryan Cranston, Liev Schreiber, Greta Gerwing, Scarlett Johansson et Frances McDormand dans une moindre mesure.


Le film est centré principalement sur 3 personnages. Le premier étant Chief (Bryan Cranston). Il s'agit d'un chien errant qui tient à sa liberté et qui voit d'un mauvais œil l'arrivé d'Atari (Koyu Rankin), mais il va s'habituer à sa présence et les 2 personnages vont s'apprivoiser. Atari qui est le fils du maire sur l'île retrouver son chien Spot avec qui il communique et qui est assez malchanceux. Mais au fur et à mesure il va prendre conscience de la situation dramatique des chiens et se transformera en véritable héro. Chief Il est un peu la tête dirigeante des autres chiens de sa bande, même s'ils se définissent comme étant des mâles Alpha. Oui, on ne les voit pas séparément diriger et sont ensemble "démocratiquement". On va y venir. Et voici le premier défaut du film, les autres chiens du gang de Chief.


Ils ne sont pas de mauvais personnages et sont même très classes. Que ce soit Boss (Bill Murray), Duke (Jeff Goldblum), King (Bob Balaban ) ou Rex (Edward Norton) où ils sont drôles en voulant être les têtes dirigeantes. Mais malgré leurs caractéristiques bien marquées, ils sont plus un groupe de même personnages que des personnages avec une individualité. Tout le contraire de Chief. Cependant, j'aime bien leur caractère assez distingué et les situations rocambolesques où ils se trouvent


Comme leur première scène où ils sont en train de débattre avec un groupe de chiens pour des ordures


Le maire Korabayashi aura sa description après car il est un personnage intéressant..


Spots (Liev Schreiber) fait le chemin inverse de Chief. C'était un chien dévoué et exilé sur l'île car la ville de Megasaki ont exilés les canidés et je vais devoir spoiler


En effet, chien plutôt anecdotique, il va intégrer un groupe de "chiens cannibales" dans le but de créer une résistance et prendra fait et cause pour eux. Il demandera à Chief qui entre-temps a été lavé par Atari , révélant qu'il est son frère jumeau de prendre la relève en tant que garde du corps d'Atari.


Parmi les autres chiens, on peut retenir les personnages secondaires comme Nutmeg (Scarlett Johansson) qui est la chienne dont Chief tombera amoureux qui spoiler est la chienne de Tracy Walker (Greta Gerwig). Ce personnage est vraiment bien dans la mesure où il s'agit de la seconde héroïne. Elle voit en Atari un vrai leader révolutionnaire et est persuadée qu'un complot visant à éradiquer purement et simplement les chiens plane sur la ville. Elle mettra tout en oeuvre pour mettre à jour ce complot avec les autres étudiants. Le problème avec ce personnage est sa réception publique. En effet, elle a reçut des critiques comme quoi elle véhiculait l'apologie qu'une blanche soit leader de la rébellion dans un film qui se passe au Japon (en plus des critiques comme quoi le film donne une vision du Japon vu par l'occident). Ce qui est bête dans les 2 cas. Premièrement, bien qu'elle soit la tête dirigeante du journal, elle ne représente que le tiers du film, le reste étant occupé par Atari et les chiens et Kobayashi. Et Deuxièmement, le film est inspiré directement des films de Kurosawa dans le style ! Du coup, il s'agit d'une vision inspirée des films de Kurosawa, surtout qu'il voulait tourner son film au Japon (sauf que bah, apparemment, ils ne sont pas les meilleurs en animations stop - motion qui est selon lui une spécialité britannique). Et surtout le casting des personnages japonais ont été fait avec des acteurs d'origines japonaises en V.O dont Yoko Ono (elle joue le personnage de l'assistante scientifique). Mais bon, si ce n'est pas des accusations de whitewahsing (salut Annihilation. Où sont les critiques de Justice League pour Aquaman ?), ce sont les accusations de "non respects" qui est de mise.


Gondo (Harvey Keitel) est un personnage assez anecdotique et second de Spot dans la partie spoiler. En revanche le personnage de Jupiter (F. Murray Abraham) est bien comme personnage témoin, secondé par Oracle (Tilda Swinton) qui rend compte de la situation à l'extérieur de l'île. J'aime bien leur façon de débuncker le cliché de l'Oracle:


Elle n'a pas de dont de voyances, juste qu'elle sait regarder la télévision
On a enfin Frances Mc Dormand en tant qu'interprète et Courtney B. Vance le narrateur Akira Ito le scientifique qui découvre le secret et Igor (Roman Coppola) qui est comme la moitié des Igor. A savoir dévoué à la cause.



Critique de la dictature et la démocratie (si si)



L'histoire est simple à savoir, on est à Negasaki, un ville japonaise où les chiens ont été opprimés depuis des temps immémoriaux et exilés sur une île. Le maire Kobayashi doit faire face à une grippe canine provoquée par les hommes et s'en sert afin d'être réélu. Mais en exilant Spots, son fils Atari se rendra sur l'île où avec l'aide des chiens de l'île (les mâles alpha) il va partir à sa recherche, malgré les efforts de son père de détruire les chiens et l'île avec malgré la résistance qu'ils font face. Mais il pourront aussi compté sur une élève d'origine étrangère Tracy qui mettra en avant un complot. Il est temps de mettre en avant le personnage du maire. C'est Donald Trump. Ou tout leader totalitaire. En effet, le film si on regarde sans prêter attention on peut en voir un énième film bien écrite qui dénonce les régimes totalitaire notamment le nazisme (c'est même plus frontal). Mais je pense que ce film va plus loin. En effet, malgré le faite que le maire soit élu comme n'importe quel dictateur, la démocratie en prend aussi pour son grade au sein des chiens. Ce n'est pas un hasard que les 5 sont des mâles alpha. Ils sont tous des leaders, mais le faite qu'ils soient réunis démocratiquement, cela les empêche de prendre des décisions qui s'imposent et le temps qu'ils en débattent montrent à quel point cela pourrait leur être fatal. Chief aussi n'aime pas ce système et préfère se replier sur lui-même mais il finira par découvrir que ce n'est pas une solution, non plus. Le film indique qu'il faut trouver un juste milieu, sans pour autant pousser à la stigmatisation ou au tout démocratique si ça n'arrange rien. Mais reste Donald Trump. Déjà à cause du look du personnage (imposant, carré, la coupe de cheveux), mais aussi parce qu'il n'est pas non plus fondamentalement mauvais (quoique, je ne suis sûr de rien pour Donald Trump). Le rejet des chiens était ancré dans cette société qui s'est mise à évoluer mais dont lui n'a pas reçu le mémo, et qui décide de continuer dans sa voie en étouffant les découvertes et en prenant des décisions insensés (et en lâchant des Terminator chiens efficaces), ou en voulant détruire l'île alors que son propre fils s'y trouve ! Bref, un film bien plus intelligent qu'il n'y parait, plutôt drôle et profondément adulte. Oui, c'est un film de stop motion plus pour les adultes (il y a quand même des scènes bien gores, cela parle de conspiration et aussi de politiques).



Très bon film de stop motion



Ce film est excellent dans quasiment tout ce qui le compose. Personnages bien écrits (mise à part certains qui auraient pu être exploités différemment), sous texte intelligent et esthétique made in Wes Anderson. Bref, un immanquable du réalisateur surtout pour les amoureux du meilleur ami de l'homme. Spoiler, je trouve aussi que le partit pris de conserver l'anglais aux chiens et le japonais aux humains (sauf Tracy) est vraiment cool et je ne l'ai pas vu en V.F. Donc totalement neutre sur les critiques qu'on peut en faire (maintenant que j'y pense, c'est le 2e films d'animations cette année que je n'ai pas vu en V.F, étrange...)

Créée

le 19 mai 2018

Critique lue 243 fois

4 j'aime

1 commentaire

Neo Cosmic

Écrit par

Critique lue 243 fois

4
1

D'autres avis sur L'Île aux chiens

L'Île aux chiens
Sergent_Pepper
8

Coast dogs, les voix des samouraïs

Dans la filmographie de Wes Anderson, l’univers visuel et graphique s’impose d’avantage à chaque opus, quittant le commun du cinéma pour présenter un fragment d’un monde dont il serait l’unique...

le 30 avr. 2018

101 j'aime

4

L'Île aux chiens
EvyNadler
9

La métaphysique des chiens

Quatre ans après son excellent Grand Budapest Hotel, le dandy le plus en vogue du tout Hollywood revient avec ses tons pastel et son élégance unique pour réitérer le pari qu’il avait réussi en 2009...

le 23 mars 2018

63 j'aime

6

L'Île aux chiens
Vincent-Ruozzi
7

Wes Anderson, the storyteller

Wes Anderson est ce qu'on pourrait appeler un original tant sur ses histoires que sur sa façon de les mettre en scènes. Dans L'Île aux chiens, le réalisateur texan renoue avec une technique...

le 30 avr. 2018

58 j'aime

8

Du même critique

I Am Mother
Cosmic_M
7

Au nom de la Mère

Vous vous souvenez du groupe Mecano ? Mais si le groupe de musiciens espagnols Nacho et José María Cano avec la chanteuse Ana Torroja qui par Hija de la Luna se posait la question : es-ce que la lune...

le 8 juin 2019

44 j'aime

9

Les Nouvelles Aventures d'Aladin
Cosmic_M
1

Le pitoyable film de l'année 2015

Attention. Cette critique sera rédigée avec des tas de spoilers et d'injures non masqués que même Allociné ne voudra pas publier. Vous voilà prévenus ! Ce film est génial !!!! Oui vous avez bien lu ...

le 31 oct. 2015

36 j'aime

15

Black Mirror: Bandersnatch
Cosmic_M
8

Netflix, télécommandez votre vie

Attention ! Critique avec beaucoup de spoilers ! Je ne vais pas demander si vous avez déjà joué à un jeu Telltale, parce que d'une part je n'en ai jamais joué et d'autre part, les films interactifs...

le 29 déc. 2018

24 j'aime

3