Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

La dernière marche nous raconte l'histoire d'un jeune condamné à mort pour avoir tué deux jeunes et avoir violé une jeune femme, et de la relation qu'il entretient avec une soeur qui lui apporte de l'aide et de la compagnie en attendant la fin.

En 2003, Alan Parker nous montrait déjà, dans La vie de David Gale, l'extrémisme de certains états du gouvernements américains qui pratiquent la peine capitale. Son parti pris était de nous conter la vie d'un innocent qui a travers sa cause, a milité contre la peine de mort. En faisant ce choix, il a prouver avec des arguments presque irréfutables que la peine devrait être abolie. Tim Robbins a lui choisit une autre manière de le montrer en mettant en scène un homme, porté par un énorme Sean Penn, tout sauf innocent, raciste, haineux, fanatique d'Hitler, complètement détestable, ce qui, je trouve, rend son plaidoyer contre la peine de mort encore plus fort. Le personnage de Susan Sarandon est très intéressant et notamment les comportements qu'ont les différents personnages avec elle tout au long du film. Je pense qu'à travers elle, à travers son impartialité, sa neutralité totale, Tim Robbins a voulu nous montrer un espèce d'idéal utopique de la justice.

La critique que fait Tim Robbins au gouvernement américain et à la justice américaine n'est pas seulement à propos de la peine de mort mais aussi contre cette société capitaliste où règne la corruption, où tout peux s'acheter, même la justice, le fait qu'on s'en sorte toujours aux Etats-Unis lorsqu'on a de l'argent. Le film est vite résumé dans la tirade de l'avocat de Sean Penn : "Mesdames et messieurs, soyons francs, les riches sont rares dans le couloirs de la mort. Matthew Poncelet est là parce qu'il est pauvre. Il a dû se contenter d'un avocat commis d'office qui n'avait jamais défendu de crime capital, un amateur. La sélection du jury a duré 4 heures, le procès, 5 jours. L'avocat n'a fait objection qu'une seule fois. Si Matthew avait eu de l'argent, il aurait pu engager les pontes du barreau. Ils auraient pris de grands enquêteurs, un expert en balistique, un psychologue aurait établi le profil des jurés souhaitables et soyez certains que Matthew Poncelet ne serait pas ici pour demander que sa vie soit épargnée. La condamnation à mort, elle existe depuis des siècles, on a enterré des personnes vives, coupé des têtes, brûlé en place publique... De nos jours, nous avons chercher des manière plus "humaines" de tuer les indésirables. Il y a eu les pelotons d'exécution, les chambres à gaz, mais maintenant nous avons créé l'instrument le plus humain de tous : l'injection létale. On sangle le condamné, piqûre n°1 : l’anesthésie, la piqûre n°2 bloque les poumons et la piqûre n°3 arrête le coeur. On le met à mort comme un vieux cheval. A son visage, il s'endort, mais ses organes vivent l'apocalypse. Nous ne savourons pas la vengeance lorsque les organes d'un être humain se crispent. Nous sommes assis, nous approuvons : "Justice est faite."".

Créée

le 3 mars 2015

Critique lue 4K fois

11 j'aime

2 commentaires

InWes .

Écrit par

Critique lue 4K fois

11
2

D'autres avis sur La Dernière Marche

La Dernière Marche
Inès_Mehamha
8

Justice est faite ?

La dernière marche nous raconte l'histoire d'un jeune condamné à mort pour avoir tué deux jeunes et avoir violé une jeune femme, et de la relation qu'il entretient avec une soeur qui lui apporte de...

le 3 mars 2015

11 j'aime

2

La Dernière Marche
matlogan
8

Critique de La Dernière Marche par matlogan

La dernière marche est un film neutre sur le sujet sensible qu'est la peine de mort mais qui ne nous laisse pas indifférent tant il fait réfléchir. La prestation de Sean Penn est selon moi proche de...

le 23 oct. 2011

11 j'aime

La Dernière Marche
Fatpooper
6

Conversations dans le couloir de la mort

Ouf ! J'avais peur que ce soit aussi mauvais que la bouse belge "Dead man talking" mais au moins ici il y a un vrai scénario... et le condamné parle plus que dans le film de Ridremont (ce qui rend le...

le 4 mars 2017

7 j'aime

Du même critique

Shutter Island
Inès_Mehamha
10

Connaissez-vous un patient nommé Andrew Laeddis ?

Pourquoi ce cher Shutter island est-il donc mon film préféré ? Tout simplement car c'est la première fois, (ou du moins la première fois avec autant d'intensité), que je m'identifie autant au...

le 2 avr. 2015

21 j'aime

6

I Origins
Inès_Mehamha
8

Science and faith.

Je ne m'attendais pas du tout à ça! A vrai dire, je ne savais absolument rien du film avant d'appuyer sur Play... Ce film traite plusieurs sujet, mais principalement pose la question de l'existence...

le 20 mars 2015

18 j'aime

3

Night Call
Inès_Mehamha
10

You have to make the money to buy a ticket.

Fucking scary ! Ce film nous montre des choses dont nous savons pertinemment qu'elles existent, bien sûr nous nous méfions toujours de ce qu'on nous montre, nous nous méfions des médias en général, à...

le 22 févr. 2015

18 j'aime