[Série "Dans le top 10 de mes éclaireurs" : Amory, Confucius, Volte & Morrinson]


Le prologue trompeur de La femme des sables nous met en prise avec un homme en pleine possession de ses moyens : en congé de son travail et d’une société dont il fustige la paperasse inutile, il se perd avec délice dans un océan de sable, magnifié par des plans d’ensemble alternés avec des très gros plans sur l’objet de sa passion, les insectes qui se logent entre les grains dorés.


Là tout n’est qu’ordre et beauté, espace et sérénité.


La plongée qui donne à voir notre chasseur inoffensif sur une barque ensablée devrait nous mettre la puce à l’oreille… Mais la perfection du plan nous en empêche.


L’intrigue sera celle d’un enlisement ; à la faveur d’un hébergement dans une crevasse dont on aura discrètement retiré l’échelle de corde au petit matin, le professeur va devoir assister la femme qui vit là, dans un une maison envahie par les sables. La tâche est aussi absurde qu’inefficace : il s’agit, chaque nuit, de remonter le sable par une poulie vers les villageois du haut, qui, on l’apprendra plus tard, revendent ce sable illégal et fragile car salé sur le marché noir du bâtiment.
Dans ce trou convergent les maitres de l’absurde : Sisyphe pour l’activité, Beckett pour le couple de détenus. On pourrait longuement gloser sur la complexité des rapports qui se nouent, la place de la sensualité, et l’évidence avec laquelle l’incompréhension mutuelle cimente autant qu’elle aliène les individus. L’intelligence de Teshigahara est de ne pas se perdre dans les discours et de laisser à l’image le soin de signifier.


Le dispositif géographique est à lui seul un tout de force de mise en scène : parois sableuses, maison en bois pourri, le huis clos se décline en plusieurs écorces jusqu’à la couche ultime, celle de la peau. Scrutée, observée comme une mappemonde constellée d’ilots que sont les grains d’un sable qui envahit jusqu’aux replis les plus intimes, la peau est un des grands sujets du film : muette, mais éloquente de souffrance ou de sensualité. (A ce titre, il est impressionnant de faire le parallèle entre ce film et le splendide Oninaba de Shindo (1), sorti la même année : si la maison isolée est cette fois dans les herbes hautes, c’est à la même sensualité épidermique noyée dans la violence qu’elle conduit).


Au dehors, lors de nombreux et splendides inserts, le sable valse avec le vent.
S’écoule.
S’éboule.
S’écroule.
En dépit de sa détention, le protagoniste n’abandonne pas sa fonction première, celle du naturaliste : il continue à traquer les insectes, et comprend comment faire surgir la vie dans ce mausolée : par la grossesse de sa compagne, par l’extraction de l’eau. Mais de la même façon que le sable qu’on extrait ne servira à bâtir que des cloisons friables, toute vie est ici précaire et l’on ne peut se résoudre à ébaucher un sens établi sur des dunes mouvantes.


Le réalisateur appuie à mon sens un peu trop le trait sur la perversité des villageois et le professeur devenu lui-même un insecte observé lors de la scène où on le force à s’accoupler avec sa compagne (même si cela occasionne de beaux plans qui eux aussi rappellent fortement Onibaba). Mais l’ouverture intelligente du dénouement, suspension d’un individu à la fois prisonnier et détenteur d’un secret, totalement libre de rester dans sa cellule et fiché dans la paperasse qu’il quittait au départ par le plan final, redonne au film cette angoissante légèreté.
Celle du sable dans le vent, qui s’irise au sol, crisse à l’oreille et raye la rétine.
(8,5/10)


Merci spécial à Gwimdor.


(1) : Onibaba : http://www.senscritique.com/film/Onibaba_les_tueuses/critique/32908805

Sergent_Pepper
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Nature, Psychologique, Erotisme, Carcéral et Les plus belles claques esthétiques

Le 13 septembre 2014

89 j'aime

15 commentaires

La Femme des sables
Sergent_Pepper
9

Le grain et la peau.

[Série "Dans le top 10 de mes éclaireurs" : Amory, Confucius, Volte & Morrinson] Le prologue trompeur de La femme des sables nous met en prise avec un homme en pleine possession de ses moyens :...

il y a 8 ans

89 j'aime

15

La Femme des sables
guyness
8

Les sables d’alone

Alors qu’à mon âge avancé et avec mon ancienneté ici je devrais commencer à jouer les vieux sages, je m’en fais encore régulièrement raconter par des petits jeunes venant tout juste de troquer le...

il y a 9 ans

57 j'aime

16

La Femme des sables
SanFelice
10

Le sable y est

Considéré de nos jours comme un classique, Prix Spécial du Jury à Cannes en 1964, nommé pour l'Oscar du meilleur film étranger, La Femme des Sables, réalisation la plus célèbre de Hiroshi...

il y a 6 ans

53 j'aime

3

Lucy
Sergent_Pepper
1
Lucy

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

il y a 8 ans

734 j'aime

104

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

il y a 3 ans

669 j'aime

46

Her
Sergent_Pepper
8
Her

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

il y a 9 ans

594 j'aime

53