👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Critique modifiée le 20 octobre 2020

Le professeur de français, Sonia Bergerac, dispense ses cours en jupe dans un collège difficile de la banlieue parisienne classé en "ZEP". Cette tenue vestimentaire fait débat chez certains élèves mais également au niveau du chef d'établissement qui, connaissant les élèves, préfère prévenir que guérir. Les collégiens étant effectivement dissipés, turbulents voire insolents et grossiers perturbent au plus haut point Sonia qui doit faire face aussi à des problèmes concernant sa vie privée. Ce qui devait arriver arriva, le professeur craque et prend en otage quelques élèves de sa classe sous la menace d'un pistolet confisqué à l'un des élèves. Une détonation se produit provoquant une certaine panique dans la classe. Désemparée et en état de choc, Sonia va alors exiger de pouvoir donner ses cours comme il se doit c'est à dire dans la discipline et d'instaurer une "Journée nationale de la jupe obligatoire dans les collèges". Cet événement va entraîner diverses réactions...

Ce film aborde un sujet délicat et nous envoie de manière très atypique un message de détresse de la part des enseignants pris eux-mêmes en otage par des ados déstructurés mettant en péril la mission et la vie des professeurs, les structures de l'Éducation Nationale garante de la laïcité et les libertés individuelles en milieu scolaire.
Sonia Bergerac est une femme comme les autres devant faire face, outre la rupture avec son époux, à l'impossibilité d'exercer sa profession de manière satisfaisante. La classe est ingérable et la hiérarchie par son attitude de "démission" fait preuve d'une inconsistance notoire envers ces enseignants, seuls dans leur classe face aux sarcasmes d'un certain nombre d'élèves. Les tranquillisants ne peuvent plus grand chose et Sonia va craquer, la trouvaille de ce pistolet dans le sac de l'un de ses élèves arrivant au pire moment de son existence. Pas question pour elle de trouver du réconfort autant dans sa vie privée que dans son travail, impossibilité de se rattacher à un "système" pouvant la soutenir dans sa profession, Sonia est broyée. Elle panique et dans son affolement improvise, arme au point, cette prise d'otages afin d'attirer enfin l'attention de tous sur l'état de l'école publique et de son personnel.
Cette fameuse jupe que n'osent plus porter les filles sous peine de brimades et bien plus encore de la part de certains agitateurs, va devenir le symbole de cette lutte engagée soudainement par Sonia au péril de sa vie.
Elle n'a plus qu'un seul espoir dans son "jusqu'au-boutisme", finir en beauté en osant croire qu'enfin les instances qui la gère et l'opinion publique se rendront finalement compte de sa situation et de celle de beaucoup d'autres de ses collèges.

Le réalisateur Jean-Paul Lilienfeld traite ce problème brûlant et toujours actuel sous la forme d'une fable très incisive et dramatique afin d'attirer l'attention des spectateurs par le choc du propos et de l'image. Le sujet est donc absolument parfait et la persuasion est au rendez-vous. Toutefois, certains trouveront que cette œuvre comporte le défaut d'être amenée d'une façon très caricaturale et théâtrale. Pourquoi pas, mais c'est tout de même grâce à l'outrance de la situation que ce film démontre son efficacité car cette réalisation réussit à interpeller le public et à faire débat. Isabelle Adjani se révèle une nouvelle fois comme une très grande actrice dramatique dans son rôle de femme esseulée, emportée dans son désespoir par une réaction extrême afin de tenter de prouver que sa vie aura enfin eu un sens.

C'est donc un film très utile, un film qui amène une pierre à l'édifice de celles et ceux qui avaient espoir de porter en "ZEP" et même ailleurs, l'enseignement, la culture et fédérer par ce biais beaucoup de jeunes issus de milieux souvent défavorisés. Certains ne pensaient certainement pas que cet engagement les mènerait dans un calvaire quotidien poussant certains à des actes de désespoir et d'autres à subir une fin dramatique et ignoble indigne d'une société civilisée
Alors oublions les petits défauts du film et restons à l'essentiel.

Critique modifiée le 20 octobre 2020.

Grard_Rocher
8

il y a 5 ans

35 j'aime

38 commentaires

La Journée de la jupe
Frankoix
7

Molière par la force

Un matin comme les autres pour Sonia Bergerac : professeur de français, elle cherche à imposer le silence dans une classe surchargée et généreuse en provocations. Jusqu'à l'agression de trop...des...

Lire la critique

il y a 12 ans

47 j'aime

7

La Journée de la jupe
Grard_Rocher
8

Critique de La Journée de la jupe par Gérard_Rocher

Critique modifiée le 20 octobre 2020 Le professeur de français, Sonia Bergerac, dispense ses cours en jupe dans un collège difficile de la banlieue parisienne classé en "ZEP". Cette tenue...

Lire la critique

il y a 5 ans

35 j'aime

38

La Journée de la jupe
Leenne
1

Avec de tels constats sur le système éducatif, pas étonnant qu'on soit infoutu de proposer une réfor

Je viens de voir ce film, et je suis sous le choc. Il y a en germe des thèmes sur lesquels je suis cent fois d'accord, et sur lesquels je crois nécessaire que l'on exprime. La situation des profs...

Lire la critique

il y a 10 ans

34 j'aime

10

Amadeus
Grard_Rocher
9
Amadeus

Critique de Amadeus par Gérard_Rocher

"Pardonne Mozart, pardonne à ton assassin!" C'est le cri de désespoir d'un vieil homme usé et rongé par le remords qui retentit, une triste nuit de novembre 1823 à Venise. Ce vieil homme est Antonio...

Lire la critique

il y a 8 ans

168 j'aime

67

Mulholland Drive
Grard_Rocher
9

Critique de Mulholland Drive par Gérard_Rocher

En pleine nuit sur la petite route de Mulholland Drive, située en surplomb de Los Angeles, un accident de la circulation se produit. La survivante, Rita, est une femme séduisante qui parvient à...

Lire la critique

il y a 8 ans

160 j'aime

34

Metropolis
Grard_Rocher
10
Metropolis

- "Metropolis" dans mon "TOP 10" -

Faisons un grand pas dans le temps et allons en l'année 2026. John Fredersen, un tyran despote, étale sa puissance sur un peuple de prolétaires travaillant de la plus pénible des manières dans les...

Lire la critique

il y a 8 ans

144 j'aime

41