You got what you wanted, tiger. How does that taste?

La Planète des singes est un film génial pour des tas de raisons mais dégraissons le mammouth au préalable, tout n'est pas parfait.


Sur la forme, la réalisation a indéniablement vieilli, avec une tendance à tourner au vinaigre plutôt qu'à se bonifier. La scène du crash avec ses roulés boulés de caméra est à ce niveau risible, les scènes d'actions ne sont pas très percutantes (Les prises de vues plus lentes, lors de la traversée de la zone interdite notamment ont gardé toute leur force). La musique également, expérimentant ce que permettent les balbutiements de l'électronique dérange plus qu’elle n’arrange, les passages orchestrés plus sagement sont plus agréables.


Sur le fond, j’ai pu lire ici et là les sempiternels reproches faits aux films de SF grands publics. L’absence de barrière de la langue est mise au pinacle à ce niveau. Reproche compréhensible mais au final spécieux, La Planète des singes relevant plus de la fable que du registre de la SF pure et dure. Également, la sauvageonne, inutile au possible…


Mais…


La Planète des singes est un film qui reste génial de par les thématiques abordées, ce retournement de situation dérangeant où l’homme est la bête, qu’on peut chasser, lobotomiser, dresser sans remords. Cette scénette de gorilles posant fiers comme Artaban pour une photo avec leur gibier sous la botte est en tous points parfaite en ce sens.


La Planète des singes est un film génial pour le personnage incarné par Charlton Heston, géant parmi les géants. D’un cynisme rare, désabusé, plein de colère et hargne, son échange avec ses camarades astronautes sur leurs motivations quant à leur enrôlement pour ce voyage sans retour reste savoureux, son monologue d’ouverture, en miroir avec le fameux final, fiche des frissons.


La Planète des singes est un film génial grâce à son ambiance, désespérante au possible. Il n’y a pas d’échappatoire, le vaisseau a coulé. Quelle vie, quelle survie possible ? Et puis, quoique les angoisses de la guerre froide soient derrière nous (et encore…), on replonge le temps d’un plan final dans cette peur sourde.


La Planète des singes est un film génial. Un classique à consommer sans modération. Ses suites poursuivront la réflexion globale sur le devenir d’une civilisation, sans jamais atteindre cependant la puissance dramaturgique de cet opus fondateur.

Le 6 septembre 2012

73 j'aime

7 commentaires

La Planète des singes
Torpenn
8

Charlton, air de Zeus.

Un des films que je voulais voir depuis une éternité, et il a très bien résisté à mes attentes. Classique incontestable de la Science-Fiction, le film de Schaffner arrive à être à la fois intelligent...

Lire la critique

il y a 11 ans

86 j'aime

21

La Planète des singes
Hypérion
8

You got what you wanted, tiger. How does that taste?

La Planète des singes est un film génial pour des tas de raisons mais dégraissons le mammouth au préalable, tout n'est pas parfait. Sur la forme, la réalisation a indéniablement vieilli, avec une...

Lire la critique

il y a 10 ans

73 j'aime

7

La Planète des singes
zombiraptor
10

"Beware the beast Man, for he is the Devil's pawn."

Le livre était un chef d'oeuvre exceptionnel d'anticipation. Une petite perle de SF de 200 pages d'une subtilité poignante. Cette adaptation qui en diverge sur pas mal de points plus ou moins...

Lire la critique

il y a 9 ans

58 j'aime

6

Princesse Mononoké
Hypérion
10

Un Miyazaki terrestre et mélancolique

Princesse Mononoké est un film à part dans la carrière de Miyazaki, une étape autant qu'une sorte de testament de son art. C'est peut être ce qui en fait l'un de ces films les plus adulés parmi ses...

Lire la critique

il y a 11 ans

451 j'aime

80

Le Vent se lève
Hypérion
9

L'histoire d'un formidable égoïste

Le vent se lève, il faut tenter de vivre est définitivement un film à part dans la filmographie de Hayao Miyazaki, pour moult raisons que j'aurais bien du mal à évoquer de façon cohérente en un...

Lire la critique

il y a 9 ans

409 j'aime

34

Kaamelott
Hypérion
9
Kaamelott

Alexandre Astier, héros des temps télévisuels modernes

Alexandre Astier est remarquablement similaire à son personnage Arthur. Comme Arthur, il est responsable de tout (Roi du royaume / responsable scénario, musique, production, dialogues, direction,...

Lire la critique

il y a 11 ans

364 j'aime

57