👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

"Beau comme la rencontre fortuite d'un parapluie et d'une machine à coudre (...)"

Les rencontres les plus belles ne se sont pas millimétrées, prévues et grandioses, elles se font souvent dans des rues sombres, au moment où tout espoir semble avoir disparu. Une belle rencontre ça se joue de contrastes, présents à chaque image de ce film, jouant parfois du burlesque, parfois de la poésie. Une fanfare de la police égyptienne débarque au milieu d'un village néant où les villageois attendent que rien ne se passe.

Ils sont tous un peu gauches, un peu perdus et ils vont, en se dispersant dans le village vivre une belle aventure. Des moments qui se passent de mots, où les regards gênés s'enchaînent. Les trouvailles sont grandes et nombreuses sont les scènes qui restent mémorables: comme apprendre par mime à un homme à consoler une fille triste (la scène est plus que magnifique), jouer un concerto qui n'est pas fini à des gens qui n'écoutent pas vraiment, ou encore discuter dans un parc qui ne ressemble pas à un parc, attendre que sa petite copine téléphone à côté d'une cabine téléphonique ...

Le film derrière son côté burlesque assumé, jouant du contraste entre le lieu et les thèmes abordés: des costumes bleus au milieu du restaurant miteux, aux discours parfois emprunts de poésie dans une petite ville perdue, le film distille sans qu'on s'en rende compte tout autant l'humilité que de la mélancolie, une belle leçon de savoir vivre. Même s'ils ne se comprennent pas forcément, ils réussissent tous à passer un moment ensemble, à emporter un petit bout de l'autre avec soi... Et alors, c'est l'espoir qui apparaît, celui qui arrive quand on espérait une vie qu'on ne vivait pas jusqu'à découvrir que la beauté est partout mais surtout là où on ne l'attend pas ... Que c'est beau la différence, comme la mendiante des livres de Duras, on voudrait nous aussi trouver "une indication pour (se) perdre" et se retrouver là où les regards deviennent des provocateurs de cinéma, celui qui va vers les êtres non pour les sonder mais les admirer, aller simplement à leur rencontre sans préjugés ...
La Visite de la fanfare
SanFelice
8

Fleurir le désert

La fanfare de la police d'Alexandrie se retrouve dans un trou perdu du désert israélien, simplement parce qu'un de ses membres a confondu Petah Tikva et Beit Hatikva. Un quiproquo qui pourrait être...

Lire la critique

il y a 8 ans

28 j'aime

5

La Visite de la fanfare
eloch
9

"Beau comme la rencontre fortuite d'un parapluie et d'une machine à coudre (...)"

Les rencontres les plus belles ne se sont pas millimétrées, prévues et grandioses, elles se font souvent dans des rues sombres, au moment où tout espoir semble avoir disparu. Une belle rencontre ça...

Lire la critique

il y a 9 ans

24 j'aime

4

La Visite de la fanfare
SBoisse
9

Juste une nuit

Je suis retourné à Petah Tikva, à moins que ce ne fût Beit Hatikva. Je craignais une déception, dix ans après. La bourgade n’a pas changé, la cité est plus que jamais perdue au fin fond du désert...

Lire la critique

il y a 5 ans

17 j'aime

5

Juste la fin du monde
eloch
4

Le cinéma de Dolan est mort, vive le cinéma !

Qu'il est difficile de s'avouer déçue par un cinéaste qu'on admire beaucoup et dont l'oeuvre a su nous éblouir, nous toucher, nous transporter. Oui, je l'écris, ce dernier Dolan m'a profondément...

Lire la critique

il y a 6 ans

111 j'aime

12

The Voices
eloch
7
The Voices

"Sing a happy song"

Marjane Satrapi a été sélectionnée au festival d’Alpe d’Huez début 2015 (qui s’est déroulé du 14 au 18 janvier) pour son dernier film. Disons qu’au premier abord ça ne ressemble pas vraiment à la...

Lire la critique

il y a 7 ans

90 j'aime

7

Chungking Express
eloch
10

" Hier, on se regardait à peine ... Aujourd'hui nos regards sont suspendus "

"Chungking express" est un film que j'ai trouvé absolument merveilleux je dois bien vous l'avouer, je suis sortie de la salle où j'ai eu la chance de le voir pleine d'une belle joie, de l'envie de le...

Lire la critique

il y a 9 ans

86 j'aime

24