« N’ayant pas de condition, je pars à la recherche de la dignité humaine »

« C’est à nous de démerder tout seul »
C’est avec une de ces phrases que débute le récit de la bande de prisonniers de guerre français en Allemagne. Du déjà vu, non ?
En 1962, pour l’un de ses derniers films, Renoir récidive avec les grands thèmes de la Grande Illusion. L’amitié, l’engagement, la solidarité reprennent leurs droits dans ce film d’une nouvelle génération d’acteurs, celle de Cassel, Brasseur, Rich, Carmet et le jeune Guy Bedos. Toujours aussi bien dirigés, ils offrent un nouveau panorama des élans humains face à l’adversité.
Davantage pluriel, le film est moins linéaire et plus accidenté que son illustre prédécesseur. Tout entier porté par l’échec des multiples tentatives d’évasion, il dessine une carte labyrinthique de l’emprisonnement où chacun se rappelle avec nostalgie de sa fonction dans le civil, condamné à un uniforme et des travaux forcés qui le prive de toute individualité. C’est pourtant bien cette dernière que Renoir, toujours avec la même tendresse et le même sens du portrait, esquisse au fil des aller-retour d’un camp à un l’autre. Régulièrement travestis en civils, par de petites incursions dans une vie allemande où ils font mine de se fondre, parfois comiques, souvent pathétiques, les hommes se dispersent : certains s’accommodent de la captivité, d’autres refusent le compromis, et se heurtent avec violence aux cloisons de moins en moins matérielles, mais qui se rappellent toujours finalement à eux.
Composite et très attachante, la galerie des énergumènes se consolide à mesure que les épreuves les blessent. Si la tentation à l’endormissement de la servitude les guette, un compagnon ou une femme saura toujours les remettre sur la douloureuse voie de l’héroïsme. C’est une main cachée sous la table qui sert le bras d’un compagnon pour lui dire silencieusement adieu, c’est le sourire de celui qui s’est fait prendre en voyant ceux qui s’en sortent, où à l’inverse, la fuite lente et discrète de ces derniers lorsque l’un d’entre eux tombe dans les mailles du filet… Souvent, c’est le silence qui magnifie l’entreprise, à l’image de cette très belle scène où l’on compte les secondes pour vivre, à l’aveugle et par procuration, la fuite d’un compagnon à l’extérieur.
S’il donne moins à voir le camp des allemands que dans La Grande Illusion, c’est par petites touches qu’il aborde la question : l’esquisse d’une idylle avec la fille de la dentiste, et, sur la route, le témoignage d’un couple mixte qui semble répondre à celui, éphémère, que formait Gabin.
Plus confidentiel, plus modeste car éparpillant l’humanité sur une plus grande galerie de personnages, Le Caporal Epinglé n’a certes pas le souffle et la grandeur La Grande Illusion ; il n’en est pourtant pas moins un film vibrant d’humanité, porté par des comédiens qui, à l’issue du récit et comme souvent chez Renoir, ont su devenir des compagnons familiers des spectateurs.
Sergent_Pepper
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Auteur français, Historique, Guerre, Mélange des genres et Les Tops de Dan

Le 14 janvier 2014

12 j'aime

4 commentaires

Le Caporal épinglé
270345
6

Arbeit, Arbeit, Arbeit ! (Trafail, avec l'accent)

Ce sera le dernier long métrage du réalisateur Jean Renoir : il avait alors 68 ans. Espérait-il finir son oeuvre cinématographique en apothéose en attirant les foules comme "La vache et le...

il y a 5 ans

1 j'aime

Le Caporal épinglé
JeanG55
8

Ballochet, Caporal et Papa

C'est un des tous derniers films que Renoir a réalisé en 1961; le scénario est tiré d'un roman de Jacques Perret dont on ne parlera pas car je ne l'ai pas lu. Le scénario du film n'est pas sans...

il y a 2 ans

1 j'aime

Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ?
Sergent_Pepper
1

Les arcanes du blockbuster chapitre 13

Siège d’UGC. Vaste table en acajou, bol de saucisson et pinard dans des verres en plastique. - Bon, vous savez tous pourquoi on est là. Il s’agit d’écrire le prochain N°1 du box-office. Nathan, ta...

il y a 8 ans

717 j'aime

80

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

il y a 3 ans

657 j'aime

46

Her
Sergent_Pepper
8
Her

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

il y a 8 ans

584 j'aime

53