Avant de parler de ce documentaire de plus de 4h, il convient de resituer le contexte historique lors de sa sortie. Tourné pour sa majorité en 1969, le film devait initialement être adressé à l'ORTF afin d'être diffusé à la télévision. Néanmoins, des histoires de prix (selon Simone Veil) ou de censure (selon Marcel Ophuls, le réalisateur) vont empêcher cette issue, le documentaire ne sortant finalement qu'en salle. Il ne sera diffusé à la télévision qu'une dizaine d'années plus tard.
A l'époque où il est tourné, la France baigne encore dans la croyance que "Toute la France était résistante". Vision optimiste, et même propagandiste, c'est même ce qui est enseigné dans les écoles. Cela est d'ailleurs évoqué dans le documentaire ("On choisit de ne montrer que le bon côté"), qui va finalement être un des premiers à contredire le mythe d'une France unie contre l'occupant, l'agresseur nazi.


Le documentaire se sépare en deux parties, "L'Effondrement" et "Le Choix". Centré sur la ville de Clermont-Ferrand, il se déplace cependant plus généralement dans l'Auvergne, et un peu à Paris. Pendant 4h, la narration est quasi-inexistante. La place est laissée aux témoignages et aux images d'archives. Le point fort du documentaire réside dans l'honnêteté dont il fait montre. Non, la France n'était pas entièrement résistante. Non, les résistants n'étaient pas tous des héros.


Les témoignages se suivent, et tous laissent place à un éventail de valeurs aussi divers qu'étonnant. Lâcheté, ressentiment, vengeance, intégrité, remords, souffrance... Les témoins viennent de tous horizons : hommes politiques, soldats, résistants, habitants. Mais la parole est donnée à tous. Ancien soldat nazi - Français et Allemand -, communiste, monarchiste, pétainiste...
La succession de témoignages nous montre que la généralisation n'est jamais juste. Que chaque individu a des raisons qui peuvent le pousser à aller dans telle ou telle direction.


Quoiqu'ils disent, d'où qu'ils viennent, Marcel Ophuls ne juge pas ses interlocuteurs. Il les écoute. Et c'est là la meilleure façon de recueillir leur histoire. Pour comprendre notre Histoire.

Le Chagrin et la Pitié
Black_Key
9

Éloge de l'honnêteté

Avant de parler de ce documentaire de plus de 4h, il convient de resituer le contexte historique lors de sa sortie. Tourné pour sa majorité en 1969, le film devait initialement être adressé à l'ORTF...

il y a 7 ans

23 j'aime

8

Le Chagrin et la Pitié
Sergent_Pepper
9

Des hommes dans la ville

Le Chagrin et la Pitié est un pavé : 250 minutes de témoignages et d’enquête sur une période définie de l’histoire récente, présenté comme une « Chronique d’une ville sous l’Occupation ». C’est...

il y a 2 ans

18 j'aime

1

Le Chagrin et la Pitié
Amandinala
8

La diversité de la vie sous l'occupation.

Comme promis à mon prof d'Histoire, qui m'a lancé un défi relativement osé en échange de son inscription sur ce site (la pub coûte cher) je dois critiquer Le Chagrin et la Pitié. Pas évident quand on...

il y a 9 ans

18 j'aime

7

Mon voisin Totoro
Black_Key
10

Le bonheur est dans la forêt

Mon Voisin Totoro, c'est une perle de douceur d'1h30. C'est un film qui nous rappelle ce qu'est l'innocence, la beauté, l'insouciance. Mon Voisin Totoro, c'est une plongée dans le Japon des années...

il y a 7 ans

129 j'aime

21

Il était une fois en Amérique
Black_Key
10

Brumes et Pluies

Le temps passe. Facilement, il se confond et perd sa structure. Les souvenirs, regrets et joies se mélangent et forment un dédale infini. Les époques se recoupent, se font écho. Elles s'entrelacent...

il y a 7 ans

84 j'aime

23