Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Roger Moore alias James Bond 007 (doublé par son usuel Claude Bertrand)
David Niven alias James Bond 007 (doublé par son fréquent Bénard Dhéran)
Gregory Peck alias John Ballantine / Dr Edwardes
Patrick Macnee alias John Steed (doublé par son fidèle Jean Berger)
Trevor Howard alias Sam Lincoln de l'ONU
Jack Watson, un homme de la Colline des hommes perdus


ARE


THE BRITISH EXPANDABLES


dans un film d' Andrew V. McLaglen (Les Oies sauvages) et John Glen (James Bond)
dans des décors de Syd Cain (Bons Baisers de Russie, Au Service Secret de Sa Majesté)
sur une chanson de Matt Munro (Bons Baisers de Russie) et encadré d'un générique de Maurice Binder (génériques des James Bond)


Ça accroche, non ?
Ça attire l'oeil, pas vrai ?
Ça donne envie !


Et pourtant, ce n'est pas l'extase des promesses du papier ...
C'est un bon film, très agréable, mais il y a un mais ...
Attendait-on meilleur, attendait-on autre chose ?
Le Commando de Sa Majesté donne par son casting trois étoiles qui se retrouve ailleurs et son générique peu inspiré de Binder l'impression de visionner un énième Bons Baisers d'Athènes, un nouveau Parole d'homme, certes plus efficace et de plus haute volée que ces autres références.


Le film se divise en deux parties: l'enquête et les préparatifs / l'attaque d'un bateau de guerre allemand. Ce que le spectateur attend n'arrive donc qu'en deuxième partie de film et il en vient à se demander s'il ne préférait pas en réalité la première.
Non que les scènes de guerre déplaisent: les scènes d'action et de duel à armes à feu sont au contraire très convaincantes.
Le bât blesse en une autre division qui court tout le long du film: Le Commando de Sa Majesté a l'ambition d'être un 2 en 1, un James Bond (plutôt réussi, ce qui s'explique par le nombre de pontes d'EON à l'oeuvre) et un Canon de Navarone. Ainsi, s'ils font bien équipe à part entière initialement, les deux têtes d'affiche vont se séparer pour mieux mener leur petit bonhomme de chemin. Roger Moore joue les 007 face un Martin Benson (Goldfinger) transparent et une Barbara Kellerman (Esclave de Satan) en excellente James Bond Girl anti-Bond, pour reprendre la terminologie de Roald Dahl. Gregory Peck et David Niven se retrouvent pour une nouvelle mission de guerre et d'infiltration suicide. Mais, côte à côte, comme à la fois liés et séparés, les deux facettes du film étonnent, semblent arbitrairement superposées.
Le grand perdant, c'est Trevor Howard, à peine utilisé; le grand gagnant, c'est Patrick Macnee qui apporte un agréable petit plus au film tout en se donnant un air plus sportif et gros bras que d'accoutumée. Il contrebalance d'ailleurs l'américain Peck, affirmant avec Niven l'esprit flegmatique et typiquement britannique de ces Expandables avant la lettre, gentlemen et loups de mers.


Reste que les scènes de guerre plairont aux amateurs du genre et que les amateurs de 007 pourront voir Roger Moore à un an de Rien que pour vos yeux essayer déjà son costume d'Octopussy dans une scène morale froide et terrifiante de jeux des apparences, de baiser de la mort revisité façon opinel et de meurtre.
Sans être le délice attendu, Le Commando de Sa Majesté est un bon plat pour les amateurs de ce genre de cinéma, de cette époque et de toute cette belle troupe d'acteurs, qui oscillaient alors comme ce film entre guerre et espionnage.

Frenhofer
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Maurice Binder, l'Homme aux mille génériques et Degré 0 à 1000 de Bonditude des films Hors-Bond

Créée

le 19 janv. 2020

Critique lue 402 fois

6 j'aime

Frenhofer

Écrit par

Critique lue 402 fois

6

D'autres avis sur Le Commando de Sa Majesté

Le Commando de Sa Majesté
Ugly
7

Les vieux loups de mer reprennent du service

Le film est de 1980, mais il possède un esprit à l'ancienne, dans le style des Canons de Navarone où comme par hasard on y trouvait déjà Gregory Peck et David Niven. C'est du film de commando...

Par

le 22 sept. 2016

6 j'aime

14

Le Commando de Sa Majesté
Eric31
8

Critique de Le Commando de Sa Majesté par Eric31

Le Commando de Sa Majesté (The Sea Wolves) est un film d'aventure américano-britannique réalisé par Andrew V. McLaglen, écrit par Reginald Rose, d'après le roman Boarding Party de James Leasor ...

le 8 oct. 2017

4 j'aime

4

Le Commando de Sa Majesté
Play-It-Again-Seb
5

Les papys font de la résistance

Dans la série des films de commandos, ce Commando de sa Majesté ne manque pas d’atouts sur le papier. Comme (presque toujours) dans ce type de films, un casting quatre étoiles (Gregory Peck, Roger...

Par

le 7 janv. 2021

3 j'aime

7

Du même critique

Les Tontons flingueurs
Frenhofer
10

Un sacré bourre-pif!

Nous connaissons tous, même de loin, les Lautner, Audiard et leur valse de vedettes habituelles. Tout univers a sa bible, son opus ultime, inégalable. On a longtemps retenu le film fou furieux qui...

le 22 août 2014

43 j'aime

16

Full Metal Jacket
Frenhofer
5

Un excellent court-métrage noyé dans un long-métrage inutile.

Full Metal Jacket est le fils raté, à mon sens, du Dr Folamour. Si je reste très mitigé quant à ce film, c'est surtout parce qu'il est indéniablement trop long. Trop long car son début est excellent;...

le 5 déc. 2015

33 j'aime

2

Le Misanthrope
Frenhofer
10

"J'accuse les Hommes d'être bêtes et méchants, de ne pas être des Hommes tout simplement" M. Sardou

On rit avec Molière des radins, des curés, des cocus, des hypocondriaques, des pédants et l'on rit car le grand Jean-Baptiste Poquelin raille des caractères, des personnes en particulier dont on ne...

le 30 juin 2015

29 j'aime

10