Le Dernier Assaut : 2 mois sur le tournage de L'Ordre et la Morale par Youlot

L'intérêt de ce making of porte d'abord sur la gestion des déboires logistiques par l'équipe de Kassovitz, non sans rappeler évidemment l'autre making of, Fucking Kassovitz, sorti le même jour. L'ordre et la morale est cependant assurément le film de Kassovitz, contrairement à Babylon A.D. Et il est une réussite.
De même, on a ici un témoignage du fait que L'ordre et la morale n'est pas un film comme les autres. Entre chaque prise, on assiste à des effusions émotives incroyables des kanaks improvisés acteurs, jouant le rôle de leurs frères, pères, mères, pour la plupart morts en 1988. On assiste dans le même sens à un dialogue constant entre les trois composantes de ce film que sont les kanaks, les polynésiens et les métropolitains. Au-delà de la performance technique ou matérielle, ce film aura été une réelle aventure sociale.
Sur le plan technique, ce film montre notamment l'énorme travail derrière les deux grands plans-séquence du film, le second étant presque improvisé au milieu de la jungle, imposant aux ingé son de porter les costumes des gendarmes, de peur qu'ils apparaissent dans le champ...
Dans Fucking Kassovitz, on voit un réalisateur désemparé, dépossédé, fatigué, nerveux, qui se bat éternellement contre producteurs, techniciens et même acteurs. Ici on le voit assuré, cohérent, se battant cette fois contre les aléas techniques du terrain ou contre les obstacles psychologiques que peuvent connaître les kanaks. Il est le chef d'un camp(ing) gigantesque à l'autre bout de la planète, devant voir coexister plusieurs centaines de personnes sur un atoll complètement isolé, aux habitants moins nombreux que l'équipe de tournage!
Quelques instants incroyables : les acteurs métropolitains qui demandent aux kanaks d'y aller mollo quand ils les manipulent en tant qu'otages, le big up de Kassovitz quand le premier plan-séquence est dans la boîte, sa direction du kanak qui joue son frère attaché au poteau, et les chants polynésiens et calédoniens, omniprésents et marquants.

Une aventure incroyable, pour un film mature.
Youlot
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Les making of qui valent le détour

Le 19 novembre 2011

6 j'aime

1 commentaire

Tetro
Youlot
10
Tetro

Discret chef d'œuvre.

C'est bien simple, je n'avais jamais de ma vie été aussi marqué et ému par le cinéma. J'y suis allé par hasard, et en suis ressorti bouleversé. Ce noir et blanc, au lieu de créer une distance, nous...

il y a 12 ans

19 j'aime

Polina
Youlot
10
Polina

"La claque"

On connaît Bastien Vivès pour ses BD toujours classes, attirant régulièrement des prix mérités. On le connaît aussi pour son blog génialissime, dépassant les limites de l'humour tel qu'on le connaît,...

il y a 11 ans

10 j'aime

Les Fils de l'homme
Youlot
9

Future mon doigt.

Et ben... Un acteur connu que pour une quelconque pub de parfum, une actrice découverte la veille en regardant A Single Man, et voilà. Choc. Je lis, ô humour, grâce à à papa-wikipedia, que "The...

il y a 12 ans

9 j'aime