Voir le film

Imaginez un élastique en guise de destinée.
D'abord distendu, celui-ci s'accroche à une petite ville de l'Ohio où un soldat de retour du front des Îles Salomon s'arrête par hasard. Après avoir y rencontré la femme de sa vie, il décide tout naturellement de s'y installer pour fonder une foyer où naîtra le petit Arvin.
Étiré ensuite par une série d'événements provoqués par des protagonistes se perdant dans l'aveuglement de leurs croyances pour cacher leurs traumatismes, leurs folies ou leurs pires perversions, cet élastique va se tendre sur des années et des kilomètres jusqu'à atteindre une autre bourgade de Virginie Occidentale, théâtre de la nouvelle vie d'Arvin, aujourd'hui jeune homme et protecteur de Lenora, une sœur dont le hasard a voulu que le parcours résulte de la même spirale.
Lorsque Lenora se retrouve elle-même prise dans les griffes d'une des figures les plus déviantes que la religion puisse produire, l'élastique va alors atteindre son point de rupture. En se brisant, il frappera de plein de fouet Arvin et tous les personnages croisés jusqu'ici et, dans un chaos qui les fera se percuter entre eux avec la plus grande violence, les ramènera là où tout a commencé...


La multiplicité des points de vue par parties dans le livre de Donald Ray Pollock ne rendait sans doute pas son adaptation cinématographique a priori aisée mais on peut dire que le scénario écrit par Antonio et Paulo Campos s'en sort plutôt admirablement bien pour rendre justice à la noirceur de cette fresque sur la perdition d'une Amérique profonde face à ses contradictions les plus malsaines. Narré d'ailleurs ici malicieusement par l'auteur lui-même, le film reprend cette construction en élastique s'étirant puis se refermant autour d'Arvin tout en réussissant à faire vivre les nombreux personnages qui auront un impact plus ou moins direct sur son évolution.
Certes, la traduction des divers masques fondés pour la plupart sur une image religieuse tronquée (d'autres le sont au sens plus générale d'une vocation), utilisés à la fois par les plus faibles comme des refuges à leurs tourments et par les prédateurs pour dissimuler leurs bas-instincts, sera quelques fois redondante sur la logique même de leur dénonciation mais le moule de destins croisés dans lequel ils seront fondus les fera toujours intervenir à la juste valeur de leur influence vis-à-vis du périple existentiel vécu par Arvin.
De plus, là où le roman avait forcément plus de facilités à caractériser certains personnages à l'écrit, son adaptation bénéficie elle d'un argument imparable pour contourner ce problème : son casting de taille ! Le talent d'acteurs de la trempe de Bill Skarsgård, Robert Pattinson, Riley Keough, Haley Bennett, Sebastian Stan, Eliza Scanlen, Mia Wasikowska, Jason Clarke ou Tom Holland permet en grande partie de donner une vraie envergure à des personnages qui, sur le papier, sont soit plus fouillés (le couple incarné par Keough et Clarke notamment, ici surtout définis par la cruauté de leurs agissements), soit plus attendus sur la facette sombre du discours qu'il incarne (Pattinson transcende assez clairement ce rôle de pasteur dont on comprend très vite la nature).
Alors, oui, même visuellement avec ses va-et-vient entre les lumières et les ténèbres sur les actes qui se jouent dans cette partie des États-Unis étouffée par son puritanisme d'apparat, "The Devil, in All Time" s'inscrit dans la veine classique d'un certain cinéma américain au regard autocritique lui-même inspiré par ses plus grands auteurs littéraires (Donald Ray Pollock en est un éminent émissaire contemporain), il n'atteint peut-être pas de fait la force de plus grands classiques passés avant lui, mais, par sa généreuse profusion de portraits éclectiques démontrant la décadence US et son habileté à les associer au sein d'un même récit, le film d'Antonio Campos a tout d'un représentant plus que solide en son genre.

RedArrow
7
Écrit par

Créée

le 16 sept. 2020

Critique lue 1.3K fois

14 j'aime

RedArrow

Écrit par

Critique lue 1.3K fois

14

D'autres avis sur Le Diable, tout le temps

Le Diable, tout le temps
Cave_et_Nagui
6

Presque. Il manque 2 heures de film finalement.

Bon, j'ai vu The devil, all the time et je suis partagé. C'est quand même très bien filmé (la photographie, les lieux, c'est superbe), les acteurs sont très convaincants (Tom Holland et Robert...

le 17 sept. 2020

38 j'aime

5

Le Diable, tout le temps
Seingalt
6

He felt lucky that someone was giving him a ride

Le Diable, tout le temps, c'est une multiplicité de personnages dont les destins violents s'entrecroisent. La violence, la vengeance et la religion sont les dénominateurs communs à toutes ces pauvres...

le 17 sept. 2020

26 j'aime

Le Diable, tout le temps
Lordlyonor
8

“Les dieux existent : c'est le diable.”

Citation de Jean Cocteau Je déteste la religion, et apparemment Antonio Campos aussi, une sordide alliance vient de se créer dans la haine...du moins le temps de cette critique. C'est vrai qu'il...

le 9 déc. 2020

23 j'aime

5

Du même critique

Nightmare Alley
RedArrow
9

"Je suis né pour ça."

Les premières minutes que l'on passe à parcourir cette "Nightmare Alley" ont beau nous montrer explicitement la fuite d'un homme devant un passé qu'il a cherché à réduire en cendres, le personnage de...

le 19 janv. 2022

74 j'aime

16

Umbrella Academy
RedArrow
5

L'Académie des 7 (saisons 1 & 2)

SAISON 1 (5/10) Au bout de seulement deux épisodes, on y croyait, tous les feux étaient au vert pour qu'on tienne le "The Haunting of Hill House" de personnes dotés de super-pouvoirs avec "The...

le 18 févr. 2019

67 j'aime

10

Bird Box
RedArrow
6

Sans un regard

L'apocalypse, des créatures mystérieuses, une privation sensorielle, une héroïne enceinte prête à tout pour s'en sortir... Le rapprochement entre cette adaptation du roman de Josh Malerman et "Sans...

le 21 déc. 2018

66 j'aime

7