👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Aaron Sorkin est assis à la table. À la rivière sort une Dame. Il a deux paires. Un jeu honnête, mais pas forcément de quoi fanfaronner. Pourtant, Aaron fait tapis. Les autres joueurs se couchent, car Aaron doit probablement avoir une superbe main, et ce dernier empoche la mise. Voici une allégorie de la promotion du Grand Jeu. Cela fait un peu plus d’un mois qu’on nous martèle de bandes annonces assez putassières, faite de moitié de déclarations presses dont une, est constamment mise en avant : ce film serait Le Loup de Wall Street au féminin. En dehors d’une vaine tentative de singer le talent de Scorsese dans la mise en scène, je cherche encore le lien de parenté. Mais peu importe, Le Grand Jeu marchera sans doute honnêtement au box office, car le bluff était parfaitement maîtrisé.

Disons-le tout de suite, Le Grand Jeu est un honnête film. L’histoire qu’il raconte est très intéressante, les acteurs sont bons (Jessica Chastain évidemment, mais aussi ce bon vieux Idris Elba dans son rôle hebdomadaire de bon samaritain), certains moments (liés au sport ou aux règles du poker) sont mis en avant de façon pertinente… Mais la frustration fut quand même la sensation dominante au sortir de la salle. La raison en est simple : ce film n’évite quasiment aucun écueil du biopic. C’est en particulier ce découpage ultra codifié, tellement utilisé qu’il ne peut plus être vu comme une audace du réalisateur, qui dérange. Pourquoi, quand on a une histoire intéressante, vouloir absolument raconter cette histoire dans le désordre, si ce n’est pour donner un rythme artificiel au métrage ? Tout s’enchaine à grande vitesse, le film ne laisse pas le temps de respirer et pourtant, rien ne semble justifier ce montage épileptique. Et quand on creuse un peu, on se rend compte que le film est constamment dans le bluff, comme la bande annonce. Il a une main correcte mais choisit d’en faire des caisses pour que chacun se couche au lieu de chercher à réellement voir quelles sont ses cartes.

Le coup est réussi, le film est bon, mais la prochaine fois que je m’assiérai à la même table que ce bon vieux Aaron, je réfléchirai un peu plus avant de lui envoyer mes jetons.

L9inhart
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Vu ou revu en 2018

il y a 4 ans

38 j'aime

2 commentaires

Le Grand Jeu
Behind_the_Mask
8
Le Grand Jeu

Jeux de mains, jeux de Chastain

Le masqué, il a failli commencer 2018 en fanfare, vous savez... Car il est passé à deux doigts de l'irréparable. Enfin, surtout le projectionniste, à vrai dire. Il a failli faire les frais des...

Lire la critique

il y a 4 ans

44 j'aime

2

Le Grand Jeu
L9inhart
5
Le Grand Jeu

Le Grand Bluff

Aaron Sorkin est assis à la table. À la rivière sort une Dame. Il a deux paires. Un jeu honnête, mais pas forcément de quoi fanfaronner. Pourtant, Aaron fait tapis. Les autres joueurs se couchent,...

Lire la critique

il y a 4 ans

38 j'aime

2

Le Grand Jeu
pilyen
5
Le Grand Jeu

Paire de sept

Voici un film qui semble sortir à point nommé après l'affaire Weinstein et le questionnement autour de l'image de la femme dans le monde et au cinéma. Imaginez une héroïne intelligente, belle, qui...

Lire la critique

il y a 4 ans

20 j'aime

Le Grand Jeu
L9inhart
5
Le Grand Jeu

Le Grand Bluff

Aaron Sorkin est assis à la table. À la rivière sort une Dame. Il a deux paires. Un jeu honnête, mais pas forcément de quoi fanfaronner. Pourtant, Aaron fait tapis. Les autres joueurs se couchent,...

Lire la critique

il y a 4 ans

38 j'aime

2

Santa & Cie
L9inhart
5
Santa & Cie

Classique mais efficace

Pour commencer, je ne comprendrais jamais pourquoi Senscritique place systématiquement les 5/10 dans les critiques "négatives". On doit pas avoir les mêmes notions en mathématiques. Ou alors c'est...

Lire la critique

il y a 4 ans

14 j'aime

4

Wind River
L9inhart
5
Wind River

Le fond ou la forme ?

Sicario et Hell or High Water ont deux points en commun : un (très) bon accueil critique et un scénariste, Taylor Sheridan. Il n'en fallait pas plus à ce dernier pour se faire un nom et pouvoir...

Lire la critique

il y a 5 ans

14 j'aime