Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Le Menu
6.2
Le Menu

Film de Mark Mylod (2022)

S'il était prometteur, le menu du Chef Mylod est beaucoup plus fade que prévu.

Ce dernier est composé de plâtrées de séquences réchauffées sauce grand public.

Les développements de personnages y sont extrêmement prévisibles à l'instar de son scénario se prenant les pieds dans le tapis à partir d'un caméo d'un personnage que l'on aurait préféré continuer de voir ailleurs qu'au cinéma.

S'il veut s'inspirer du thème de prédilection du génie Ruben Östlund, le réalisateur américain manque énormément de talent et de justesse. Un tel projet ne peut espérer vouloir se positionner à la hauteur d'un métrage de notre irrévérencieux suédois préféré (présence d'un casting All-Stars qui n'aurait à aucun moment été imaginé, phobie du politiquement incorrect, radicalité fantasmée mais jamais montré).

On vit dans une saucisse mais qu'on a beaucoup trop allégée en gras pour qu'on puisse avoir quelque chose de goûtu à nous mettre sous la dent. Bref un menu McDo quoi.

Enfin, si ... il y a quand même des points à sauver dedans. Je suis extrêmement dur avec ce film car je l'attendais beaucoup et j'ai été déçu mais il y a quand même des points à sauver et cela concerne la plastique du long métrage.

Globalement il n'y a rien à redire sur la photographie, les plans zénithaux en jettent mais demeurent trop peu nombreux ainsi que quelques jeux le montage qui arrivent à offrir deux ou trois moments de sursaut. Mais bon, cela reste trois fois rien.

Le jeu d'acteur peut également être caractérisé comme un point positif alors qu'il devrait simplement être normal pour un film de sortir des performances acceptables.

Après une performance nanardesque dans son précédent film, Mark Mylod sort le cadavre d'Anya Taylor Joy du port Amsterdam pour lui redonner un rôle de final girl comme elle sait si bien les interpréter entre ironie, tourment et cynisme.

Même si Ralph Fiennes campe un personnage beaucoup trop cliché il réussit à lui donner ne serait-ce qu'un petit soupçon de vie. Pas grand-chose mais cela reste assez pour être plus crédible que son malveillant sorcier sans nez. Ses mimiques très prononcées (snapping, clapping, ordres/questions à la brigade) accentuent les effets de montage et permettent quelques instants de dynamisme à l'œuvre.

Cependant, on regrettera un Nicholas Hoult beaucoup trop anecdotique alors qu'il est censé être le second ou troisième rôle.

Permettez-moi de revenir donc sur mes termes : Le menu n'est donc juste qu'une très belle pub McDo.

Captain-Walker
4
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes 2022 dans une boites d'œufs et Les meilleurs films de 2022

Créée

le 26 nov. 2022

Critique lue 3.6K fois

33 j'aime

5 commentaires

Captain Walker

Écrit par

Critique lue 3.6K fois

33
5

D'autres avis sur Le Menu

Le Menu
Behind_the_Mask
7

Un dîner presque parfait

Oui oui, je sais, le titre que j'ai choisi pour illustrer mon avis est loin d'être original. C'est que je m'essouffle, vous savez. Mais il est très représentatif du sentiment que me laisse ce...

le 24 nov. 2022

53 j'aime

8

Le Menu
RedArrow
6

Au Menu de "The Menu":

Hors d'oeuvre:Un intrigant et mystérieux thriller gastronomique servi avec une pléiade de très bons acteurs, dans leurs rôles de convives triés sur le volet pour participer à la dégustation organisée...

le 23 nov. 2022

45 j'aime

1

Le Menu
Captain-Walker
4

Un dîner presque raté

S'il était prometteur, le menu du Chef Mylod est beaucoup plus fade que prévu. Ce dernier est composé de plâtrées de séquences réchauffées sauce grand public. Les développements de personnages y sont...

le 26 nov. 2022

33 j'aime

5

Du même critique

César et Rosalie
Captain-Walker
9

Prendre à César ce qui (n’) est (pas) à César

César et Rosalie est un drame romantique sorti le 27 octobre 1972. Le long-métrage est réalisé par Claude Sautet et y jouent Yves Montand, Sami Frey et Romy Schneider. Au cours de sa troisième...

le 31 mai 2021

6 j'aime

4

Jojo Rabbit
Captain-Walker
7

Jojo's Bizarre Heil-venture

« C’est marrant, c’est toujours les nazis qui ont le mauvais rôle ! […]On peut avoir une seconde chance ? » (OSS 117 : Le Caire, nid d’espions, HAZANAVICIUS Michel, avec Dujardin Jean et Béjo...

le 23 déc. 2020

6 j'aime