Le pizzaïolo breton génial, écrivant en cachette un chef-d’œuvre de littérature, vous y avez cru...?
Sa veuve (Josiane Stoléru) et sa fille (Camille Cottin), émerveillées de découvrir, deux ans après sa mort, ce dont cet homme aimé était capable, vous y avez cru...?
Le critique littéraire affûté (Fabrice Luchini, que pourtant l’on adore...), double à peine déguisé de Pivot, se trompant lorsqu’il soupçonne une imposture, vous y avez cru...?
Bande de rêveurs, de crédules fumeux, de gobeurs de lune (desquels je suis, évidemment...) !
Eh bien vous eûtes tort. Dans le petit monde carré et bien étroit de David Foenkinos (dont le roman éponyme est ici adapté), tout ceci est comme la « fourmi de dix-huit mètres, avec un chapeau sur la tête », la fourmi de Robert Desnos, tout ceci n’existe pas ! Un pizzaïlo, qui plus est breton, qui plus est génial, et qui aurait accès à la littérature au point d’en être un créateur inspiré, « ça n’existe pas, ça n’existe pas » ! Pas plus qu’un garçon coiffeur ou qu’un vendeur de journaux en kiosque qui parviendraient à se faire, un jour, un nom en littérature, n’est-ce pas...?!


Selon la formule consacrée et le reproche volontiers adressé à l’Education Nationale, l’univers de Foenkinos, recopié ici fidèlement par Rémi Bezançon, « reproduit les inégalités sociales » : que les pizzaïolos se contentent de faire des pizzas, les crêpiers bretons des crêpes, ou l’inverse, selon la demande des clients, mais de littérature, point ! Il faut bien la crédulité et la naïveté de femmes aimantes pour croire à l’impossible !


Et pourtant, le questionnement déployé dans le premier temps du film était si excitant, lorsque l’on avait encore la possibilité d’envisager de croire au rêve : quelle « double vie », comme le fait remarquer sa fille, que celle de l’écrivain, qui déploie, en cachette ou non, toute une existence parallèle à la sienne ! Quel être est-il en réalité ? Quand est-il le plus vrai ? Vers quels sucs plonge-t-il les racines de son imaginaire...?


Mais suffit ! Assez rêvé ! Que la morale bien bourgeoise, celle qui a pignon sur rue et se produit hautement, triomphe ! Un critique littéraire, surtout de l’envergure de notre héroïque enquêteur, ne saurait déparler. D’ailleurs l’écrivain génial est en réalité une fleur de bitume, et pas n’importe quel bitume : le quartier latin ; la fleur est un jeune homme très comme il faut, qui parle russe et vit dans les livres. Voilà le monde remis à l’endroit.


Et les pizzaïolos bretons n’ont plus qu’à aller se jeter à l’eau, si jamais ils ont eu le tort de caresser des aspirations trop hautes !

AnneSchneider
4
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Films où il est question de la paternité, frontalement ou latéralement.

Créée

le 7 mars 2019

Critique lue 4K fois

31 j'aime

39 commentaires

Anne Schneider

Écrit par

Critique lue 4K fois

31
39

D'autres avis sur Le Mystère Henri Pick

Le Mystère Henri Pick
EricDebarnot
4

C'est Pouchkine qu'on assassine !

Oh, que l'on aurait adoré aimer ce "Mystère Henri Pick", pouvoir opposer un cinéma populaire féru de littérature et de beau langage, célébrant l'intelligence, la culture, l'exigence créative même...

le 8 mars 2019

34 j'aime

10

Le Mystère Henri Pick
AnneSchneider
4

Le triomphe du parisianisme

Le pizzaïolo breton génial, écrivant en cachette un chef-d’œuvre de littérature, vous y avez cru...? Sa veuve (Josiane Stoléru) et sa fille (Camille Cottin), émerveillées de découvrir, deux ans après...

le 7 mars 2019

31 j'aime

39

Le Mystère Henri Pick
Plume231
5

Pouchkine et Whodunit !

Et une idée de départ très alléchante, une... Une enquête, des fausses pistes, des indices soigneusement égrenés que le spectateur ne voit pas forcément, de nombreux potentiels suspects, vivants ou...

le 8 juil. 2019

24 j'aime

8

Du même critique

Petit Paysan
AnneSchneider
10

Un homme, ses bêtes et le mal

Le rêve inaugural dit tout, présentant le dormeur, Pierre (Swan Arlaud), s'éveillant dans le même espace, mi-étable, mi-chambre, que ses vaches, puis peinant à se frayer un passage entre leurs flancs...

le 17 août 2017

77 j'aime

33

Les Éblouis
AnneSchneider
8

La jeune fille et la secte

Sarah Suco est folle ! C’est du moins ce que l’on pourrait croire lorsque l’on voit la jeune femme débouler dans la salle, à la fin de la projection de son premier long-métrage, les lumières encore...

le 14 nov. 2019

73 j'aime

21

Ceux qui travaillent
AnneSchneider
8

Le travail, « aliénation » ou accomplissement ?

Marx a du moins gagné sur un point : toutes les foules, qu’elles se considèrent ou non comme marxistes, s’entendent à regarder le travail comme une « aliénation ». Les nazis ont achevé de favoriser...

le 26 août 2019

71 j'aime

3