Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Il n'est pas simple de résumer Le Roi Singe. Le film part dans tous les sens et le récit devient plus complexe au fur et à mesure. Le scénario plein de coups de théâtre, de personnages, de batailles. Stephen Chow est bien entendu la star de son film. Il y est ce roi singe arrogant qui défie une déesse. Au lieu d’aller chercher les racines du bouddhisme, c'est-à-dire en Inde, il s’est amusé à faire de nombreuses facéties. La déesse décide de lui retirer son statut de dieu et devra errer cinq cents ans sans mémoire.


Devenu humain sous le nom de Chi Juen-bo, le roi singe est un mortel, chef d’une bande de brigands minables. Le roi singe porte encore les stigmates de son ancienne vie. Ses sourcils se rejoignent, il a des poils partout, y compris sous les pieds. Chi ignore qu’il fut un dieu. Il ne sait pas non plus que la malédiction va bientôt s’achever. Ainsi quand il rencontre deux jeunes et jolies femmes Jing-jing (Karen Mok) et Spider (Nam Kit-ying, il ne se rend pas compte que ce sont deux démones, Jing-jing se transforme en zombie et Spider est une araignée géante.


Les démones le recherchent. Comme le roi taureau (Lu Xu-ming), son beau frère qui veut se venger d’une infidélité. Arrive aussi Fruit du Savoir (Jeff Lau), venu pour aider Chi. Le début du Roi Singe pourrait faire croire à un wu xia pian classique avec des divinités, des moines, des combats (bien réglés par Ching Siu-tung qui imprime fortement de sa marque la mise en scène). Mais très vite on arrive dans le mo tei lo, comme le dit Jing-jing dans un dialogue. Soit le grand n’importe quoi de la comédie absurde et non-sensique.


Mon blog cinéma

janodo
7
Écrit par

Créée

le 9 févr. 2016

Critique lue 453 fois

2 j'aime

Jean Dorel

Écrit par

Critique lue 453 fois

2

D'autres avis sur Le Roi Singe : La boîte de Pandore

Le Roi Singe : La boîte de Pandore
lislb
8

le héros (mais comment s'appelle-t-il, déjà ?) part à la recherched e sa bien aimée... (son prénom ?

Ce qui est bien dans ce film, ce sont d'abord les personnages, assez excessif, que ce soit dans leur apparence, leurs voix, leurs personnalités (d'ailleurs je l'ai vu en version sous-titrée, mais...

le 14 mars 2016

2 j'aime

Le Roi Singe : La boîte de Pandore
janodo
7

Sourcils et poils au pied

Il n'est pas simple de résumer Le Roi Singe. Le film part dans tous les sens et le récit devient plus complexe au fur et à mesure. Le scénario plein de coups de théâtre, de personnages, de batailles...

le 9 févr. 2016

2 j'aime

Du même critique

Man on the Moon
janodo
10

Critique de Man on the Moon par Jean Dorel

L'histoire d'un homme qui veut faire le bien autour de lui en ne faisant que des sales blagues. C'est une quête du bonheur qui ne pourra jamais aller jusqu'au bout puisqu'Andy Kaufman était incompris...

le 27 nov. 2010

20 j'aime

Outrage
janodo
6

Critique de Outrage par Jean Dorel

Dans un monde idéal, Takeshi Kitano aurait fait, encore une fois Hana Bi. Cela aurait satisfait beaucoup de gens. Le changement de ton depuis dix ans des films de Kitano a déçu presque tout le monde,...

le 26 nov. 2010

13 j'aime

7

Le Nouveau Stagiaire
janodo
5

Critique de Le Nouveau Stagiaire par Jean Dorel

Elle a bien grandi Anne Hathaway depuis Le Diable s'habille en Prada (dix ans déjà). Elle était la nouvelle assistante de la patronne tyrannique mais géniale. Maintenant, c'est elle le boss débordée...

le 12 oct. 2015

9 j'aime

1